Recherche avancée       Liste groupes



      
DRONE / AMBIENT / CONCRET  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 



AETHENOR - Faking Gold And Murder (2009)
Par ENLIL le 26 Mars 2011          Consultée 3257 fois

Attention, chronique béhémoth en approche pour un all-stars band international qui, jusque là, s'était contenté de pondre des trucs très en dessous du potentiel de ses membres (« normal, c’est un all-stars band, syndrome courant », diront les mauvaises langues). Comment, je vous le demande (attention, ça va être long), comment ne pas trépigner à l'idée d'une collaboration entre les désormais mondains Stephen O'Malley et David Tibet, qu'on ne présentent plus (normal, ils sont mondains), Daniel O'Sullivan (GUAPO, joli rip-off de MAGMA, mais chut c'est lui au Fender Rhodes qui dispense ses superbes textures), Alexander Tucker et son blues/folk zarbi, la paire rythmique ici ahurissante de finesse et de liberté du duo Nicolas Field/Alexandre Babel (BUTTERCUP METAL POLISH in da’place) - toute à la fois colonne vertébrale et partie prenante de l'atmosphère développée dans cet enregistrement - avec enfin Vincent de Roguin, fondateur du groupe, membre des SHORA, ODIO TERZ, dont l'œuvre, au carrefour du rock expérimental, de la musique concrète, électronique et répétitive est obnubilée par la question de la narration, du réel et du point de bascule de ce monde-ci dans l'autre ?
Et comment ne pas être amèrement déçu par les précédents "Betimes Black Cloudmass", "Deep Into the Ocean Sunk the Lamp of Light" qui, sans être intrinsèquement mauvais, manquaient cruellement de direction, de vision et de liant ? On se retrouvait alors comme des cons, en mode « head-scratching » (comme disent les ricains), devant des achalandages électroniques hasardeux, ennuyeux et tâtonnants - à tout le moins peu convaincants dans leurs enchaînements et leurs proliférations sonores éthérées, qui, faute de pertinence et de direction, tombaient irrémédiablement dans l'oreille d'un sourd (endormi de surcroît, lui qui attendait de gros bourdons SUNN-ien qui tâchent).

"Faking Gold and Murder" est un sursaut, un point dans la discographie du groupe qui se transcende (ou qui s'est tout simplement sorti les doigts du cul) en incorporant les éléments des deux précédents essais, et, d'une formule trouvée, d'une maturité enfin atteinte, de transfigurer le projet en quelque chose, il faut bien le dire, d'assez monstrueux, de plus pertinent, riche et suffoquant que ce qui le précédait. Je pense qu'ils ne s'y sont guère trompés : "En Form for Blå", leur petit dernier sorti cette année, continue de placer la barre haute. Et c'est tant mieux.

"Faking Gold and Murder" donc, déroule quatre compositions suivant, selon toute vraisemblance, un axe mi-écrit/mi-improvisé. Quatre improvisations difficilement descriptibles, d'une part parce qu'elles ne font en quelque sorte qu'une tant le fil narratif demeure tendu comme celui d'Ariane, où chaque morceaux est une « zone » à lui tout seul, où chaque instants se succèdent et s'écoulent fluidement dans une égale fascination, une égale tenue en haleine; et, d'autre part, tant les détails, non content de jaillir partout profus en densifiant une matière sonore ample, ductile, en perpétuelle recréation - au sol, grouillant, rasant, courant et proliférant (I); au plafond, tintant, brillant, scintillant et tintinnabulant, pâles et Messiaennes lueurs qui guident le voyageur perdu dans une antique cité souterraine, aux solennels sons de gonds et de vétustes mélodies (II, I); et, droit devant lui, échos sourds, bidouillages de fréquences, résonances amples et graves, comme d'un vent circulant dans les abîmes ou d'obscurs corps chutant au fond de puits abandonnés style « Frodon dans la Moria » - tant ces sons, disais-je, non content de faire cela et bien plus encore (je vous passe le foisonnement des timbres, tons et variations dont l'enregistrement regorge), fusionnent dans une espèce de formule oxymorique fascinante, quasi-constante et indéfinissable, très SUPERSILENT-esque dans l'âme, mariant le chthonien et le céleste, les cloaques sonores minéraux, suffocants, où chaque détails s’agglutinent, se condensent et se cristallisent en une masse sonore inhospitalière (la troisième piste, monumentale); et le calme surnaturel de la piste finale, où Tibet, extatique, récite, d'une voix ayant délaissé son aigreur pour un ton plus recueilli et aérien, des textes surnaturels sur d'amples et fondantes plages ambient (COIL n'est pas loin à ce stade), où éclosent de lumineux drones en bourgeons liquides, stellaires, là, tapis iridescents, en suspension dans le vide, cœur du sépulcre où s'achève notre voyage...

J'aimerai souligner, en guise de pseudo-conclusion (car en toute choses et surtout en musique, la connerie est de conclure), et puisque je ne pense pas l'avoir encore fait, le remarquable travail d'ambiance et de dynamisme fourni par la fabuleuse paire Field/Babel. Un exemple parmi tant d'autres, mais qui me semble être le plus représentatif (et qui m'évitera d'être trop disert, pour une fois - comment ça "pénible" ?! allez vous faire foutre) : la piste trois; où les deux batteurs, suivant en cela une structure qu'on jurerait inspirée du "Persephassa" de Xenakis, redoublent de virtuosités afin, de leurs frappes sèches, mates et nerveuses, de donner l'illusion de papillons de nuits se heurtant, patauds, à la surface d'une lampe ! Inexorablement, ces dernières gagnent en puissance, se rapprochent peu à peu en étrécissant leurs intervalles (effet claustrophobique garantie, avec cette déferlante noisy de sonorités courant entre la chair et l'os), et, lorsqu'elles finissent par se confondre dans une assourdissante confusion, d'exploser et de tout emporter dans une tempête free mémorable. Geuh. Si vous cherchez un équivalent occulte à SUPERSILENT (groupe moderne et ultime de free-jazz/ambient norvégien), tout aussi fascinant et indéfinissable, vous saurez où toquer.

A lire aussi en AVANT-GARDE par ENLIL :


AETHENOR
En Form For Blå (2011)
Free-electronics/drone




MURMUÜRE
Murmuüre (2010)
Ambient black/lo-fi/psychédélisme : le pied absolu


Marquez et partagez




 
   ENLIL

 
  N/A



- Stephen O'malley (bidouillages)
- Vincent De Roguin (bidouillages)
- David Tibet (litanies perchées)
- Daniel O'sullivan (bidouillages et fender rhode)
- Alexander Tucker (voix sur ii)
- Nicolas Field (batterie)
- Alexandre Babel (batterie)


1. I
2. Ii
3. Iii
4. Iv



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod