Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (3)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Artension, Circle Ii Circle, Metalium, Oliva, Seven Witches, Trans-siberian Orchestra, John West
- Style + Membre : Savatage, Jon Oliva's Pain

DOCTOR BUTCHER - Doctor Butcher (1994)
Par JEFF KANJI le 12 Février 2020          Consultée 608 fois

Après la tournée "Streets" SAVATAGE et plus particulièrement son leader Jon Oliva est à bout. Épuisé, rincé vocalement et largement à cause de ses diverses addictions qu'il doit alors soigner. Il prend alors une décision à la fois surprenante et radicale : il se met en retrait du groupe, se chargeant toujours des claviers et de l'écriture, mais quitte les avant-postes, ce qui expliquera le recrutement de Zachary Stevens, en attendant un prochain retour du Mountain King qui ne veut surtout pas freiner la transformation artistique de SAVATAGE et trouve l'idée d'un avenir à deux voix intéressant (ce qui de fait se produira sur la tournée de "Handful Of Rain").

Décision est prise de ne pas non plus se réfréner créativement parlant, et après l'assemblage fastidieux du concept de "Streets" (pour lequel Jon a dû être sur tous les fronts, y compris à la basse et derrière les fûts) qui a demandé au groupe de se renouveler comme jamais (et c'était pas fini), Jon discute avec Chris Caffery autour d'un Jack Daniels (enfin plutôt deux bouteilles selon la légende) d'écrire de nouveau des titres plus Heavy Metal et agressifs, dans l'esprit de ce que faisait SAVATAGE à l'époque de "Sirens" / "Dungeons Are Calling". L'idée est gardée dans un coin et les deux zigotos commencent à écrire pour ce qui sera le projet DOCTOR BUTCHER. En interview, Jon Oliva dit à l'époque qu'il aime l'idée de laisser à son frère Criss la primauté de SAVATAGE afin de lui permettre de s'accomplir totalement artistiquement et d'obtenir la reconnaissance de ses pairs.

La naissance discographique de DOCTOR BUTCHER prendra du temps, car après des démos réalisées au cours de l'année 1992, Jon devra se remettre au travail pour l'écriture du rutilant "Edge Of Thorns" qui entérinera le schisme d'avec le Heavy des origines. D'ailleurs, pour la seule fois de sa carrière, Chris Caffery préfèrera rester loyal à Jon et ne tournera pas avec ses acolytes pour défendre l'album. Tout va bien évidemment changer avec le décès de Criss quelques mois plus tard, et Chris Caffery montrera à partir de là une dévotion à la mémoire de Criss Oliva qui force le respect jusqu'à aujourd'hui. Mais le séisme pour Jon sera terrible. D'autant que dans l'intervalle, Atlantic, peu rassuré par l'état de santé et les abus de Jon, choisit de favoriser SAVATAGE, ce qui prive DOCTOR BUTCHER d'une visibilité mondiale, et surtout américaine, le marché le plus important aux yeux de nos protagonistes (qui ne comprennent encore pas que l'Europe les soutient déjà fortement depuis plusieurs années). S'ensuit la production de "Handful Of Rain" l'album du deuil, avant que Jon ne revienne vers Chris Caffery pour enfin terminer et sortir l'album éponyme de DOCTOR BUTCHER pour décembre 1994.

L'attente et les mauvaises conditions de distribution auront raison de la médiatisation de "Doctor Butcher" et c'est bien dommage, car pour les amateurs de "Sirens" c'est un véritable festin : imaginez tout le bagage musical accumulé par Jon Oliva associé à l'agressivité du jeu de Chris Caffery et vous obtenez son digne successeur, le tout empaqueté dans une production nineties sèche et puissante. Et je n'ai pas encore parlé des compositions ! Alors là accrochez-vous bien, mais votre curiosité vous aura sans doute déjà fait tomber soit sur "The Chair" la pièce de bravoure de l'album, ou encore sur le premier titre "The Altar", qui est une baffe pour ne pas dire une correction. Le ton de l'album est viscéral, assez violent même, laissant surgir toute la noirceur dont Jon Oliva est capable, largement accentuée par la colère et le désarroi qui devaient être le sien suite à la perte de son frère.

Avec des titres plutôt évocateurs ("Don't Talk To Me", "Reach Out And Torture Someone", "I Hate, You Hate, We All Hate") Jon et Chris (Il ne faut pas minimiser son apport qui est en bonne partie à l'origine de ce riffing acéré et agressif, écoutez ses disques solos pour comparer) ouvrent les vannes proposant un Heavy Metal à la fois insidieux (le sens du style de Jon Oliva) et incroyablement frontal. Ajoutez à cela une régularité dans l'écriture d'un Jon Oliva qui, malgré les épreuves, est à un sommet de créativité dans la première moitié des années 90, et vous obtenez un album de Heavy rugueux, vicieux et terriblement jouissif, injustement méconnu et qui vient s'inscrire en parfait négatif de "Edge Of Thorns" (puisque ne l'oublions pas, il a été composé avant).

A lire aussi en HEAVY METAL par JEFF KANJI :


SABATON
Swedish Empire Live (2013)
Un dvd blindé et un show référentiel




STRYPER
The Covering (2011)
Anthologie du hard/heavy à la sauce white metal


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
   PUPPETSUCKER

 
   (2 chroniques)



- Jon Oliva (voix, clavier)
- Christopher Caffery (guitare, basse)
- John "ozzy" Osborn (batterie)


1. The Altar
2. Don't Talk To Me
3. Seasons Of The Witch
4. Reach Out And Torment Someone
5. Juice
6. The Chair
7. Innocent Victim
8. The Picture's Wild
9. Lost In The Dark
10. I Hate, You Hate...we All Hate
11. All For One None For All



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod