Recherche avancée       Liste groupes



      
FUNERAL FOLK/DOOM METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2007 Yggdrasil

GRIVF - Yggdrasil (2007)
Par ONCLEGUUD le 21 Mai 2009          Consultée 1488 fois

Je suis seul... La mélancolie m'étreint le cœur... Je me suis dirigé vers la forêt, sans trop savoir pourquoi, sans regarder l'horloge, sans penser au futur... Le ciel est chargé de nuages calmes... La lumière décline : il fera nuit dans une heure. Je marche dans la forêt, sur la colline, au sommet de laquelle je pourrais observer la région entière. Je marche, en regardant où je pose mes pieds. L'épais tapis d'aiguilles mortes étouffe mes pas. Une odeur douceâtre d'humus remonte à mes narines... Je marche... Je me calme... La lumière décline. Je saisis soudain que je serais vraiment seul ensuite : la nuit isole bien plus que la lumière. Trop tard : j'affronterais la Nuit. Je continue de grimper. Les ténèbres sont épaisses. Plus j'avance, plus la lune monte dans le ciel et le froid engourdit mes jambes. Sélène m'observe comme elle en a tant observé accomplir le même pèlerinage : celui d'un humain en proie aux questions, celui d'un humain seul parmi les siens, celui d'un humain seul dans cette Nature qui ne veut pas de lui, celui d'un humain qui a l'espoir contraire... Mais néanmoins, cette nature est prête à l'écouter, à le laisser passer... Ainsi, j'avance toujours. J'entends, doucement, le petit ruisseau à quelques dizaines de pas. Un ruisseau qui me mènera ensuite, à une cascade...

C'est là que se trouve une caverne, d'où émane une lumière verte et le bruit des tambours... C'est là d'où montent les chants et où crépite le feu. Suis-je encore dans cette époque qui m'appartient, ou dans cette autre que je rêve ? Je ne sais plus. Je lève les yeux vers Sélène, blanche et pleine comme la jeune mère qui rêve de son enfant qui va naître. Dans mes oreilles, les incantations des hommes, et la chute d'eau. Je rabaisse mon regard et le tourne vers la grotte verte : c'est alors que la flèche transperce ma chair sous la clavicule. La douleur est trop violente : je tombe à genou, puis dans le torrent...

La Nuit, les Ténèbres emplissent mon esprit. Je rêve de forêt. J'imagine d'autres cieux, d'autres terres, d'autres temps... Je rêve... Vraiment ? J'ouvre les yeux : sur la paroi de pierre illuminée de vert dansent des dessins immémoriaux. Ils représentent les hommes, qui en sacrifient d'autres à Dame Nature, payant le tribut de leur existence. Je réalise soudain que les hommes n'ont plus fait cet « échange » depuis trop longtemps : je suis donc cette offrande. C'est alors que se penchent sur mon visage ces têtes hirsutes, interrogatives mais sûres d'elles, car accomplissant leur devoir : celui de faire de moi leur sacrifice à la Terre. Je vais retourner à la Terre. Je penche la tête de côté. Je vois les coutelas qui me dépèceront et plus loin, ma future tombe creusée dans l'argile de la grotte. On saisit alors ma tête : je vois d'abord Dame Lune qui me regarde intensément, puis les yeux de mon meurtrier, plongeant à leur tour dans les miens... Avant que le froid du metal n'ouvre en grand ma gorge et ne répande mon sang sur Terre... Ma Nuit est terminée.

* * *

« Funeral Folk Doom Metal »... GRIVF. Un nom et une musique absolument magiques. ''Yggdrasil'' est tout bonnement excellent.

Voilà la magie si personnelle, si minimaliste, si chamanique offerte par l'Allemand de GRIVF, signant encore une fois, un troisième joyau chez Det Germanske Folket productions, après un "Sortenlund" en 2005 et un génial "Draugsrunor" en 2007... Je vous l'annonce de suite : je n'ai découvert GRIVF qu'avec cet album mais putain, quelle claque ! Je crois, sincèrement, que c'est là le seul disque qui me fait vraiment sentir mes racines germaniques... Qui me procure de telles métempsycoses, de tels retours en arrière, replongeant dans une époque où l'humain était l'espèce qui combattait pour sa survie... Aujourd'hui, la boucle se boucle dirait-on. Le Rägnarok approche. Nous nous sommes condamnés. Surement est-ce un bien.

Avec GRIVF, vous pénètrerez, avec son aide, dans ces forêts vierges d'humanité, vous vous baignerez dans ces lacs, vous vous prendrez à rêver. Mais son royaume est sombre, fort sombre. A l'aide d'une guitare électrique rasante, à l'aide d'une guitare folk, de quelques tambours et d'une voix d'outre-tombe, déroulant ses constructions sur de longues pistes (cinq ici, pour plus d'une heure de musique), GRIVF vous fascinera tout en vous plongeant la tête sous l'eau... Mais cette mort est si bénéfique. Et, je crois, jamais n'avoir entendu pareille mélopée. Je crois, jamais, n'avoir entendu pareille musique, à la frontière entre le Doom, le Folk, le Black et le « Funeral » au sens large du terme. GRIVF, c'est certain, est un monstre absolument personnel et il divisera par-là même son auditorat; les conquérant ou les repoussant... Il n'y a rien d'exceptionnel dans la musique d' "Yggdrasil" : tout le monde pourrait en faire autant. Du moins le croit-on, car qui est possédé, qui habite un tel domaine ??? Il n'y a à ce jour que GRIVF qui en détient les clés et "Yggdrasil" en est son son paragon. GRIVF ouvre de nouvelles frontières, enfonçant les portes, déterminant les contours, déterminant les couleurs sombres de sa palette... Que puis-je dire d'autre, hormis que vous devriez l'acheter rapidement ?

A lire aussi en FOLK METAL :


SUBWAY TO SALLY
Herzblut (2001)
Le filon moderne du Folk Metal visité avec brio




TANZWUT
Tanzwut (1999)
Bastonnage robofolklorique étonnant


Marquez et partagez




 
   ONCLEGUUD

 
  N/A



- Isar (tout)


1. Helfarer
2. Ash
3. Mimir's Wisdom
4. Words Of The Elders
5. When Everything Freezes



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod