Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Kelly Keeling , Red Zone Rider
- Style + Membre : Msg

BATON ROUGE - Lights Out On The Playground (1991)
Par THE MARGINAL le 21 Mai 2010          Consultée 2274 fois

BATON ROUGE fait partie de cette vague de groupes apparus au sein de la scène Hard US au tout début des 90's. Son 1er album "Shake Your Soul", sorti en 1990, a laissé entrevoir de belles choses. Sans pour autant casser la baraque, il était monté jusqu'à la 160ème place du Billboard. Pas de quoi fouetter un chat, d'accord, mais le quintette américain pouvait légitimement avoir des raisons d'espérer.

Alors que de nombreux groupes apparus plus ou moins en même temps ont fini par splitter (ou lâcher l'affaire, si vous préférez), BATON ROUGE a la chance de pouvoir enregistrer un second album. Et le combo drivé par le chanteur Kelly Keeling n'a pas perdu de temps puisqu'il sort son second opus un an plus tard.

"Lights Out On The Playground" est le titre de leur 2ème album. Le précédent album avait mis en évidence un groupe excellant dans un Hard US racé, classieux tendant tantôt vers la sphère mélodique, voire FM, tantôt vers les consonances bluesy. Avec son successeur, il n'y a pas vraiment d'évolution, de nouveauté dans la musique de BATON ROUGE. "On ne change pas une formule qui a fait ses preuves", "on prend les mêmes et on recommence": voilà ce qu'on dû se dire les 5 musiciens du groupe.

Ceci dit, c'est un sacré challenge, voire un exercice casse-gueule de tenter de réussir un deuxième album aussi bon et efficace que le précédent sans évoluer. BATON ROUGE n'a pas perdu la main (le contraire eut franchement été un comble !) et pond quelques titres de premier choix tels que "Slave To The Rhythm", un mid-tempo entrainant, punchy, catchy bien servi par des riffs de guitares âpres et une voix chaleureuse, mélodique, ou encore le groovy et bluesy "Full time body", appuyé par de gros chœurs sur le refrain et s'inscrivant dans la veine WHITESNAKE/TORA TORA, l'ultra-tubesque "Vampire Kiss", l'excellent "Dreamin' In Black & White", un titre à la fois festif, rythmé, corrosif avec un refrain facilement mémorisable, "Down By The Torchlight", un mid-tempo bluesy, roots du plus bel effet. Mais la perle de cet album, pour moi, est "Hotter Than Hell", un blues mélancolique prenant aux tripes sur lequel le groupe donne peut-être le meilleur de lui-même, se transcende véritablement. Ce titre, qui clôture le disque, aurait mérité de devenir un méga-hymne en puissance tant il est fantastique.

Cependant, tout n'est pas excellent sur cette galette. En effet, BATON ROUGE s'est fendu de plusieurs fillers, ou plutôt des titres bouche-trou, des compos sous-inspirées. Par exemple, "Tokyo Time" est carrément calqué sur ce que faisait DOKKEN à l'époque de "Under Lock And Key", l'instrumental "The Midge II" est superflu, totalement dispensable, "The Price Of Love" est un titre un peu bâtard, le cul entre 2 chaises (tantôt ballade, tantôt plus rock) et vraiment pas réussi. Et comme avec tous les albums de Hard US (ou presque) du début des 90's, on a droit à 2 ballades sur cet album. Et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'elles ne marquent pas les esprits. Si "Desperate" alterne le bon et le moins bon (ses couplets trop acidulés qui gâchent l'ensemble), "Light At The Ends Of The Tunnel" est trop quelconque, trop insignifiante pour qu'on puisse s'y attarder davantage.

Au final, on peut dire que ce disque présente ses avantages, mais aussi ses inconvénients. On peut déplorer l'absence d'un titre speed, ou encore la présence de quelques titres sous-inspirés. On peut aussi, dans une moindre mesure, regretter que le groupe se soit montré frileux, réticent à prendre un peu de risque. De toute évidence, BATON ROUGE est un groupe qui possède des atouts intéressants à son actif (chant performant, excellent niveau des musiciens, quelques excellentes compos), mais il lui manque l'étincelle pour vraiment décoller et côtoyer les ténors du genre. "Lights Out On The Playground", même s'il est un peu en dessous de son prédécesseur ("Shake Your Soul") reste tout de même un album acceptable, correct, à défaut d'être incontournable.

A lire aussi en HARD ROCK par THE MARGINAL :


The DONNAS
Bitchin' (2007)
Les donnas reprennent du poil de la bête. yeah !!




RHINO BUCKET
And Then It Got Ugly (2006)
Du hard rock bluesy "acédècien" inspiré


Marquez et partagez




 
   THE MARGINAL

 
  N/A



- Kelly Keeling (chant)
- Lance Bulen (guitare)
- Tony Palmucci (guitare)
- Scott Bender (basse)
- Corky Mcclellan (batterie)


1. Slave To The Rhythm
2. Full Time Body
3. Tie You Up
4. Desperate
5. Tokyo Time
6. A. Vampire Kiss
7. B. The Midge Ii
8. The Price Of Love
9. Dreamin In Black & White
10. Down By The Torchlight
11. Light At The End Of The Tunnel
12. Tear Down The Walls
13. Hotter Than Hell



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod