Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Threshold
- Membre : Dream Theater, Pestilence, Majestic, Darkane, Halford, Frameshift, Zero Hour, John West , Magellan, Dalis Dilemma, Time Requiem
 

 Site Officiel (341)
 Myspace (342)

James LABRIE - Static Impulse (2010)
Par DARK BOUFFON le 25 Décembre 2010          Consultée 4955 fois

Le chanteur de DREAM THEATER avait su impressionner son monde avec son premier opus solo (hors MULLMUZZLER et autres) ″Elements Of Persuasion″. Cet album de très bonne tenue proposait quelque chose à mi-chemin entre le Progressif et le Heavy Metal plus classique. Cinq ans plus tard, le vocaliste canadien remet le couvert avec ce ″Static Impulse″ de haute volée.

Le style n’a guère évolué, le navire voguant toujours dans des eaux métalliques gentiment progressives. Mais ce qui a changé, c’est ce qui nage à côté du bateau : ce ne sont plus des dauphins mais bien des crocodiles à entendre les vocalises Death du batteur Peter Wildoer (déjà vu dans SOILWORK, DARKANE et PESTILENCE). Ce dernier, relativement bien présent pour l’album solo d’un chanteur établi, est d’autant plus convaincant qu’il contribue à rendre l’ensemble des compos bien plus percutantes. Le résultat est étonnant d’agressivité et de mélodicité mélangées.

James LaBrie a donc réussi le pari de proposer un album différent de ce qu’il fait avec son groupe phare, tout en accouchant d’un opus apportant sa pierre à l’édifice d’une carrière déjà bien remplie. On retrouve bien sûr l’ami de longue date, Matt Guillory, présent aux claviers et à la composition, l’album ayant été écrit par les deux compères. On y reconnaît aussi le guitariste Marco Sfogli, déjà présent sur ″Elements Of Persuasion″. Mais on y accueille également le batteur Peter Wildoer dont nous avons évoqué les vocalises death, et le bassiste Ray Riendeau déjà croisé au détour d’albums solo de Rob Halford… rien que ça !

Le tout s’avère très organique, très lié. J’évoquais tout à l’heure de l’agressivité et de la mélodicité. C’est en effet un mélange on ne peut plus réussi où tout paraît facile d’accès mais réserve son lot de surprises. Il est certain que même si on peut classer cet opus dans la frange progressive, les compositions sont pour la plupart plutôt concises et relativement mémorisables. Pour autant la rage – due en partie aux vocalises du batteur – présente en filigrane dans pratiquement tous les titres suinte de l’ensemble des compos. A l’exception de deux titres très doux (″Euphoric″ et ″Coming Home″) où James LaBrie étale tout son savoir-faire en matière d’émotions posées, le reste envoie une sacrée claque dans la tronche. Ici, on n’est parfois pas très loin d’un Death Metal mélodique made in Goteborg… Ecoutez pour vous en convaincre ″Mislead″ ou ″One More Time″ et on en reparlera après !

On pourra aussi bien citer ″Jekyl Or Hyde″ ou ″This Is War″ comme brûlots de premier ordre qui laissent assurément pantois par autant de maîtrise. Ça semble si simple ! Mais c’est assurément de première bourre et finalement rempli de petits éléments qui rendent le tout si plaisant. Quel groove dans ce ″Over The Edge″, pas forcément très original, mais taillé pour faire mouche ! On y retrouve certes des moments peut-être plus faciles, tels ces claviers et ces lignes mélodiques dans ″I Tried″ ou ″Who You Think I Am″, mais tant que ça nous emporte dans le courant, pourquoi vouloir absolument refuser l’invitation ?

Tout ça pour vous dire que James LaBrie, loin de s’endormir sur ses lauriers, a su proposer, encore une fois en marge de DREAM THEATER, un album des plus séduisants et percutants. Le chanteur, loin des problèmes de voix qu’il a pu connaître dans les 90’s paraît ici au top de sa forme, aussi bien en matière de composition que d’interprétation. Ce sentiment est d’autant plus fort qu’on le sent vraiment désireux de s’éloigner de certaines influences trop présentes par le passé… Quand on l’écoute à présent, on ne sent plus l’ombre d’un James Hetfield comme ce fut le cas par le passé. Enfin comment ne pas saluer un tel album, finalement assez surprenant de la part de son géniteur, après des opus de DREAM THEATER, certes très plaisants, mais manquant d’astucieuses prises de risques (″Systematic Chaos″ et ″Black Clouds And Silver Linings″) ?

Assurément un album solo comme on en voit peu en général et une franche réussite !

A lire aussi en METAL PROG par DARK BOUFFON :


DREAM THEATER
Chaos In Motion 2007-2008 (2008)
Encore un dvd de DT ? et oui, mais c'est bon !




KARNIVOOL
Sound Awake (2010)
Un magnifique voyage dans les nuages


Marquez et partagez




 
   DARK BOUFFON

 
  N/A



- James Labrie (chant)
- Matt Guillory (claviers, chœurs)
- Marco Sfogli (guitare)
- Ray Riendeau (basse)
- Peter Wildoer (batterie, chant)


1. One More Time
2. Jekyll Or Hyde
3. Mislead
4. Euphoric
5. Over The Edge
6. I Need You
7. Who You Think I Am
8. I Tried
9. Just Watch Me
10. This Is War
11. Superstar
12. Coming Home



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod