Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Sargeist

SPECTRAL WOUND - A Diabolic Thirst (2021)
Par MEFISTO le 17 Mai 2021          Consultée 905 fois

Fans de 1349, SARGEIST et SETHERIAL, jetez-vous illico sur ce troisième album de SPECTRAL WOUND, dont la provenance, dès la première écoute, est évidente... Ou non ? Ah, vous là-bas, vous dites Norvège ? Vous, Suède ? Vous, vous poussez l'audace jusqu'à la Finlande, même l'Allemagne ? Eh bien non, cette collection de six morceaux de viande avariée brillamment mélodiques à la sauce raw qu'est "A Diabolic Thirst" est un produit québécois. Montréalais, pour être précis.

Je vous entends… « Y a pas de quoi casser trois pattes à un canard WC », oui je sais. On a tous déjà entendu ce genre de Black, occulte et nihiliste, qu'il flirte avec le démon ou la philosophie du mal-être ou du je-m'en-contrefoutisme ; cette musique est crade, dense, approximativement produite et grésillante un max, même en 2021. Mais putain de merde, quand c'est bien fait et que les zicos savent mettre la pâtée et les bons accents sur les bonnes lettres, y a pas à rechigner, n'est-ce pas ?

Dans cette optique, vous seriez cinglé de snober ce disque, le troisième du quintette. Six titres qui vous donneront que de la chair à bastonner ou à avaler. Ouais, six, SHINING style. D'ailleurs, l'ambiance que crée SW sur quelques méfaits, dont la très bonne ouverture "Imperial Saison Noire" – superbe nom de bière au passage – me fait penser au SHINING première période : étouffante, perturbante, minimaliste et excitante en même temps. Les Québécois savent comment faire danser les cadavres sur le fil de leurs trémolos !

Ils savent également se la jouer internationale et catchy avec le premier extrait, "Frigid And Spellbound" (pas ma préférée en raison de cette cape de caméléon dont elle se revêt), classiquement nordique (les incisives "Soul Destroying Black Debauchery" et "Fair Lucifer, Sad Relic") et presque Progressif (la coolos et labyrinthique "Mausoleal Drift"). Il touche même à la grâce, au Black Impérial, avec "Diabolic Immanence", qui nous fait passer par toute la gamme des émotions. Cette clôture nous rapproche des accents funèbres et épiques de "Imperial Saison Noire", dans un autre style…

Seul bémol, à part peut-être la limite de créativité des Montréalais côté riffs et atmosphères : la production, plutôt sèche et peu invitante. On est en droit de s'attendre à plus de chaleur en 2021 quand on écoute des chants venus tout droit de l'Enfer ou, plus près de nous, de l'absurdité de l'âme humaine. Oui, contre toute attente, il y a moyen de réinventer la roue. La musique est un de ces arts inépuisables qui le permet.

Je sais toutefois que SPECTRAL WOUND est entre de bonnes mains avec Profound Lore et que cela ne peut que présager de brillants lendemains. Quand on officie dans ce style, parfois, quelques deniers de plus ou un conseiller artistique bien avisé peuvent tout changer. La base est solidement là, suffit de l'élever.

Note : 3,5/5.
Podium : (or) "Diabolic Immanence", (argent) "Imperial Saison Noire", (bronze) "Mausoleal Drift".

Indice de violence : 3/5.

A lire aussi en BLACK METAL par MEFISTO :


TORCHBEARER
Death Meditations (2011)
Du stainless steel, rien de moins




INQUISITION
Ominous Doctrines Of The Perpetual Mystical Macrocosm (2010)
Autre inquisition des mains... à couper !


Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
   POSITRON

 
   (2 chroniques)



- Patrick (guitare)
- Illusory (batterie)
- Jonah (chant)
- Sean (guitare)
- Sam (basse)


1. Imperial Saison Noire
2. Frigid And Spellbound
3. Soul Destroying Black Debauchery
4. Mausoleal Drift
5. Fair Lucifer, Sad Relic
6. Diabolic Immanence



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod