Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD FM / A.O.R   |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Bigfoot
- Style + Membre : From The Inside
 

 Facebook (144)
 Myspace (151)

TYKETTO - Dig In Deep (2012)
Par JEFF KANJI le 12 Novembre 2013          Consultée 1179 fois

TYKETTO ? Ce nom ne dit peut-être rien à la plupart d’entre vous mais sous ce patronyme se cache l’un des seconds couteaux malchanceux du Hard US de la fin des eighties. Les principaux torts des New-yorkais ? Ne pas avoir su se démarquer suffisamment de la masse malgré un premier opus prometteur mais pas suffisamment affranchi de l’ombre des géants WHITESNAKE et BON JOVI. Deuxième écueil : "Don’t Come Easy", son premier album est sorti chez Geffen en 1991, TYKETTO ne pouvait tomber plus mal ! La tuerie "Nevermind" sortira des presses du label la même année, anéantissant les espoirs de nos rockers de s’installer durablement.

Ainsi, après avoir vivoté après le départ de Danny Vaughn (qui se sera dans le même temps éclaté en solo avec le guitariste de TEN, Scott McKenna) grâce au talentueux Steve Augeri, TYKETTO s’est séparé dans l’indifférence générale. Reformée depuis 2004, la formation essaie tant bien que mal à continuer à sortir des disques (une compilation de raretés, un Live) et avril 2012 voit la sortie du quatrième opus studio des Américains en 22 ans de carrière…

La première écoute est des plus flatteuses : un Hard FM efficace, pas tape-à-l’œil pour un sou mais bien ficelé. Le genre de découverte hasardeuse que j’aime faire au gré de mes recherches sur Internet. Danny Vaughn ne s’obstine pas comme une majorité de ses collègues de style à tutoyer les aigus (n’est pas Stan Bush qui veut) et nous fait profiter de lignes mélodiques bien troussées mais manquant franchement d’originalité. Toutefois s’il chante bien, il ne possède pas ce que j’appelle UNE voix : timbre banal et interprétation un peu plate ("Here’s Hoping It Hurts"), Danny Vaughn est une sorte d’Eric Martin du pauvre pour vous donner une idée. Les écoutes répétées de l’album font un peu oublier ce point pour se concentrer sur l’efficace jeu de guitare de Brooke St James qui sait y faire pour occuper l’espace avec des rythmiques souvent très groovy (comme on en trouve en abondance chez HAREM SCAREM). Les riffs de "The Fight Left For Me" ou encore "Dig In Deep" sont de bons échantillons des capacités du bretteur de TYKETTO.

Autant ses guitares acoustiques sont cristallines (on sent le côté guitariste habitué à l’électrique mais je chipote), autant le son saturé qu’il utilise s’avère des plus roots ! On pourra d’ailleurs soit reprocher soit apprécier cette production sans fioriture assez dynamique qui permet d’écouter très distinctement chaque instrument dans ses moindres détails, ce qui lui conserve un certain charme et l’assurance de bien vieillir. Ce qui n’est pas le cas des morceaux… Car à force de l’écouter je me rends bien compte que tout cela fleure bon les MTV-eighties avec tout ce que cela comporte. Les hymnes radiophoniques très Pop ("Evaporate" avec sa cadence acoustique rappelant Tracy CHAPMAN), les mid-tempi groovy ("Faithless Love") tout y est ! Le groupe a tout de même eu le goût de nous épargner la sempiternelle ballade chiante et convenue. Faut dire que sur un album usant les poncifs du style c’était à craindre (les paroles, point que je n’ai pas abordé, sont basiques au possible « reviens vers moi bébé, entoure-moi de tes bras » etc)... Ils nous l’ont gardé pour la fin !!! Et "This Is How We Say Goodbye" est peut-être une des satisfactions de "Dig In Deep" finalement un peu dans l'esprit du "When The Children Cry" de WHITE LION.

Du coup, "Dig In Deep" n’est pas spécialement raté. TYKETTO est en revanche clairement une formation d’un autre temps qui n’a pas pour elle une flopée de hits à son back-catalogue lui ayant assuré une pérennité sur la scène. On ne peut pas reprocher à ces musiciens de continuer à se faire plaisir, car à côté de ça ils le font plutôt bien. Si cet album ne restera clairement pas dans les annales, les musiciens peuvent au moins se targuer d’avoir produit un album honnête et pas honteux pour deux sous, car tout cela sent tout de même plus la spontanéité que la grosse machine à produire qu’il y aurait pu y avoir derrière.
"Dig In Deep" est moyen. On veut l’aimer, et parfois il nous donne satisfaction ("Evaporate", "Sound Off"), au point qu’il fera une bande-son idéale de vos soirées entre potes au soleil, Budweiser à la main et stetson vissé sur le crâne, car Dieu que TYKETTO sonne américain. Mais faudra pas tellement lui en demander non plus.

A lire aussi en HARD FM / A.O.R par JEFF KANJI :


DEF LEPPARD
Viva! Hysteria (2013)
Quand y en a plus, et ben y en a encore




X JAPAN
Dahlia (1996)
Troquer les grosses caisses pour les violons


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Danny Vaughn (chant)
- Brooke St James (guitare lead, chœurs)
- Jimi Kennedy (basse, chœurs)
- Michael Clayton (batterie)
- Bobby Lynch (claviers)


1. Faithless Love
2. Love To Love
3. Here’s Hoping It Hurts
4. Battle Lines
5. The Fight Left In Me
6. Evaporate
7. Monday
8. Dig In Deep
9. Sound Off
10. Let This One Slide
11. This Is How We Say
12. She Was The One (japanese Bonus Track)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod