Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK MéLANCOLIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


HEXENMEISTER - ...and Life In Insomnia (2010)
Par VOLTHORD le 21 Septembre 2010          Consultée 2093 fois

HEXENMEISTER vient d’Ukraine. HEXENMEISTER est Black, il est dépressif, et par conséquent, il est 'seul'. Il est mélodique, accablé, acoustique, tailladé à vif, évasif, pourtant pas si singulier. Il ne ressemble que peu à leurs géniaux comparses nationaux de DRUDKH, ou seulement pour leur affinité BURZUMienne commune, mais il ressemble à plein d’autres choses.

L’empreinte folk, délicate et naturaliste n’évite pas la comparaison avec WOLVES IN THE THRONE ROOM, pire que ça, elle semble la chercher. Les hurlements déchirés de Bran, eux, évoquent un Neige sur LANTLOS ou ALCEST, ou un Varg Vikernes des premières heures. Ces guitares crépitant derrière des rythmes mid-tempo affirmeront forcément les affinités avec BURZUM, les quelques touches shoegaze décontractée dans un "Where You Will Stop And I Will Keep Falling" pourtant alarmant, souligneront l'influence au moins partielle d'ALCEST.

Pourtant, dès les premiers instants de "Melancholia Attonita" ou "In Moments Of Tranquility", habités par des trombones sombres, soupirants en arrière-plan, hésitants entre l’effacement et la grandeur, c’est l’ombre de SEAR BLISS qui passera en premier au travers de nos oreilles. Une parmi tant d’autres, car HEXENMEISTER donne rendez-vous à des grands noms du Black drone ou post-Black, dépressif, folk ou atmosphérique (beaucoup d’adjectifs pour pas grand-chose, comme tous ses groupes semblent partager un même état d’esprit). Références sur références, une liste de plaies spirituelles qu’on se remet en tête avec complaisance... et l'on finit par une reprise de VED BUENS ENDE, modèle ultime d'une recherche de la complexité passant par l'émotion.

Et moi, je me pâme dans ce monde, à la fois doux et violent, rugueux et vaporeux. Du déjà-entendu qui fait plaisir à réentendre, en fait pas si facile à faire, lorsqu’on écoute de plus près, tant HEXENMEISTER semble viser juste.
Il est parfois bon de marcher en terrain connu, au moins lorsqu’on y trouve la même extase essentielle.

Un son de cave trouvant pourtant une certaine légèreté, quelques tricots mélodieux, soli plus ou moins bien sentis, chant black à l’aigu désincarné, breaks acoustiques ou atmosphériques pluvieux, légères maladresses, distorsion tranchante… "…And Life In Insomnia" captive et étonne car incroyablement bien ficelé et cohérent dans ses compositions. On fera exception d'un "Silence Is Broken" plus faible, au riff principal plus banal répété à tout bout-de-champ, seul titre un poil gênant.

HEXENMEISTER ne va pas jusqu’à égaler NECHOCHWEN, ce nouveau venu jouant dans un registre bien similaire, peut-être parce que l’empreinte d’un Black Metal dépressivo-BURZUMien est la racine même de son inspiration, et que cette frange là du Metal a été exploitée moult et moult fois dans les quinze dernières années.

Ca vaudrait presque un 3/5, si j’étais un peu plus objectif, mais j’arrondirai au supérieur, parce que là tout de suite, les mathématiques n’ont plus grande importance.

A lire aussi en BLACK SYMPHO / ATMO par VOLTHORD :


DIMMU BORGIR
Enthrone Darkness Triumphant (1997)
Un chef d’œuvre ? Pas vraiment.

(+ 3 kros-express)



MORGUL
All Dead Here (2005)
L'étrange black sympho de monsieur jack


Marquez et partagez




 
   VOLTHORD

 
  N/A



- Bran (tout)


1. Melancholia Attonita
2. Silence Is Broken
3. A Life In Insomnia
4. Hermitage
5. In Moments Of Tranquillity
6. Where You Will Stop, And I'll Keep Falling
7. Autumn Leaves (ved Buens Ende Cover)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod