Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

2010 Wolfspring

WOLFSPRING - Wolfspring (2010)
Par DARK BOUFFON le 29 Septembre 2010          Consultée 2190 fois

Qu’est-ce qui pourrait bien manquer à une petite soirée en forêt, dans une vieille cabane perdue dans un manteau neigeux spectral, en entendant les loups hurler à la lune ? Eh bien, prendre (sans oublier le mange-disque !) le premier album éponyme de WOLFSPRING serait une bonne idée afin de se plonger totalement dans une ambiance étrange d’une délicate noirceur. Ce projet parallèle de Jean-Pierre Louveton (talentueux chanteur-guitariste du groupe français de rock progressif NEMO) fait effectivement la part belle à des moments sombres, étranges et alambiqués. On navigue ici en plein progressif, c’est certain. Qu’il se montre sous son visage rock ou plus Metal, le propos se veut complexe et pourtant saisissant d’images fortes.

Les références sont vastes et piochent de manière discrète dans des choses aussi variées qu’OPETH, PAIN OF SALVATION, PORCUPINE TREE, IRON MAIDEN (Jean-Pierre Louveton ne cache pas son attachement au style d’Adrian Smith), MUSE, LED ZEPPELIN, PINK FLOYD ou KING CRIMSON. C’est en tout cas cet éventail d’influences que revendique plus ou moins ouvertement le papa de ce nouveau bébé ! Mais rassurez-vous, le tout s’avère personnel et pertinent.

Le point fort de ce projet tout neuf est d’alterner passages métalliques et moments de pure rêverie planante. Le morceau d’ouverture (″The Haunting″) monte crescendo dans une tension dramatique bien maîtrisée alors que ″24/7″ propose un Metal Prog plus traditionnel. Puis ″Carpathian Wolves″ montre plus que jamais le visage instrumental de WOLFSPRING dans un morceau envoûtant avant que ″Train’s Gone″ ne revienne sur une progression similaire au premier morceau, où la sensibilité se sent à fleur de peau, aidée en cela par la voix très bien choisie de Julian Clemens et des orchestrations « virtuelles ». La suite (″Now Or Never″, ″Mutation″) malgré de bons passages, fait moins mouche en entraînant une baisse d’attention. Mais cela ne dure pas longtemps grâce à ″Howling With The Banshee″ (riche d’une ambiance fantomatique grâce à des claviers éthérés) et surtout au final ″Our New Mediaevil World″, véritable melting-pot de ce que peut nous offrir WOLFSPRING, alternant plages hallucinées et instants plus virils dans une bien belle démonstration de ce qu’est le progressif.

Pour ce premier effort, le multi-instrumentiste français rayonne et nous montre toute l’étendue de son talent de compositeur et de musicien. Humble et malin, il n’a pas tenu à assurer l’ensemble des parties vocales (on l’entend surtout lors de passages parlés) pour éviter un trop grand mimétisme avec NEMO dans lequel il tient aussi le micro et s’en est « uniquement » tenu aux guitares et à la programmation des VST, ces instruments virtuels qui permettent d’enrichir la musique du combo de manière conséquente sans tomber dans une lourdeur malvenue. Et puis le bougre a su s’entourer : Julian Clemens – dont nous parlions à l’instant –, chanteur anglophone qui permet d’apporter une touche de crédibilité supplémentaire à ce projet à portée internationale ; Ludovic Moro-Sibilot qui sait proposer sans souci un jeu de batterie versatile tout au long de l’album et Guillaume Fontaine aux claviers, déjà compagnon de Louveton au sein de NEMO.

Au final un bon album, fricotant même à plusieurs reprises avec le haut du panier. Il est donc très encourageant d’entendre un tel opus sortir des forges françaises du Metal/rock prog. Ce premier effort se veut très prometteur et même s’il n’est pas exempt de défauts (un décrochage dans la seconde partie de l’album, des orchestrations certes réussies mais virtuelles – petit budget oblige), il promet quelque chose de passionnant pour peu qu’il soit suivi d’autres productions encore plus abouties. C’est en tout cas tout le mal qu’on souhaite à Jean-Pierre Louveton et à ses comparses !

Ah, et puis, pour l’anecdote de la cabane dans les bois… prévoyez les piles si vous n’avez pas d’électricité… Ça serait dommage de passer à côté d’une telle découverte par manque de jus !


Note indicative : 3,5/5.

A lire aussi en METAL PROG par DARK BOUFFON :


MANIGANCE
L'ombre Et La Lumiere (2006)
Les béarnais accouchent d'un chef d'oeuvre !




DREAM THEATER
Chaos In Motion 2007-2008 (2008)
Encore un dvd de DT ? et oui, mais c'est bon !


Marquez et partagez




 
   DARK BOUFFON

 
  N/A



- Jean-pierre Louveton (guitare, basse, programmation, instruments vst, chant)
- Julian Clemens (chant)
- Guillaume Fontaine (claviers)
- Ludovic Moro-sibilot (batterie)


1. The Haunting
2. 24/7
3. Carpathian Wolves
4. Train’s Gone
5. Now Or Never
6. Mutation
7. Howling With The Banshee
8. Our New Mediaevil World



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod