Recherche avancée       Liste groupes



      
DOOM METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Procession, Sorcerer, Atlantean Kodex
- Membre : Dragonforce, Cradle Of Filth

SOLSTICE - Lamentations (1994)
Par BIONIC2802 le 13 Juillet 2009          Consultée 2265 fois

Si il y a des voix qui marquent, celle de Simon Matravers … en fait partie.

Le doom - dans ce qu’il a de plus lourd, de plus écrasant, de plus triste - transpire dans la musique de SOLSTICE. Atmosphère oppressante, chargée en émotions funestes et pourtant … Oh oui, ce chant est un des plus fascinants qu’il m’ait été donné de découvrir. Claire, limpide, envoûtante, voilà ce qu’est cette voix qui nous transporte. Quel contraste avec la musique sur laquelle elle est posée … et quelle réussite d'harmonie ! Mouvance doom sans artifice avec une connotation metal viking pour les parties texte et pochette ainsi que dans leur représentations vestimentaires.

Lorsque que j’achète "Lamentations" à sa sortie en 1994, la première impression était mauvaise ! Quel vieux son et quel archaïsme dans la composition des morceaux. M’enfin, c’est tout à fait incompréhensible pour l’époque … du moins, c’est ce que je croyais. Parce que après avoir ouï cet organe vocal si présent sur l’album, j’ai compris le mariage des genres et ai décidé de lui consacrer une audition des plus attentives.

Début larmoyant, sur fond de pluie ruisselante, accompagné d’une chorale déclamant plutôt dans le registre du recueillement; ce sont les lamentations qui commencent … Passé cette intro, pfft !!! La pesanteur, non pas uniquement de l’ambiance mais bien des guitares, est coulée façon "chape de béton" quand soudain (autant dire tout de suite après) la voix !

Nous sommes littéralement transporté vers le Walhalla (séjour paradisiaque réservé aux guerriers morts en héros). Cette traversée est lourde de conséquence, nous n’en reviendrons pas. Exactement ce qui va se passer à l’écoute de cette merveille de doom. Lorsque vous vous plongez dans cet album, vous sentez la fin proche mais aussi la plénitude qui va progressivement et lentement envahir vos sens.

En plein milieu de l’offrande, SOLSTICE se fend d’une rupture avec "Empty lies the oaken throne", seul morceau acoustique qui a son p’tit effet et nous apaise de tous nos maux. C’est d’autant plus génial la transition avec le titre suivant qui revient avec son plombage étouffant jusqu’à … oui, oui, … la voix libératrice (bon, là, je pense avoir suffisamment parlé de cet aspect musical, mais quelle … LA FERME!).



Bien, mention toute particulière pour le riff principal hypnotique de "Wintermoon rapture" et le sublime refrain de "The man who lost the sun". Euh, évidemment, tous les titres sont funèbres mais bon, faut écouter jusqu’au bout avec la chanson qui clôture l’album: "Ragnarok", c’est-à-dire le destin final des dieux qui signifie la fin du monde suivie d’une renaissance de la vie ! Légende scandinave (né en Islande) à méditer …

Un son de cloche, puis, plus rien … terrible (ment mortel)!!!

A lire aussi en DOOM METAL par BIONIC2802 :


MY DYING BRIDE
For Darknest Eyes (2002)
"Dream Team du Cerf Malade", nostalgie d'un mythe




ANATHEMA
A Vision Of Dying Embrace (2002)
Période magique avec Duncan Petterson, whaw !


Marquez et partagez




 
   BIONIC2802

 
  N/A



- Rich Walker (guitare)
- Simon Matravers (chant)
- John Piras (guitare et accoustique)
- Lee 'chaz' Netherwood (basse)
- Lennaert Roomer (batterie)


- Lamentations
1. Lamentations Iv
2. Neither Time Nor Tide
3. Only The Strong
4. Absolution Extremis
5. These Forever Bleak Paths
6. Empty Lies The Oaken Throne
7. Last Wish
8. Wintermoon Rapture
9. The Man Who Lost The Sun
10. Ragnarok



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod