Recherche avancée       Liste groupes



      
POST-HARDCORE  |  STUDIO

Commentaires (1)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


TOUCHÉ AMORÉ - Stage Four (2016)
Par ISAACRUDER le 28 Novembre 2016          Consultée 1766 fois

Voilà plus d’un an que j’ai quitté ma belle France et que Montréal me dévoile les charmes d’une Amérique du Nord que je pensais simplement factice. J’aime mon pays, cette grande terre variée, son terroir, ses paysages, son histoire. La France éternelle, ma patrie de cœur. Et pourtant, Montréal je t’aime aussi, avec ta joie de vivre, ta beauté, tes parcs magnifiques, tes gratte-ciels colorés, ton cœur palpitant. C’est bien simple, la jeunesse est ici, dynamique, souriante, bourrée d’espoir. Ce que la France semble parfois avoir perdu. Mais quitter le pays c’est aussi quitter ses proches, et il est certain que le piège serait de faire se joindre la distance physique avec la distance émotionnelle. Et je pense souvent à ma famille, ma mère surtout, que j’aime plus que tout. Et parfois j’imagine le pire. Moi à l’autre bout de l’océan, avec le cœur détruit, sautant dans un avion avec la vie qui s’effondre et le monde qui s’efface.

TOUCHE AMORE, dans son dernier album "Stage Four", est là pour rappeler cette évidence : profiter de ceux que l’on aime avant la fin.

Ce qui frappe d’emblée chez TOUCHE AMORE c’est la sincérité. Celle que je retrouvais avant chez GOJIRA. La sincérité des groupes qui jouent avec leur âme. Chez les californiens de TOUCHE AMORE elle est portée par Jeremy Bolm, chanteur-leader et parolier exceptionnel. "Is Survived By" était déjà extrêmement subtil et émotionnel, et "Stage Four" continue sur cette voie, avec une thématique sombre que vous avez deviné dans mon introduction : la perte de la mère du chanteur, décédée à 69 ans après un long cancer.

Mais à la différence de GOJIRA, TOUCHE AMORE continue à jouer avec les tripes. Rien n’est sur-joué, rien n’est artificiel. Leur Emo-Hardcore est brut, tellement beau dans "Stage Four" qu’il donne une énergie et une joie de vivre incroyables. Et pourtant, les textes sont tristes, profonds, remplis de regrets, de souvenirs et d’une violence indicible :

"It's been replaying/ Over and over/The words they echo/A violent offer/When you leaned in/And said/We both know what this is/And I haven't recovered since/No I haven't recovered since/No I haven't recovered"

Mais leur musique est positive, quand les leads de guitare ne viennent pas ajouter une douceur larmoyante ("Flowers And You"). "Stage Four" est un mélange parfait entre le caractère plus jeune et dynamique de "Parting the Sea Between Brightness and Me" et la noirceur de "Is Survived By" plus Post-Hardcore. Le parti pris presque Punk Rock Californien est surprenant ("New Halloween"), couplé à ces mélodies issues du meilleur du précédent album ("Rapture"). TOUCHE AMORE avance et passe un cap à chaque album, "Stage Four" apparaissant clairement comme un album de la maturité.

Cette impression d’écouter une musique positive, jeune, californienne, ne peut pas être constante si l'on se concentre sur les textes, essentiels pour approcher TOUCHE AMORE. Dans "Stage Four", ils sont tous dédiés aux souvenirs de Jeremy, dont la mort de sa mère a affecté le chant, l’écriture, la performance toute entière. Cette dernière est sa meilleure, tant il dégage une émotion palpable. "Benediction" par exemple, avec son chant doublé, est magnifique :

"You left a hole in this earth/And you paid for it up front/I had to fill it with dirt/While your friend sang the song/May the lord/Mighty God/Bless and keep you forever/Grant you peace/Perfect peace/Courage in every endeavor"

La beauté des textes est indéniable. "Stage Four" est un album rongé par la tristesse, mais dont la musique relève son chanteur, l’obligeant à avancer, l’optimisme en ligne de mire. La mentalité nord-américaine dans ce qu’elle peut avoir de meilleur.

Et il est difficile de ne pas être touché par TOUCHE AMORE. L’honnêteté de cet album est totale. "Stage Four" s’avère finalement simple, efficace, mais extrêmement bien exécuté. La construction des morceaux est parfaite, les leads sublimes, le son superbe, et certains titres font clairement partie de leurs meilleurs, dont l’étonnant "Skyscraper" qui conclut l’album en douceur avec ce chant féminin couplé à celui de Jeremy, comme si l’esprit de sa mère revenait pour chanter avec son fils et parler du rêve américain :

"Below the busy streets/We watched your dreams unfold/New York City/ It's all yours/It's yours"

On relèvera dans l’édition Deluxe la présence du titre "Gather" en fin d’album, absolument impérial, avec sa fin salvatrice, véritable testament et hommage en même temps que volonté d’aller de l’avant, avec son final massif, très Post-Hardcore, dans lequel Jeremy se relève, affronte, et annihile toute tristesse :

"And by gather myself I mean […]
Point my eyes to the ceiling
To evade what I'm feeling
In some cunning attempt to
Outrun the things that have made the night my home"

TOUCHE AMORE est un des plus beaux groupes du monde.

A lire aussi en HARDCORE par ISAACRUDER :


KICKBACK
No Surrender (2009)
La haine




The DILLINGER ESCAPE PLAN
Dissociation (2016)
Merci pour tout


Marquez et partagez





Par ISAACRUDER




 
   ISAACRUDER

 
  N/A



- Jeremy Bolm (chant)
- Tyler Kirby (basse)
- Nick Steinhardt (guitare)
- Clayton Stevens (guitare)
- Elliot Babin (batterie)


1. Flowers And You
2. New Halloween
3. Rapture
4. Displacement
5. Benediction
6. Eight Seconds
7. Palm Dreams
8. Softer Spoken
9. Posing Holy
10. Water Damage
11. Skyscraper
12. Gather (bonus De L'edition Deluxe)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod