Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Sargeist

SPECTRAL WOUND - A Diabolic Thirst (2021)
Par POSITRON le 21 Mai 2021          Consultée 275 fois

Après un "Infernal Decadence" que j'ai bêtement oublié de chroniquer et qui a permis à SPECTRAL WOUND de se démarquer grâce à leur bonne idée de sortir un des meilleurs albums de Black Metal de 2018 – et puis, qui avait écouté Terra Nullius ? Pas grand monde – voilà donc que débarque "A Diabolic Thirst" avec une de mes pochettes préférées de ces dernières années et des titres comme "Imperial Saison Noire" et "Soul Destroying Black Debauchery" pour quarante minutes de Black traditionnel.

Je salive.

SPECTRAL WOUND joue une version mid-fi d'un Noir Metal curieusement finlandais pour des Québécois, inspirée par SARGEIST (plutôt les débuts), HORNA et SATANIC WARMASTER, ou plus généralement – je vous le donne en mille – la seconde wave norvégienne dans ses moments les plus tonaux. Plus âpre que "Infernal Decadence" et sa production presque parfaite avec ses gros murs de son, sans non plus se plonger dans les abysses du raw SPECTRAL WOUND pourra néanmoins dérouter des auditeurs peu connaisseurs de leurs classiques : car après tout qu'est-ce qui différencie cet album d'un énième album de seconde wave ?

J'ai un peu envie de vous dire, pas grand chose à part que c'est bien, ou alors de vous reparler de production : car enfin de compte, c'est peut-être comme ça que doit sonner le Black Metal traditionnel en 2021, sans les triggers et le chrome d'une production Djent plus plastique que ma bouteille de Quézac et sans avoir à re-amp son master mix à travers l'ampli le plus pourri du monde histoire de faire plus raw que LLN. Mais, il faut bien parler un peu de la composition et de l'exécution un peu – non j'insiste – outre le fait que ce sont des musiciens qui savent très bien ce qu'ils font il y a une certaine compréhension de l'allure, de la cadence – oui j'essaye de traduire "pacing" en français, ça marche plus ou moins – du rythme de la composition : savoir quand sortir les gros riffs finlandais bien mélo ou quand taper bêtement sur l'auditeur. C'est un art plus difficile qu'il n'y paraît et même que je vais devoir à faire attention à les plagier discrètement pour que ça ne se repère pas trop. C'est peut-être comme ça que je vais noter maintenant, en fonction d'à quel point j'ai envie de plagier le disque. J'ai pas mal envie d'en reprendre des astuces mais pas autant que je pompe EMPEROR et BLUT AUS NORD tous les jours de ma vie, on va donc dire un petit quatre, ça me semble juste.

Et en conclusion, ce disque, est-il vraiment moins bon que "Imperial Decadence" ? Une question que seul moi et cinq nerds fans de Black Metal se posent en France. Franchement, je comprends qu'on y trouve un léger recul mais j'aurais du mal à sévir tant ce disque reste un réel plaisir.

A lire aussi en BLACK METAL par POSITRON :


VOLAHN
El Tigre Del Sur (2019)
En nombre de la patria ! Viva Zapata !




IFERNACH
Waqan (2020)
Mémoires septentrionales de coureurs des bois


Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
   POSITRON

 
   (2 chroniques)



- Patrick (guitare)
- Illusory (batterie)
- Jonah (chant)
- Sean (guitare)
- Sam (basse)


1. Imperial Saison Noire
2. Frigid And Spellbound
3. Soul Destroying Black Debauchery
4. Mausoleal Drift
5. Fair Lucifer, Sad Relic
6. Diabolic Immanence



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod