Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


PSYCHOPUNCH - The Last Goodbye (2010)
Par ZIONLEEMASTERSEB le 7 Décembre 2010          Consultée 2162 fois

En gros, le berceau, le canal historique du rock, dans le sens le plus large du terme est la Grande Bretagne. Le Pays qui en a fait un business global est sans commune mesure les États-Unis d’Amérique alors que la Terre des puristes en la matière correspond à la zone nord de l’Europe, la Suède et la Finlande. Comme un sacerdoce, ils œuvrent pour la cause par passion. Parfois, un de leur groupe sort du lot et se paie le luxe d’une exposition internationale. Sinon, ils s’en foutent, ils mènent leur bonhomme de chemin, branchent les amplis et s’éclatent. Les fans de rock ne s’y trompent pas puisque le genre musical aime et félicite l’intégrité. PSYCHOPUNCH est de ceux là, un groupe de Punk n’ Roll suédois qui fournit avec "The Last Goddbye" sont neuvième effort studio. Tranquillement et avec passion. Déjà, on a envie de les aimer, ils ne manipulent pas leur monde en baissant leur froc (à l’américaine !!!!) sur la couv’ des « magazines spécialisés » et ne s’offrent pas des bandeaux scintillants sur les webzines. Respect et merci.

Formé dans la ville de Västerås, ils besognent musicalement entre les références assumées de MOTÖRHEAD, les HELLACOPTERS ou encore les RAMONES. Leur fanbase la plus importante est en Allemagne où ils ne rechignent pas à honorer les festivals de leur présence. Afin de fidéliser leurs ouailles, ils conservent sur leurs pochettes de disques cette pin-up sexy, qu’ils dévêtissent à souhait, à la limite du raisonnable. Lui faisant prendre toutes les poses et surtout les plus avenantes et suggestives. Le fan et collectionneur du groupe s’en trouvera ravi puisque l’intégralité de leur discographie ainsi que leur maxi est disponible en vinyle, donc, en grand format. Un groupe qui fait tout pour assouvir les bas instincts de son public ne peut pas être foncièrement mauvais.

Ainsi, "The Last Goodbye" ne déroge pas à la règle. Punk’n roll mélodique aux refrains fédérateurs. Rien ne bouge. De leur premier album à celui-ci, de la première note à la dernière, c’est la même chose. Le même univers visité et redécliné à l’infini. On est en terrain conquis. Il n’existe pas deux catégories de public : celui qui aime la nouveauté, être surpris ou celui qui ne veut pas sortir de ses habitudes auditives. Non, il y a un temps pour tout qui dépend de l’humeur de chacun. Parfois pour l’exploration quand le cerveau est bien connecté aux oreilles, parfois pour l’autosatisfaction. A dire que PSYCHOPUNCH a un goût prononcé pour l’onanisme, il n’y a qu’un pas. Mais, s’ils sont des adeptes de la masturbation musicale, que dire d’AC/DC ? Pour ne citer qu’eux.

Dans cette apparente routine de dix titres, de laquelle se dégage néanmoins beaucoup d’énergie et de passion. Il en ressort le titre le plus efficace de la galette, "The Way She’s Kissing", la ballade (il en faut une ?!!) qu’est le title track "The Last Goodbye" et le surprenant "Bring it on" fusion Country’n Roll à la sauce Irlandaise. Produit à la maison (comme par hasard) par Pelle Seather (DISTORTED, DRACONIAN) et le groupe lui-même, tout va donc pour le mieux dans le meilleur des mondes puisque ce dernier est un habitué des productions du groupe. Dans un tel tableau, outre la sincérité incontestée de PSYCHOPUNCH, il conviendrait d’en faire le plus gros des battages quand le groupe changera de cap. Ce qui n’est pas prés d’arriver. Le tournant black neo grunge symphonique n’est pas à l’ordre du jour.

"The Last Goodbye" sent bon la soirée pépère, entre pote, une roteuse à la main. Il ne perturbera pas non plus les filles qui aiment rarement les mêmes trucs que les bonshommes. Et d’ailleurs, si c’est une vraie soirée de mec, des filles, y’en a pas ou alors des très dociles. A l’image de la "Pépettes" qui orne leur couverture d’album. Alors rien que pour ça et avec la mauvaise foi la plus assumée du monde, PSYCHOPUNCH PRESIDENT. Bah oui, des fois la non prise de tête, c’est contagieux.

Note : 3/5.

A lire aussi en HARD ROCK par ZIONLEEMASTERSEB :


GHOST
Opus Eponymous (2010)
Spéciale dédicace à Christine Boutin.

(+ 4 kros-express)



MOTÖRHEAD
Ace Of Spades (1980)
Simplement culte !!!

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   ZIONLEEMASTERSEB

 
  N/A



- Jm (chant,guitare)
- Joey (guitare,chant)
- Jocke (batterie)
- Lindell (basse,chant)


1. Long Time Coming
2. The Way She's Kissing
3. Never Let Me Go
4. Distant Sound Of A Riot
5. The Last Goodbye
6. She Don't Really Mind
7. Bring It On
8. I'm Not Over You
9. Another Sunday Morning
10. Better Off Dead



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod