Recherche avancée       Liste groupes



      
POP ROCK / METAL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Blaze Bayley, Iron Maiden

WOLFSBANE - Live Fast, Die Fast (1989)
Par MULKONTHEBEACH le 31 Mars 2014          Consultée 2130 fois

Voilà un groupe qui débute sa carrière professionnelle sur les chapeaux de roue.
WOLFSBANE, petit groupe anglais sans prétention, sort son premier album en 1989, ce "Live Fast, Die Fast: Wicked Tales of Booze, Birds and Bad Language" sur le label Def American Records de Rick Rubin, et est même produit par le producteur renommé.

Forts de plusieurs démos depuis leurs débuts au milieu des 80’s, l’une d’entre elles a fini sur la platine de l’homme qui produit aujourd'hui tout le monde.
Un coup de chance ? Oui mais pas seulement.

Issus du nord de l’Angleterre et non des environs de Londres ou tout est plus facile, les quatre acolytes ont travaillé dur pour en arriver là.
Des pubs presque vides écumés jusquà plus soif (ok je sors !), aux salles de capacité moyenne bondées, il s’en est passé du temps.

L’entité WOLFSBANE est attachante car bourrée de défauts. Les musiciens ont un niveau technique moyen, mais pour autant, aucune faute de goût n’est à déplorer dans ce premier album plein de jus, d’innocence, et de naïveté.

Justement, à bien y penser, il semble que Rubin saque d’emblée l’énergie que déploie le groupe sur scène, avec sa production trop précise qui ne laisse aucune place à la spontanéité dont une jeune formation peut faire preuve, et c’est bien dommage.
Le barbu est définitivement plus à même de peaufiner l’album d’un groupe à la carrière établie, tel METALLICA, RED HOT CHILI PEPPERS ou bien un JOHNNY CASH avec un pied dans la tombe, que de découvrir de nouveaux talents.

Néanmoins, et insidieusement, les titres s’infiltrent dans nos oreilles mielleuses avec un malin plaisir. Loin d’être mauvaise, la musique s’écoute, parfois avec attention, parfois avec un léger sourire aux lèvres. Et alors ? le but premier lorsqu’on écoute un disque est de prendre du plaisir non ? Dont acte.

Blaze Bayley vous connaissez ? Il s’accapare le chant et est très à l’aise dans ce registre où Rock et Metal se croisent en double sens, sans provoquer d’accident grâce à une conduite irréprochable… Les gars se connaissent bien et cela s’entend !

Le single "Shakin’" est d’une écriture toute anglo-saxonne, bien ficelé, tout en breaks, ponts et cascades, là ou nous autres Européens nous entremêlons les pinceaux en compliquant forcément les choses pour un rendu souvent discutable mais par ailleurs plus riche.

Vous me direz que les Grands Bretons font partie de l’Europe, c’est vrai, mais leur positionnement géographique insulaire et directement penché outre-atlantique traduit naturellement une volonté de séduire par des schémas typiquement américains.
Comme le dit justement Justin Sullivan de NEW MODEL ARMY, « We're the 51th state of America »… il en est de cela ici mais pour le meilleur heureusement !

Le partenaire privilégié de Blaze est le guitariste Jason Edward, qui, s’il n’est pas un virtuose, a toutefois cette faculté de s’adapter à toutes les ambiances, autant en rythmiques qu’en soli, d’autant que la galette est variée, entre balades sympas, titres Rock, et autres plus Heavy, d’ou la difficulté…

"I Like It Hot" se veut plus léger avec son refrain très Pop, où les musiciens se mettent délibérément en retrait dans un contexte qui l’exige.
Là où la section rythmique cartonne en tous points, c’est bien sur ce "Killing Machine" Heavy au possible, avec ce riff ravageur et incendiaire ! En effet, Jeff Hateley, bassiste de son état, et Steve Ellett, cogneur à la frappe bûcheronne se révèlent être de véritables frères d’armes unis pour la cause.

Blaze, quant à lui est souvent critiqué pour son chant, un brin stéréotypé il est vrai, tout en possédant un bel organe lorsqu’il s’agit de chanter du Rock. En cela, WOLFSBANE lui va comme un gant, en proposant des variantes intéressantes et moins techniques que dans un registre foncièrement Heavy Metal.
Vous avez dit IRON MAIDEN ?

Pour un premier jet ce n’est pas si mal, un album varié et plaisant, avec un réel esprit de groupe ! Qui plus est, les compositions sont bonnes et bien senties. Écoutez "Money To Burn" et vous n’en douterez pas non plus avec son tempo ultra rapide , fort bien interprété.

Un très bon premier album avec toutes ces qualités qui en font aussi ses défauts. Si le style est encore balbutiant, l’énergie est bien présente, et est très communicative.
En définitive, un excellent album de Rock/Métal ou règne un état d’esprit positif, qui permet de faire une pause dans la morosité ambiante.

A lire aussi en POP ROCK / METAL par MULKONTHEBEACH :


Phil LYNOTT
Solo In Soho (1980)
Phil en solo, déconcertant mais jouissif !




SAIGON KICK
Devil In The Details (1995)
Un parfait ovni


Marquez et partagez




 
   MULKONTHEBEACH

 
  N/A



- Blaze Bayley (chant)
- Jason Edwards (guitare)
- Jeff Hateley (basse)
- Steve 'danger' Ellett (batterie)


1. Man Hunt
2. Shakin'
3. Killing Machine
4. Fell Out Of Heaven
5. Money To Burn
6. Greasy
7. I Like It Hot
8. All Or Nothing
9. Tears From A Fool
10. Pretty Baby



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod