Recherche avancée       Liste groupes



      
OVNI MUSICAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


SINGLE UNIT - Family Of Forces (2001)
Par ENLIL le 5 Octobre 2010          Consultée 1695 fois

TOI ! Oui, toi, chevelu hagard à l'œil bovin, tombé par désœuvrement sur cet îlot de fortune, toi, l'âme errante en quête d'adrénaline, de tord-boyaux et de fièvre faite note ! Celui-là même m'affirmant droit dans les yeux, sans ciller ni même trembler d'un poil de cul d'un seul, que le top du top de l'intensité musicale se trouve dans les METALLICA, SLAYER, MANOWAR et autres pets de mouche confortablement sis en leur riffing, soli jolis entre deux chœurs mignons ! Et toi ! Oui, toi, zélote de musique soit-disant subversive, supposément expérimentale, simili-audacieuse qui, du chaos sonore se gargarisant, à la moindre bavure geint et gesticule, pucelle effarouchée ! Regarde donc entre tes jambes : que vois-tu ? Une paire de balles en acier, façon pochette d'ACCEPT ? Ah ! Laisse-moi donc rire !
Car de SINGLE UNIT à GNAW THEIR TONGUES, en passant par ADERLATING, MURMÜÜRE et ALUK TODOLO, j'en connais, moi, des types qui vont te reprendre en main, et bien : faire de toi un homme, un vrai, te dresser à grands coups de concassage Drone, de Black noise ritualiste écharpée, de raz-de-marée électrométalliques s'il le faut ; ici commence ton initiation, petit. Oublie l'héritage de tes pères spirituels qui, d'une humanité à la chaleur superflue, ramollissait ton âme et ton idéal d'une musique hors-clous, hors-catégories. Embrasse la matrice de SINGLE UNIT, enfile ton scaphandre, serre ta putain de ceinture, et c'est parti mon kiki pour un tour de manège digne du plus addictif des délires traumatiques !

Coincé quelque part entre une session live de KILLL, le névrotisme d'un SHINING (nor), l'intensité brute d'un NAKED CITY et le ludisme louche d'un BOGUS BLIMP, c'est confronté à un maelström de sons électroniques émergeant de toute urgence que tu devras faire face, soldat ; à une vaste concaténation orgiaque, frénétique, d'accidents musicaux aux cellules mélodiques proliférantes, non-identifiées, aussi brèves que sublimes. T'auras tout juste le temps de t'planquer derrière ces quelques suspensions à l'orgue crado, ce dramatisme pendulaire de composants informatiques, que le norvégien SINGLE UNIT te surprendra fissa dans le dos, sourire en coin et regard torve, graviers dans une main et écarteur d'anus dans l'autre. Sans vaseline, dans une succession erratique de calmes trompeurs et de montées en puissance irrésistibles, à même ce creuset aux mille pulsations IDM et triturations parasitaires, tu réapprendras ce que les mots « fièvre » et « sueur » signifient vraiment, après ces 5 premières, haletantes et fébriles expérimentations.

Nous disons expérimentation, oui. Plus encore, nous disons avant-gardisme. Et ici, le mot n'est pas galvaudé : car ne t'attends pas à une écriture tièdement, complaisamment, médiocrement engoncée dans le riffing. Dans ce lieu de tous les possibles, les accords assénés de manière convulsive sont soumis de main de maître à une matière sonore autrement plus fluide, flexible et chirurgicale : la musique électronique. Le non-conformisme d'un tel raz-de-marée est total, absolu, et la puissance de ce dernier engloutira, à force de fulgurances défiant toute colorimétrie humaine, la pire des mauvaises foi. A ce titre, et comme si c'était utile de le préciser au vu d'une débauche d'ensemble aussi brûlante, la piste "Passion Pirates And Parasites" constituerait le cœur du brasier, avec son rythme impitoyable broyant tout sur son passage.

Mais d'une ivresse consomptive toute sauf gratuite, d'une intensité synthétique aussi inhumaine qu'exquisément attrayante. Car si le ton est bel et bien porté sur l'orgiasme incandescent, le rythme haletant et les conjonctions inouïes de strates hétéroclites, "Family Of Forces" concentre, tout le long de ces 32 minutes (hardi !), un charme intriguant, diffus, irrésistible, et ce, jusque dans ses linéaments guitaristiques les plus déchirants, jusque dans ses manifestations les plus impitoyables, véritables traversées paroxystiques de brouillards harsh-noise bien congestionnés ("Spray Dagger").

Et ce charme invraisemblable, quel est-il donc ? Nous l'appelons « ludicité ». Ouais. Le ludisme de SINGLE UNIT, c'est la complainte des composants électroniques en pleine efflorescence, la fornication effrénée des machines, ma page Word qui se brouille et écrit en sanskrit, l'acuité ultime de pistes aussi courtes que "Flukrute", "Orgel Alene" ou "Animal Stimulations". Comment peut-on être tout cela à la fois, et même plus encore ? Je me le demande comme vous. Chronique impossible d'un exploit, d'un petit miracle méritant plus que jamais sa mention « expérimentale », d'une perle du catalogue Jester injustement méconnue. Alors, qu'attendez-vous encore ? Hein ? Quoi ? Qu'entends-je, qu'ouïe-je, qu'acousticais-je ? Dois-je vous préciser qu'il vous reste à découvrir la constellation des KILLL, ARM, dans lesquels officie aussi ce fou-furieux d'Are Mokkelbost ? Alors foncez !

A lire aussi en AVANT-GARDE par ENLIL :


AETHENOR
En Form For Blå (2011)
Free-electronics/drone




AUN
Vii (2010)
Drone/ambient/psyché classieux


Marquez et partagez




 
   ENLIL

 
  N/A



- Are Mokkelbost (absolument tout)


1. Moving In Caves, Enter Abstract
2. 5th Cumming
3. Tremolo Confidence
4. P, P & P Intro
5. Passion Pirates And Parasites
6. Memory Edit
7. Flukrute
8. Orgel Alene
9. Animal Stimulation
10. Sugar Diet Dynamic
11. Antlers!antlers!antlers!
12. J.o.y
13. Stikk-kontack Feber
14. Spray Dagger



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod