Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK’N ROLL/PUNK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


HIGH SCHOOL MOTHERFUCKERS - Backseat Education (2009)
Par POWERSYLV le 3 Mai 2009          Consultée 1715 fois

Il était une fois 4 bad boys parigots qui avaient envie de faire du rock’n roll. Pas n'importe quel rock'n roll car les gaillards ont baigné dans le punk le plus originel (THE RAMONES - une référence pour les HSMF -, SEX PISTOLS, THE CLASH, THE MISFITS ...) et le glam rock/metal des années 80 (MÖTLEY CRÜE, HANOI ROCKS, KISS ...). Vu ces références, pas étonnant que nos compatriotes évoluent sur les plates-bandes des BACKYARD BABIES, TURBONEGRO ou autres HELLACOPTERS. Bon, ce qu'on appelle le sleeze rock traditionnellement. C'est en 2003 que Stuffy (chant et guitare), Davy (guitare), Ben (basse) et Pamy (batterie) décident de vouer leur destin commun aux décibels. Un but dans un premier temps : faire autant de concerts que possible. Normal, surtout quand on officie dans un style aussi direct et communicatif. D'ailleurs je me souviens avoir fait la connaissance du combo alors qu'ils jouaient à la Fête de la Musique (Cardinal Lemoine en juin 2003, avec leur premier chanteur Tyty et pas mal de reprises des RAMONES à la clé). Et d'avoir reconnu Stuffy (alors uniquement à la guitare) que j'avais connu lorsqu'il jouait dans VOODOO SMILE (... pour la petite histoire, il fait aussi partie de PLEASURE ADDICTION aujourd'hui).

Le groupe prend très vite le nom finaud de HIGH SCHOOL MOTHERFUCKERS ... c'est dire qu'il y en a eu des "Motherfuckers" gueulés ou chantés dans le rock, le punk ou le metal. C'est un peu le cri de ralliement de ceux qui ont la rage. En son temps (1969), les premières minutes du cultissime "Kick Out The Jams" des MC5 avait déjà fait sensation. Puis il y en eu tant d'autres (TWISTED SISTER et ses "Sick Motherfuckers", GUNS'N ROSES et son "Get In The Ring, Motherfucker", récemment le "Motherfucker Of The Year" de MOTLEY CRUE ...). Bref, les choses évoluent avec la réalisation fin 2003 d'une première démo intitulée "Want Some ?!" qui sort au début de l'année suivante. Un bonne base pour donner encore plus de concerts en France mais aussi en passant quelques frontières (concert avec Kip Winger - une des idoles du hair metal de la fin des années 80 ! - au Danemark par exemple). Avec son punk metal gras et entraînant, à mille lieues des sucreries neo/punk/pop (style GREEN DAY), HSMF devient l'un des groupes incontournables du genre sur la région parisienne aux côtés des TRACY GANG PUSSY, très actifs également.

Enfin, après toutes ces années, les compositions ont eu le temps de mûrir pour être gravées sur ce premier album. "Backseat Education" est à coup sûr la bande son idéale pour les après-midi d'école buissonnière des petits sauvageons ou même des headbangers un peu plus sages (comme moi !). C'est direct comme le gros bout de craie que vous balançait sur le crâne et par surprise le prof d'histoire alors que vous matiez la mini-jupe de la petite Vanessa. Ça va droit au but comme le couloir qui vous emmenait chez le principal. Ça fait très mal comme le coup de règle sur les doigts. D'ailleurs, les doigts en question, on les sort du cul et on les met dans la prise : et c'est parti pour 11 morceaux et 35 minutes de rock'n roll.

Loin des recherches musicales et des branlettes de cerveaux, le hard punk teigneux et polisson des HSMF est binaire, primaire mais possède une patate communicative et un entrain qui fait la force de l'opus. "Let's Go !" balance la sauce comme l'Ovomaltine au petit dej' (c'est d'la dynamite). L'assise rythmique est véloce, spontanée fraîche et les musiciens ne sont pas avares de chœurs sur les refrains, qui répondent à la voix iconoclaste de l'ami Stuffy. On navigue ici entre BACKYARD BABIES et les titres les plus punk d'un SKID ROW. Même punition avec "Rock Candy" et ses sucreries. "Will I Grow Up ?" et son soli simple et un peu déjanté ...euh, grandissez pas trop vite les mecs :). Enfin, je mettrai l'accent sur "Get Away", irrésistible qui nous emmène en voyage à Londres et à Tokyo. Des titres au tempo plus mesuré comme "Backstage Baby" (tout un programme !) et surtout le désabusé "Life's A Bitch" laissent plus de place à la facette mélodique. Idem un peu plus loin pour "Jekyll & Hyde".

Pour le reste, les autres torpilles sont efficaces et on ne voit pas le temps passer : "D Generated" déboule avec pied au plancher. Il s'agit d'une reprise d'un groupe appelé D GENERATION mais que personnellement je ne connais pas. "Celebrity Trash" a tout de l'hymne teenager et "Like A Ramone" est un hommage non dissimulé aux RAMONES, sans qui le groupe n'existerait probablement pas, du moins pas sous cette couture. Ce morceau a un final apocalyptique comme j'aime qui marque la fin officielle de l'album. Ultime rappel (comme en concert, d'ailleurs il s'agit d'un enregistrement live), "Hangover In Hungary" bastonne bien et a été enregistré à l'Elysée-Montmartre. Que c'est court 35 minutes. Quoiqu'il en soit, HSMF démarre fort sa discographie longue durée et peut-être avons nous trouvé avec ces gaillards une réponse prometteuse à la scène sleaze suédoise. "Backseat Educaction" et sa pochette ... hum ... polissonne est un skeud vraiment attachant et je peux vous dire pour l'avoir testé au réveil que ça décoiffe encore plus. Hey Ho, Let's Go !

A lire aussi en HARD ROCK par POWERSYLV :


HARDCORE SUPERSTAR
Beg For It (2009)
7ème opus entre crasse et paillettes




CHROME DIVISION
Booze, Broads & Beelzebub (2008)
Deuxième opus de Hard Rock'N'Roll pour cd.


Marquez et partagez




 
   POWERSYLV

 
  N/A



- Stuffy (chant, guitare)
- Davy (guitare)
- Ben (basse)
- Pamy (batterie)


1. Let’s Go !
2. Rock Candy
3. Will I Grow Up ?
4. Get Away
5. Backstage Baby
6. Life’s A Bitch
7. D Generated
8. Celebrity Trash
9. Jekyll & Hyde
10. Like A Ramone
11. Hangover In Hungary (live Elysée-montmartre)



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod