Recherche avancée       Liste groupes



      
DOOM/DEATH/GOTHIQUE  |  STUDIO

Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Myspace Officiel Du Groupe (260)

NOX AUREA - Ascending In Triumph (2010)
Par MEGATHERION le 15 Septembre 2010          Consultée 1628 fois

Si vous aimez les cryptes froides et humides, les caveaux perdus au fin-fond d’un cimetière de Transylvanie en ruines, si vous appréciez les linceuls mortuaires recouvrants le visage de pâles jeunes filles prêtes à s’abandonner consciemment ou non aux créatures de la nuit ayant des incisives proéminentes, si vous aimez vous abandonner des heures durant dans les affres d’une solitude incomprise, au sein d’un brouillard épais et livide, parmi des pierres tombales en granit, alors "Ascending To Triumph" a toutes les chances de vous plaire.

NOX AUREA est un groupe suédois qui officie dans un créneau bien déterminé, le Doom/Death/Gothique. Rythmes lents, growls gutturaux, chant féminin, quelques lignes symphoniques, des morceaux à rallonge dont un nombre non négligeable atteint les huit minutes, telles sont les caractéristiques essentielles du groupe. Il s’agit ici de la deuxième tentative de ce sextette suédois, le premier album étant sorti l’année précédente et répondant au nom de "Via Gnosis". Ce groupe présente des similitudes certaines avec certaines productions de DRACONIAN ou d’ARTROSIS.

Côté chant féminin, il semble qu’Alice Persell ait été influencée par Liv Kristine de THEATRE OF TRAGEDY, bien que celle-ci ne s’aventure pas autant dans les aigus, comme le faisait jadis son aînée. Cependant, cela n’est pas un reproche car bien des chanteuses de ce genre ont tendance à tomber dans le travers de la démonstration ou dans celui de l’opéra lyrique. Rien de tel ici, et ses interventions sonnent juste et dans la mesure. Le chanteur Patrick Kullberg quant à lui, nouveau venu dans cette formation, émet des growls plutôt convaincants. Son chant prend même par moments quelques accents Black, surtout quand il y a des accélérations de rythme, comme sur "The Shadowless Plains".

La musique du groupe est donc un savant mélange de rudesse plombée et de douceur mélancolique. Le Doom domine largement l’ensemble de ces 8 titres, et ces Suédois parviennent à insuffler à leur musique une lourdeur et une lenteur parfois écrasantes, qui découragera peut-être les néophytes, mais qui comblera les amateurs. Surtout, ils arrivent à dresser une atmosphère décadente. Ainsi, le morceau éponyme fait penser à une longue marche funèbre, une procession empreinte d’une gravité certaine, proche de la grandiloquence, qui nous amène lentement mais sûrement de l’autre côté…

Cette impression d’un monde livré à la déliquescence, disparaissant toujours un peu plus à chaque instant, un monde parfaitement conscient de sa fin prochaine, mais qui l’attend dans une magnifique indifférence, pourvu que l’agonie ait du panache, se renforce au fur et à mesure des morceaux qui s’égrènent. L’introduction au violoncelle et la guitare acoustique de "Mother Alethaia chapter 2", évoque tout à fait cette idée, et apporte ainsi une petite note baroque remarquable. "My Voyage Through Galactic Aeons" donne quant à lui un accent fantasmagorique, et à son écoute, il est facile de s’imaginer dérivant parmi les nébuleuses et les amas de galaxies de l’espace infini. L’album de façon globale, est bien servi par la voix angélique d’Alice et ses échanges passionnés avec son compère bestial, qui comme le veut la tradition, revisitent ensemble les canons du genre Gothique. La production et la compétence des musiciens sont impeccables.

Cependant, cet album n’est pas exempt de tout reproche. En premier lieu, la longueur de certains morceaux, certes inhérente au style pratiqué, dessert à mon avis l’ensemble et peut finir par lasser, surtout vers la fin. Ainsi, "To The Grave I Belong" et surtout "Emendare" m’apparaissent superflus. Ce dernier me laisse d’ailleurs complètement insensible. En deuxième lieu, reproche plus mineur, les thèmes principaux de "The Delight Of Autumn Passion" et celui de "Ascending In Triumph" sont si proches que l’on dirait qu’il y a redite.

Mais il faut reconnaître que cet "Ascending In Triumph" est globalement plus que satisfaisant. Les défauts évoqués ici peuvent être facilement corrigés et à mon humble avis, la prochaine œuvre de ces Suédois est à surveiller de près.

Verdict : 3,5/5.

A lire aussi en DOOM METAL par MEGATHERION :


CREMATORY
Transmigration (1993)
Voyage cauchemardesque d'outre-tombe...




MANILLA ROAD
Spiral Castle (2002)
Une nouvelle facette du talent de MANILLA ROAD


Marquez et partagez




 
   MEGATHERION

 
  N/A



- Grim Vindkall (chant, guitare, basse, claviers)
- Robert Persson (chant, guitare, basse, claviers)
- Peter Laustsen (guitare, basse, claviers)
- Patrick Kullberg (chant)
- Alice Persell (chant)
- Joakim Antonsson (batterie)


1. Ascending In Triumph
2. The Loss And Endeavour Of Divinity
3. The Shadowless Plains
4. Mother Aletheia Chapter 2
5. The Delight Of Autumn Passion
6. My Voyage Through Galactic Aeons
7. To The Grave I Belong
8. Emendare



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod