Recherche avancée       Liste groupes



      
STONER LOUNGE  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique stoner
L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

2010 Gods & Goddesses
 

- Style + Membre : StÖner

Brant BJORK - Gods & Goddesses (2010)
Par ZIONLEEMASTERSEB le 27 Avril 2010          Consultée 2897 fois

Revoilà le musicien de stoner le plus cool de la planète. Nonchalant, des petits yeux brillants et le sourire éternellement vissé sur son visage. Brant Bjork, vrai rockeur mais avec une attitude de rasta. Batteur historique de KYUSS, le groupe de stoner culte qui a préfiguré THE QUEENS OF THE STONE AGE. Il quitte les baguettes pour s’attaquer à la six cordes lorsqu’il monte, il y a maintenant plus de dix ans, son propre groupe. "Jalamanta", son premier album datant de 1999. Il enchaîne donc les albums, sept au total, autour de sa petite personne, rejoint parfois par les "Bros" et une fois seulement avec "The Operators". Cette fois c’est sous son seul patronyme qu’il nous revient avec "God & Goddesses". La pochette de l’album annonce la couleur. Ce sera du stoner-lounge (comme d’hab) taillé pour la route. Annoncé à la surprise générale officiellement deux semaines avant sa mise en vente, ce nouvel album ne déroge pas à la règle, lourd et cool, il revêt également une dimension psychédélique loin d’être déplaisante. En seulement huit titres, le voyage risque d’être très court. Espérons cependant qu’il soit agréable.

A la coule, Brant nous sert "Dirty Bird", propret et lisse. Le territoire est connu. Le hic se situe plutôt du côte de la pèche. Sans non plus développer un déchaînement de violence, on a connu des albums qui commençaient plus efficacement. On risque l’endormissement à la première piste. "Future Rock, The (We Got It)" relève un tantinet le niveau avec sa guitare "fuzz" mais aucune surprise. Tous les tiques de Monsieur se suivent et se ressemblent. Même constat pour "Radio Mecca", vaporeux et entrainant. L’ennui guette quand se pointent les premières notes de "Little World", entendues milles fois. Une dimension "Hendrixienne" se dégage des guitares, le solo est hypnotique mais ça ne fonctionne pas pour autant. Delay sur le chant, "Blowin' Up Shop" et son riff à la RAGE AGAINST THE MACHINE du pauvre manquera d’achever l’auditeur. La personnalité attachante du maître d’œuvre n'y change rien. A ce stade, impossible de sauver l’album, parfait pour passer l’aspirateur le dimanche matin. "Good Time Bonnie" et "Porto" ne touchent guère le cœur de l’auditeur. Un ratage complet.

Soudain, l’éclair de génie. Le morceau ultime, celui dont nous aurions aimé que tout "God & Goddesses" soit fait. "Somewhere Some Woman", rythmique lourde, lancinante. Riffs et soli minimalistes. Majestueux mélange entre "single" potentiel et psychédélisme. Cinq minutes quarante neuf secondes de plaisir qui voit le titre évoluer vers l’instrumental en milieu de parcours. Idée séduisante puisque répéter encore et encore le refrain aurait flingué de redondance le résultat. Ca ne sauve malheureusement pas les meubles mais ça évite de maudire le musicien pour les euros dépensés. Un joyau de stoner qui en toute franchise ne vaut pas les balles traçantes de KYUSS. Ni celle de son grand frère, SONS OF KYUSS, initié il y a vingt ans. Déjà.

Je vous ai déjà parlé de mon pote Jean François dans une chronique de KARMA TO BURN. Fan de stoner devant l’Eternel, il a expérimenté la musique de Brant Bjork sur des amis à lui, néophytes et hermétiques au rock. Le résultat est sans appel. La musique du père Brant passe partout, si elle n’émet aucun soulèvement ni rejet, elle berce, attire l’attention et suscite même parfois la curiosité. Brant Bjork a trouvé un son, créé son univers mais s’y cantonne trop rigoureusement pour éveiller l’intérêt sur le long terme. Nous aimerions à l’avenir observer une prise de risque comme celle opérée sur "SOMERA SOL" plutôt qu’un auto plagiat. "God & Goddesses" est un album sympathique mais sans plus. Posséder un disque de Brant Bjork c’est quelque part les posséder tous. A moins d’être un fan transis, cet achat n’est pas indispensable.

A lire aussi en STONER par ZIONLEEMASTERSEB :


BLAAK HEAT SHUJAA
Blaak Heat Shujaa (2010)
A tes souhaits!!




ALABAMA THUNDERPUSSY
Staring At The Divine (2002)
Red smelly pussy


Marquez et partagez




 
   ZIONLEEMASTERSEB

 
  N/A



- Brant Bjork (chant, guitare)
- Brandon Henderson (guitare)
- Giampaolo Farnedi (batterie)


1. Dirty Bird
2. Future Rock, The (we Got It)
3. Radio Mecca
4. Little World
5. Blowin' Up Shop
6. Good Time Bonnie
7. Porto
8. Somewhere Some Woman



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod