Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

1980 Wild Cat
1981 1 Spellbound
Crazy Nights
1982 The Cage
2019 Ritual
2023 1 Bloodlines
 

2023 Bloodlines
 

- Style : Blizzen, Katana, Tanith
- Membre : Thin Lizzy, Whitesnake, Blue Murder

TYGERS OF PAN TANG - Bloodlines (2023)
Par DARK SCHNEIDER le 26 Juin 2023          Consultée 393 fois

Elle est amusante la pochette. Bien que son auteur le nie, il est difficile de croire qu'il n'ait pas eu recours à Midjourney ou autre intelligence artificielle, au moins pour concevoir le décor de fonds. Et si j'étais mauvaise langue (et je le suis parfois, pas de bol), je dirais que tout cela est un peu à l'image des TYGERS : depuis plus de 20 ans que Robb Weir a repris les rênes du groupe, je peine toujours à définir son identité, je veux dire par là que j'imagine sans peine une IA générer cet album tant le groupe n'a aucune patte particulière (et pour des tigres, c'est un peu dommage). La pugnacité ne suffit pas toujours et l'histoire des TYGERS le prouve : ce qui a donné toutes ses qualités à "Spellbound" c'était le duo Sykes/Deverill, Fred Purser avait également apporté beaucoup d'éléments nouveaux sur "The Cage" (et cela le PURSER/DEVERILL de 2018, sa suite logique, le prouve). Weir est tenace mais il n'est pas un grand songwriter, il a toujours dû s'entourer d'autres musiciens qui ont plus que largement contribué à l'écriture des morceaux, ce "Bloodlines" le démontre une fois de plus.

Car nous avons ici affaire à un nouveau changement de line-up. L'arrivée de Francesco Marras étant loin d'être négligeable, car outre le fait de devoir assurer la plupart des soli, il doit aussi assumer le rôle de co-compositeur, c'est ainsi qu'il est crédité sur tous les titres et compose même tout seul les deux meilleurs morceaux de l'album "A New Heartbeat" et "Fire On The Horizon". Marras n'est certes pas Sykes, mais il réhausse le niveau technique du groupe avec comme gros inconvénient de gommer les riffs aux relents NWOBHM qui étaient encore présent avec son prédécesseur, Micky Crystal.
Quoiqu'il en soit, les TYGERS continuent donc de nous délivrer un mix de Hard Rock et de Heavy Metal assez quelconque et manquant de reliefs. C'est là toute la différence avec des gars inspirés comme Sykes ou Purser : ces derniers impulsaient une direction musicale et des idées fortes, là où Marras semble juste appliquer le cahier des charges imposé par Weirr. De plus, ce n'est pas Jacopo Meille qui relèvera le niveau car s'il est clairement un bon chanteur sur le plan technique il n'a cependant que trop peu de charisme vocal et ne parait pas toujours très concerné, guère touchant sur les ballades, on pourrait le remplacer que ça ne changerait pas grand chose, mais comme il fait le job et écrit les textes, Weir peut s'en contenter.

Passé ces considérations, on ne peut qu'admettre que ce "Bloodlines" est un album parfaitement bien mis en boite, bien réalisé, produit aux petits oignons et contenant quand même quelques morceaux sympathiques, peut-être un peu plus équilibré que le précédent ("Ritual"), plus Heavy et avec une prod' plus moderne mais ne contenant rien du niveau d'un "Sail On". L'ensemble est donc varié (mid-tempos, ballades, morceaux plus Speed et Heavy), on y décèle des influences extérieures (SCORPIONS, PRIEST...). Est-ce suffisant pour que le groupe redeviennent vraiment mordant ? Non, clairement. Tenez, prenez l'énergique "Back For Good", cela sonne tellement comme n'importe quel combo générique de Glam Metal américain qui courait vainement après le succès dans les 80s, ce qui concoure à donner cet aspect vraiment impersonnel qui pénalise le groupe depuis trop longtemps.
"Bloodlines" est un de ces nombreux albums sympatoches, mais que l'on oubliera très vite faute d'identité propre, et pour un groupe de cette ancienneté, c'est quand même ballot. Soyons sévère dans notre notation, car la pochette franchement, c'est abusé.

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK SCHNEIDER :


CIRITH UNGOL
One Foot In Hell (1986)
Un chef d'oeuvre du metal épique!

(+ 1 kro-express)



FIFTH ANGEL
Time Will Tell (1989)
Metal classieux et mélodique


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
   DARK SCHNEIDER

 
   (2 chroniques)



- Jack (jacopo meille)
- Robb Weir (guitare)
- Francesco Marras (guitare, chant)
- Huw Holding (basse)
- Craig Ellis (batterie)


1. Edge Of The World
2. In My Blood
3. Fire On The Horizon
4. Light Of Hope
5. Back For Good
6. Taste Of Love
7. Kiss The Sky
8. Believe
9. A New Heartbeat
10. Making All The Rules



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod