Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER SYMPHONIQUE  |  STUDIO

Commentaires (4)
Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Mayan
- Style + Membre : Kamelot
 

 Myspace (411)

SONS OF SEASONS - Magnisphyricon (2011)
Par MEFISTO le 3 Mai 2011          Consultée 4213 fois

Oliver Palotai a rebondi. Il ne pouvait échouer. Pas un type doué comme lui. Le premier album de son nouveau projet, "Gods Of Vermin", a été durement écorché par la critique et les fans, de sorte qu'un revirement de situation majeur, de son propre aveu lors d'une entrevue, devait arriver. Sinon, byebye SONS OF SEASONS.

Le titre "Magnisphyricon" (collage des termes « magnus » – grand – et sphère) a été imaginé par Palotai pour parler du monde créatif de l'artiste constamment en danger à cause des influences extérieures et de ses « besoins mondains ». Ce n'est pas un concept-album (seules les deux "Casus Belli" sont liées) et de toute manière, on s'en fout. Tout ce qu'on veut est une galette plus mangeable que "Gods Of Vermin", sinon on remballe. Alors qu'en est-il ? Ébahissement total ! De simple Metal Sympho, le combo a migré vers un Power Sympho classieux.

La forme d'abord : le groupe a coupé dans les invités pour utiliser davantage ses forces, a engagé le guitariste Pepe Pierez pour palier au plus grand manque du premier album, a gardé la beauté sauvage de Simone Simons pour la pièce "Sanctuary" et des chœurs pour rehausser son identité symphonique. Le fond ensuite : on a durci le ton, multiplié les mélodies accrocheuses, Palotai s'est sorti les doigts du fion et nous offre de beaux pianotages (véritable chef d'orchestre cette fois, pas timide roquet, mais perfectionniste et inventif) et on a enfin droit à des hymnes sublimés par des refrains au potentiel d'immortalité ("Bubonic Waltz", "Soul Symmetry", "Sanctuary", "Into The Void" (ouf, ce synthé !) ou "1413". La balade de l'album, "Yesteryears", arrive même à nous faire sentir nostalgique... Le duo Henning Basse et Palotai y est touchant.

Certains verront dans ce Power Sympho une touche progressive (c'est la mode, hein), surtout à cause de la longueur de plusieurs titres et des structures parfois complexes, mais SONS OF SEASONS, grâce aux atouts cités plus haut, mérite désormais notre pleine attention. Il se rapproche davantage de groupes power comme, je sais pas moi, NOCTURNAL RITES, ou mainstream tels que KAMELOT, que des formations mathématiques aux équations alambiquées. Gardez ça en tête, avec "Magnisphyricon", Palotai va percer les cuirasses qui l'ont écrasé lors de son décollage.

SONS OF SEASONS attire plus l'attention aussi parce que la guitare lead n'est plus une simple guitare rythmique tenue par Palotai lui-même : le nouveau venu Pepe Pierez mène, alpague et retient prisonnier nos tympans décontenancés il y a quelques années par la pauvreté des couilles de "Gods Of Vermin", le peu de risques empruntés. On est ailleurs. Le son s'est densifié, les cordes se sont aiguisé, on remarque plus le puissant et polyvalent chant heavy de Henning Basse – qui n'hésite pas à modifier sa voix pour se fondre dans les « personnages » créés par les compos – et les mélodies sont vachement agréables. Vous reconnaîtrez l'influence de KAMELOT (qu'il supplante !) encore une fois, quand elles s'orientalisent un peu, mais on peut faire confiance à Palotai et Pierez pour nous divertir sans étiquette. Les atmosphères sont si prégnantes qu'on reste sur le cul, tellement la différence est grande avec l'autre vilain petit canard sans viande. SONS OF SEASONS s'est fait pousser des couilles putain, je l'aurais jamais cru. Et je ne suis pas le seul, car si les critiques de partout étaient nauséabondes en 2009, elles ont opéré un 180 degrés vers le sommet.

Jamais je n'aurais entendu de pièces rentre-dedans, mélodiques et éthérées comme les excellentes "Bubonic Waltz", "A Nightbird's Gospel" (quelle ambiance !) ou "Into The Void" sur "Gods Of Vermin". Impossible. Le pas est gigantesque. Les soli, merde, les soli ! Où étaient-ils en 2009 ? Palotai est-il un si mauvais guitariste ? Il abat quand même un boulot acceptable ici sur la rythmique, mais que serait SONS OF SEASONS avec deux « vrais » gratteux ? Ça déménage pas mal déjà (j'en reviens pas encore qu'un morceau tel que "Tales Of Greed" étale une pareille lourdeur sur ce disque) et le bond en avant est assez impressionnant, alors qu'en sera-t-il dans le futur ? Hum, je salive déjà… Et j'en oublie presque les titres un peu plus faibles de ce "Magnisphyricon". En fait, je les laisse tomber, ça vaut pas la peine.

Je suis heureux de dire que SONS OF SEASONS est ma plus grosse surprise dans la catégorie « Miracle » depuis le début de l'année et que je dépenserai mes deniers avec plaisir lorsque je trouverai l'album chez mon disquaire ! Car les Allemands m'en donnent, du plaisir !

A lire aussi en POWER METAL par MEFISTO :


THAUROROD
Upon Haunted Battlefields (2010)
C'est puissant et c'est finlandais !




ICED EARTH
Alive In Athens (1999)
Un live absolument parfait !!!


Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Henning Basse (chant)
- Oliver Palotai (synthé, guitare)
- Pepe Pierez (guitare)
- Jürgen Steinmetz (basse)
- Daniel Schild (batterie)


1. Magnisphyricon: Temperance
2. Bubonic Waltz
3. Soul Symmetry
4. Sanctuary
5. Casus Belli I: Guilt's Mirror
6. Magnisphyricon: Adjustement
7. Into The Void
8. A Nightbird's Gospel
9. Tales Of Greed
10. Lilith
11. Casus Belli Ii: Necrologue To The Unborn
12. Magnisphyricon: The Aeon
13. 1413
14. Yesteryears



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod