Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Bonfire, Doro, Metalium, Joe Lynn Turner , Seven Witches, Accept, Bangalore Choir, Rainbow

EZ LIVIN' - Firestorm (2014)
Par GEGERS le 2 Avril 2014          Consultée 1702 fois

Il y a parfois des coups de pied au cul qui se perdent. On en mettrait bien un, par exemple, à Hans Ziller. En effet, celui qui constitue avec son compère Claus Lessman la légende du Hard Rock allemand qu'est BONFIRE, a curieusement décidé de réactiver son projet EZ LIVIN', que l'on croyait pourtant définitivement enterré après son seul et unique album, "After The Fire", paru en 1990, et écoulé à plus de 20000 exemplaires à travers l'Europe. Las, au lieu de se concentrer sur les activités de son groupe principal, qui n'a pourtant rien sorti de neuf depuis 2011, ce bon vieux Hans décide de s'accorder un petit plaisir, et de composer un nouvel opus pour son projet parallèle. Pour l'aider dans sa tâche, le bonhomme fait appel à son comparse batteur de BONFIRE Harry Reischmann, au claviériste de Joe Lynn TURNER et RAINBOW (période "Stranger In Us All") Paul Morris, mais aussi et surtout au fringant David Reece (ACCEPT, BANGALORE CHOIR) qui vient poser son chant sur cet album à la fois inutile et poussif.

8 morceaux, dont une reprise et un réenregistrement. Si Hans Ziller semble décidé à proposer un album frappé du sceau des années 80 jusque dans sa durée, il aurait tout de même pu soigner un peu plus ce contenu un peu maigre. Au menu donc, un Hard Rock plombé, lorgnant parfois vers le Heavy Metal d'un SAXON ou DIO, une musique lente et posée qui fait bien son âge. Les tempi sont calmes, beaucoup trop pour parvenir à capter une quelconque attention. Cela se ressent d'entrée sur "That's How He Rocks", titre mou aux mélodies poussives, qui tente de compenser son intérêt quasi nul par des lignes de guitares fort bien exécutées. Ce même constat se retrouve sur l'ensemble de l'album, et notamment sur "Easy Livin'", reprise du célèbre morceau de URIAH HEEP qui a inspiré son nom au groupe. Ralenti, dénué de toute énergie, le morceau est transfiguré, méconnaissable, et ne se voit sauvé que par la prestation vocale réussie de David Reece.

Voici qui est dommage, d'autant plus que lorsque groupe décide de piocher un peu plus loin que son Hard/Heavy bateau, il reste capable de bonnes choses : sur "Let's Flay Away", power-ballad surpuissante et riche en émotions, le dosage est tout simplement parfait : les tempi lents sont cette fois parfaitement à leur place, David Reece déboîte sans trop en faire, et les chœurs viennent soutenir une guitare audacieuse, qui participe à la mise en place d'ambiances résolument envoûtantes. Dommage que ce soit là un des rares éclats de génie de l'album. Preuve supplémentaire s'il en était besoin que le retour d'EZ LIVIN' n'est pas nécessaire, l'autre véritable moment appréciable de l'opus est "The Damage Is Done", réenregistrement du morceau "After The Fire" paru sur l'album du même nom, dont le refrain imparable et le feeling délicieusement 80's en font une sympathique sucrerie.

Il faut attendre le titre final "Into The Night", son Heavy burné "à l'européenne", façon SAXON, pour que EZ LIVIN' daigne enfin s'énerver. De quoi maigrement satisfaire l'amateur du genre, alors que l'album, peu servi par une production trop étouffée signée Alessandro Del Vecchio (le stakhanoviste de Frontiers), semble avoir tout dit du haut de ses 35 minutes après une poignée d'écoutes à peine. Des coups de pied au cul qui se perdent donc, et le résultat est là : un petit plaisir solitaire d'un dinosaure du Hard Rock, qui n'a pas jugé bon de vérifier l'intérêt de son album avant de le publier. En résulte un opus poussif et peu inspiré, qui fait finalement passer son médiocre prédécesseur pour une véritable réussite artistique. Reste la sympathique performance de David Reece et le talent de guitariste de Hans Ziller pour se consoler. Un retour bien loin d'être transcendant.

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


DANKO JONES
Fire Music (2015)
Gros dégueulasse




Age Sten Nilsen's AMMUNITION
Shanghaied (2015)
Le Hard Rock se conditionne en cartouches


Marquez et partagez




 
   GEGERS

 
  N/A



- Hans Ziller (guitare)
- David Reece (chant)
- Harry Reischmann (batterie)
- Ronnie Parks (basse)
- Paul Morris (claviers)


1. That’s How He Rocks
2. Loaded Gun
3. White Lightning
4. Let’s Fly Away
5. Easy Living
6. The Damage Is Done
7. Too Late
8. Into The Night



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod