Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Jack Blades , Revolution Saints

DAMN YANKEES - Damn Yankees (1990)
Par JEFF KANJI le 9 Septembre 2015          Consultée 1076 fois

La mode Arena Rock et AOR bat son plein durant les années 80. Les USA sont particulièrement friands de cette musique qui sait à la fois rester Hard Rock et caresser les ondes radiophoniques, si bien que tous s'y mettent, de KISS à MÖTLEY CRÜE, en passant par STYX. Des formations comme BOSTON, JOURNEY ou NIGHT RANGER ont montré la voie et les "Don't Tell Me You Love Me", "Don't Stop Believin'" et autres "More Than A Feeling" sont encore dans toutes les mémoires. Ce feeling eighties s'est malheureusement trop souvent associé à un recours massif aux technologies synthétiques de l'époque ("Killroy Was Here" de STYX en est un parfait exemple et provoquera le départ de son guitariste Tommy Shaw) qui ont dramatiquement mal vieillies.

J'en viens au fait. Ted Nugent est en plein creux dans sa carrière. Son Hard Blues démonstratif est résolument ancré dans la décennie précédente et peine à gagner de nouveaux adeptes. Tommy Shaw, qui souhaite privilégier une approche Hard Prog, entre en conflit avec Dennis DeYoung et décide de quitter STYX. Et puis nous avons le débonnaire Jack Blades, qui semble être pote avec tout le monde et à qui vient l'envie de monter un groupe avec son ami sans-emploi en fin de décennie. Voyez ces trois noms que je viens de vous citer. Il suffisait de trouver un batteur à la hauteur du talent des trois bonhommes qui prendrait le sobriquet de DAMN YANKEES.

Ce supergroupe sur le papier est une véritable association de talents qui une fois la somme de ses idées couchées sur bandes magnétiques confère à l'alchimie. Le meilleur de ces musiciens se combine, à commencer par les voix parfaitement complémentaires de Tommy Shaw (qu'on n'entendait que trop peu au sein de STYX, même si j'adore la voix de Dennis DeYoung) et de Jack Blades. Il suffit de constater l'impact des chœurs de cet éponyme pour en prendre pleine mesure. Les soli de guitare sont bien évidemment dantesques, grâce à la combinaison du jeu intelligent et construit de Tommy Shaw, et celui plus énergique et émotionnel de Ted Nugent, qui sait mettre trois tonnes de feeling dans chacune de ses notes. Outre le fait d'être devenu un gros con de conservateur puritain, on oublie trop souvent de nos jours que la carrière de ce dernier, démarrée à onze ans avec les AMBOY DUKES, a fait de lui un guitar hero et qu'il reste incontestablement l'un des plus grands maîtres de la six-cordes de notre temps.

Ces Américains damnés commencent très fort avec un premier single "Coming Of Age" qui donne le ton : vocaux mélodiques et Hard Rock, chœurs amples et FM, guitares virevoltantes, mixage de qualité et puissant, on est parti pour trois quarts d'heure de folie Hard US avec tout ce qu'il faut pour que ça fonctionne. Le talent des gaillards est évident ici, et DAMN YANKEES livre en cette année 1990 l'un des derniers grands disques du genre (avec le "Cherry Pie" de WARRANT sorti la même année). "High Enough" a tout de la caricature de la ballade Hard FM des années 80 aussi kitsch qu'irrésistible, et ce grâce au duo Shaw/Blades (qui continuera à œuvrer après la dissolution de DAMN YANKEES) magistral dans ce partage de lignes vocales de haut niveau… Sans oublier un solo tout en feeling de Ted Nugent. Tous les titres de cet opus maintiennent à peu près ce niveau de qualité et si l'on peut reprocher une trop grande homogénéité entre ces dix morceaux, difficile de faire la fine bouche devant autant de maîtrise et de talent : pour une fois qu'un supergroupe parvient à délivrer le meilleur, ne nous en privons pas. Ce DAMN YANKEES a vieilli certes, plus dans les intentions et l'écriture que dans le son, mais il reste toujours aussi jouissif vingt-cinq ans plus tard.

A lire aussi en HARD ROCK par JEFF KANJI :


RAINBOW
Black Masquerade (2013)
Spotlight Ritchie




DEF LEPPARD
Songs From The Sparkle Lounge (2008)
Le léopard redore sa fourrure


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
   HARDMAN

 
   (2 chroniques)



- Tommy Shaw (chant)
- Ted Nugent (chant, guitare)
- Jack Blades (chant, basse)
- Michael Cartellone (batterie)


1. Coming Of Age
2. Bad Reputation
3. Runaway
4. High Enough
5. Damn Yankees
6. Come Again
7. Mistified
8. Rock City
9. Tell Me How You Want It
10. Piledriver



             



1999 - 2016 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod