Recherche avancée       Liste groupes



      
INDUS BLACK METAL  |  STUDIO

Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


TERRODROWN - Colonize And Regulate (2008)
Par ONCLEGUUD le 21 Septembre 2008          Consultée 2529 fois

Attention : œuvre d'exception ! Les formations d'Indus Black Metal – sous-genre prisé en France – commencent à se bousculer au portillon depuis quelques temps mais là mes amis, TERRODROWN frappe fort – TRÈS fort et plus fort que ses compères. Le premier CD de ce jeune groupe français originaire de Nantes est sorti en avril 2008 chez l'excellent label Infernal Kommando Records et je peux vous dire que c'est un véritable tabassage en règle que je me suis pris sur la gueule. En effet, ''Colonize and Regulate'' m'a vachement frappé, je ne m'attendais pas à ça. Déjà que la démo ''Ruined Nation'' m'avait elle impressionné fortement – mais là TERRODROWN surclasse nombre de ses compatriotes.

Plus j'écoute cet album, plus son univers me hante. Je l'adore, tout bonnement. Il me possède et j'en prends possession...

''Colonize and Regulate'' est, déjà, hyper sombre, torturé et maladif et ses sonorités industrielles m'évoquent des apocalypses à la Terminator, ou des plongées dans la folie pure. Ensuite je pense aux deux plus grands disques de BLUT AUS NORD de 2001 et 2003, ainsi qu'aux Norvégiens de SATYRICON et DARKTHRONE et en général à la scène norvégienne. Mais ce ne sont que de lointaines références. Car c'est aussi carrément au Black Metal français en son entier auquel il faut penser à l'écoute de ''Colonize and Regulate'' : TERRODROWN habille de fils d'or l'artisanat français du Black Metal... Martial, violent, habité par le Mal, ''Colonize and Regulate'' est destiné à entrer dans la légende du Black Metal. Il sera difficile aux oreilles et à l'esprit de tout saisir les dix premières écoutes. L'ouvrage est trop épais, trop soigné. Une bande parfaite pour un Alien III par exemple.

Quarante-trois minutes, c'est le temps total que dure la galette aux riffs entêtants et aux atmosphères étouffantes. Six pistes se succèdent et labourent avec un malin plaisir cervelle comme viscères. On découvre le génie de TERRODROWN via la sublime ''Last Carcinogenic Legion'' : la marche impériale emmène à tous prix les colons vers la nouvelle planète... On découvre également cette formidable boite à rythme parfaitement programmée et ces innombrables sons et bruits industriels contribuant grandement à rendre une ambiance technologique. La production est nickel, tout est audible et bien dosé. Le destructeur ''From the Living Wound'' lui succède et nous mitraille tout au long de ses huit minutes et demi. Quand ce ne sont pas les tirs hyper-véloces de DCA, des passages lourds et démoralisants viennent creuser plus profondément les plaies ouvertes... Une piste apocalyptique. Titanesque. Difficile de rester debout face à un tel raz-de-marée. Un nostalgique et entêtant SATYRICONien passage du nom de ''Visions'' vient ensuite calmer la tempête durant un peu plus de deux minutes et demi, et laisse sa place à ''D-Fence'', soit cinq minutes de boucherie totale ou presque.

''D-Fence'' est une track hantée. Un pincement de guitare la survole épisodiquement tel un cri de corbeau mécanique, une folie dans la noyade de l'ultra-violence déployée (on se croirait dans un film, comme un personnage filmé au ralenti au milieu d'un déluge de tirs). Absolument divin. Comme si la Mort de masse était une folie divine... Décoiffant. Les deux dernières pistes sont carrément renversantes. ''Vise of Destruction'' commence lui délicatement comme un bon disque de Black norvégien. La pression monte lentement – et le sentiment d'étouffer également. ''Vise of Destruction'' traîne une mélancolie prégnante, qui rappellera quelque peu LIFELOVER dans ses sonorités, mais aussi B.A.N. Il reste toutefois un morceau entraînant, comme si nous n'avions pas le choix, qu'il fallait mourir dans cet espace glacial... Ce que confirme le dernier tiers de ''Vise of Destruction'', partie entièrement Industrielle/Ambiant. Le titre éponyme, long de treize minutes, clôt ce full-length titanesque. ''Colonize and Regulate'' commence d'une manière très directe, décrite sous forme violente et agressive avec une BàR bien timbée. La folie, la guerre et l'horreur, voilà ce que m'inspire cette track ultime. Comme si j'étais un taulard pris au piège dans le pénitencier, avec l'Alien, dans le troisième film de la série du même nom... Mortelle !

A vrai dire : il n'y a rien à reprocher à ''Colonize and Regulate''. L'inspiration, le travail de production, les atmosphères, tout est excellent. Et les comparaisons aux autres formations qui pourraient lui ressembler n'égratignent que trop peu sa personnalité : en somme, ''Colonize and Regulate'' de TERRODROWN – qui définit son style comme de l'Industrial Ambiant Black Metal : http://www.terrodrown.com/ - est une nouvelle pierre à l'édifice impérial de l'Indus Black Metal. Une grosse claque !!! 4,5/5

A lire aussi en BLACK METAL par ONCLEGUUD :


DRASTUS
Roars From The Old Serpent 's Paradise (2005)
Une œuvre majeure d'indus black metal




CRAFT
Fuck The Universe (2005)
Un incontournable du black metal old school


Marquez et partagez




 
   ONCLEGUUD

 
  N/A



- Pn (guitare, vocaux, électronique)
- Zorn (basse)


1. Last Carcinogenic Legion
2. From The Living Wounds
3. Visions
4. D-fence
5. Vise Of Destruction
6. Colonize And Regulate



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod