Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK SYMPHO/MÉLO  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

2011 Ex Oblivion
2016 République
 

 Bandcamp (531)

MALEVOLENTIA - Ex Oblivion (2011)
Par MEFISTO le 15 Décembre 2011          Consultée 3644 fois

Le Black Sympho français n'est pas le plus reconnu du Globe et il y a peut-être des raisons à ça. Le nombre de groupes notables de un et le raz-de-marée déclenché par des entités machiavéliques comme ANOREXIA NERVOSA, ont presque fait passer les autres pour des restants de table.

Mais cette époque est révolue, du moins pour MALEVOLENTIA, sous-clone d'AN, mais pas nécessairement moins efficace et attrayant. Un brin moins violent et grandiloquent, théâtral dirons-nous, le quintette originaire de Belfort nous envoyait dans la poire en début d'année son deuxième album de Black Sympho/Mélo aussi hargneux qu'accrocheur.

MALEVOLENTIA injecte bien sûr une dose de folie bienvenue sur ce second skeud, comme "Dagon" et son mélange de voix sous couvert d'orchestrations pompeuses. Il y a aussi la fin de "Martyrs" ou "La Nonne Et l’Incube", deux des meilleurs titres, question de bien mettre sa botte sur notre gorge pour nous empêcher de se relever facilement de notre traversée de ce désert de ronces. Car les Français ne jouent pas comme des enfants d'école, leur mélodicité "mode apocalypse" est brillante (l'instrumentale "Dies Irae" confirme leur inspiration).

MALEVOLENTIA est un vrai conquérant, un seigneur de la guerre, lorsqu'il nous fouette avec des titres comme "A l’Est d’Eden", qui nous font goûter à toute l'étendue de ses pouvoirs symphoniques. Les intros de "Nyarlathotep" et du morceau-titre font aussi partie de cet amoncellement de moments marquants, qui s'éloignent même des comparaisons bancales et obsolètes que les détracteurs du Black Sympho ne cessent de faire avec les créateurs du genre. MALEVOLENTIA fait partie du revival et ça fait du bien, on s'ennuyait presque de ces mélopées cauchemardesques qui évoquent les images les plus sombres et fascinantes. Et en plus, c'est chanté dans la langue de Molière ! Ceux qui n'aiment pas ses consonances pourront aller se rhabiller, car ce disque est universel, personne n'en fera de cas tellement les compositions sont riches et dépassent la frontière linguistique.

Il y a l'enrobage de qualité, mais il ne faudrait pas oublier la technicité derrière tout ça. Les Français poussent bien sûr la vente sur leurs orchestrations, style oblige, mais notre attention ne devrait pas être détournée des grattes puissantes et colorées de cet "Ex Oblivion". Elles sont les maîtres d'œuvre de ces tempêtes guerrières qui foudroient l'ennemi d'un coup sec. Vous pourrez penser au Black Sympho/Mélo du début des années 2000, voire les pointures de la deuxième moitié des 90's, mais vous devrez surtout rendre à César ce qui lui revient. Voyage dans le temps ou pas, ce que MALEVOLENTIA produit ici avec brio est un album bourré ras-la-gueule de riffs intemporels ("Serment De La Corde", "La Nonne Et l’Incube") et d'atmosphères fantastiques amenées souvent par cette nymphe issue des contes les plus macabres. Elle nous charme notamment sur "Le Geste Du Corbeau", version horrifique d'Alice au Pays des merveilles.

"Ex Oblivion" aurait pu être encore meilleur si les parties chorales et instrumentales avaient été plus nombreuses. C'est cruel à dire, mais les Français, outre leurs soli géniaux, tombent souvent dans le même canevas : intro rêveuse, cinématographique, et débandade mélodique à grands renforts de hurlements. Ce n'est pas nécessairement un reproche, mais un constat ; il est difficile de trouver la formule idéale, mais on peut fantasmer. Surtout lorsqu'on est ainsi conquis par un groupe qui fait son gros possible pour rester gravé dans notre discographie intérieure.

MALEVOLENTIA est un combo à suivre, car il pourrait devenir un leader de la scène Black Sympho. Je lui souhaite sincèrement et le félicite pour cet "Ex Oblivion", fameux effort non-hollywoodien conçu pour nous ficher une peur bleue. Et c'est réussi !

A lire aussi en BLACK SYMPHONIQUE par MEFISTO :


CRADLE OF FILTH
Dusk... And Her Embrace (1996)
La bible filthienne

(+ 5 kros-express)



CRADLE OF FILTH
Damnation And A Day (2003)
Le chef-d’œuvre d'un grand groupe.

(+ 3 kros-express)

Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Tzeensh (basse)
- Spleen (chant)
- Apathy (guitare)
- Abhoth (batterie)
- Arbaal (guitare)


1. Ex Libris Oblivionis
2. Serment De La Corde
3. Martyrs
4. A L’est D’eden
5. Dies Irae
6. Dagon
7. Nyarlathotep
8. Ex Oblivion
9. La Nonne Et L’incube
10. Le Geste Du Corbeau



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod