Recherche avancée       Liste groupes



      
PROTO-BLACK  |  DEMO

Questions / Réponses (1 / 1)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Saligia
- Style + Membre : Celtic Frost, Triptykon

HELLHAMMER - Demon Entrails (2008)
Par T-RAY le 1er Mai 2008          Consultée 4051 fois

La réédition enfin définitive des trois premières démos de HELLHAMMER permet de se rendre compte d'une chose essentielle : les véritables racines du black metal, en termes musicaux et sonores, sont à chercher du côté de HELLHAMMER. Bien plus que chez VENOM. On peut donc remercier Thomas Gabriel Warrior d'avoir exhumé ces démos : on y voit désormais bien plus clair. Là où VENOM avait l'habit du black metal uniquement, HELLHAMMER y ajoutait l'état d'esprit et le son. Alors certes, ici tout n'est pas à proprement parler du black metal. L'ombre de VENOM est en effet plus que palpable, Tom Warrior se réclamant de son influence dans le travail de HELLHAMMER depuis toujours, les soupçons de thrash sont plus que présents, et l'attitude irrévérencieuse presque punk est indéniable. Mais la musique des Suisses, en elle-même, prouve qu'elle a été le premier grand pas dans la bonne direction pour le black.

Car contrairement à VENOM, HELLHAMMER ne swingue pas. Au revoir le côté enjoué et les allures rock'n roll que conservait le trio de Newcastle. Ici, même si les morceaux adoptent souvent le même tempo que ceux des Anglais, tout est bien plus sale et poisseux, obscur et putride, comme sorti d'une cave humide. La rythmique retombe de manière écrasante et implacable, sans jamais rebondir. Les plans de guitare sont certes simples, voire simplistes, mais demeurent à chaque fois sournois et venimeux. La production crade (surtout sur les deux premières démos, de manière plus subtile sur la troisième) les maintient dans leur fange noire et immonde, de celle qui verra naître la musique des futurs seigneurs du black norvégien, entre autres. Le chant de Tom Warrior contribue lui aussi à l'atmosphère malfaisante du groupe (encore plus sur « Satanic Rites »), celui de Steve Warrior semble comme vomi avec dégoût. Et pouvoir ainsi entendre cette musique pionnière sur des enregistrements de qualité, et de longue durée surtout, est proprement jouissif.

Penchons-nous maintenant sur le contenu de ce bel ouvrage au titre exquis qu'est « Demon Entrails ». Notons d'abord qu'il s'agit là des tout premiers enregistrements de HELLHAMMER, et qu'ils ont été remasterisés sans rien dénaturer de leur production d'origine, ni subir aucun réenregistrement. Ils sont ici classés du plus récent au plus ancien, avec un premier CD réservé à « Satanic Rites », démo sortie en décembre 1983, puis un autre qui compile les démos « Death Fiend » et « Triumph Of Death », datées de juin 1983.

Prenons à présent l'œuvre globale en sens inverse et considérons d'abord les premiers pas des Suisses, à savoir « Death Fiend » et « Triumph Of Death ». L'enregistrement de ceux-ci conserve le son original, assez déséquilibré entre les instruments, mais extrêmement organique, faisant particulièrement ressortir la basse, qui gronde sur tout le disque. Le tout est particulièrement "raw" et sale, voire grinçant, comme sur "(Execution) When Hell's Near". La plupart des titres alternent entre rythmes rapides et lancinants, avec une ambiance de plomb qui les rend pour la plupart angoissants. "Maniac" et "Decapitator" en sont des exemples flagrants. "Power Of Satan" et "Reaper" montrent un caractère occulte très réussi, et ressemblent par moments à de véritables incantations. Avec sa voix, Tom Warrior se montre excellent en maître de cérémonie noire, sur ce dernier. Quant à Steve Warrior, son chant sur "Blood insanity" se rapproche sensiblement de ce que l'on pourra entendre chez les premiers chanteurs de vrai black metal. Dans l'ensemble, les organes vocaux des deux Warrior se marient bien, les titres sur lesquels ils sont tous deux au micro le prouvent ("Crucifixion", "Ready For Slaughter"...). Mais derrière ses airs de pierre angulaire du proto-black, la démo « Triumph Of Death » recèle quelques titres plus ou moins étonnants, comme "Sweet Torment", presque une copie de ce que pouvait alors faire VENOM, "Metallic Storm", sur lequel s'insinue un petit solo très dépouillé mais plein de sournoiserie, ou encore "Bloody Pussies", un morceau quasi-doom !

Poursuivons. « Satanic Rites », troisième démo du groupe, est aussi la première à être enregistrée en studio (et sans Steve Warrior). Cela s'entend énormément, mais cela ne retire en rien le côté subversif de sa musique. Le son est davantage équilibré, les riffs paraissent ainsi plus acérés, et la voix de Tom Warrior est plus audible et trouve une identité plus prononcée, plus agressive, tout en restant moins policée qu'elle ne le sera avec Celtic Frost. L'ensemble est plus froid et fait en cela un pas vers ce que deviendra le black metal quelques années plus tard. Le premier titre, "Messiah", le démontre. Les riffs sont écorchés et sont déjà proches de ce que l'on pourra entendre de la part de BURZUM, par exemple. A travers ce morceau, on comprend immédiatement l'influence qu'a pu avoir le groupe sur l'évolution du black. DARKTHRONE n'en aurait sans doute renié ni l'esprit, ni les riffs... « Buried And Forgotten », mid-tempo particulièrement sinistre, montre à la fois un HELLHAMMER relativement limité sur le plan instrumental, mais d'une authentique créativité sur le plan des ambiances et de la noirceur des parties de guitare. Le morceau, qui fait froid dans le dos par moments, montre également le groupe capable de déflorer les terres encore vierges du black sur un rythme plus lent avec tout autant de malfaisance. Tout comme d'autres morceaux présents sur la démo.

Plusieurs titres de cette démo sont également des réenregistrements d'époque d'œuvres déjà gravées sur « Death Fiend » et « Triumph Of death ». Ils gagnent ici en percussion et contribuent à faire de « Satanic Rites » presque plus qu'une démo, presque un véritable album. On en vient presque à regretter que le seul enregistrement "officiel" de HELLHAMMER n'ait été jusqu'ici qu'un EP. Un EP certes culte et fondateur, mais qui aurait pu rester jusqu'ici la seule porte d'entrée digne de ce nom à ce groupe précurseur. Heureusement, Tom Warrior a jugé bon de réhabiliter son œuvre première. Un acte d'histoire pour le metal.

A lire aussi en BLACK METAL par T-RAY :


HEGEMON
Contemptus Mundi (2008)
De retour des ténèbres




HEGEMON
Chaos Supreme (2000)
Un chaos diablement ordonné


Marquez et partagez



Par KARL VON KARL




 
   T-RAY

 
  N/A



- Tom Gabriel Warrior - Satanic Slaughter (guitare, basse, vocaux)
- Bruce Day - Denial Fiend (batterie)
- Martin Eric Ain - Slayed Necros (basse, vocaux additionnels)
- Steve Warrior (basse, vocaux, sur les démos « death fiend » et « trium)


- satanic Rites (december 1983)
1. Intro
2. Messiah
3. The Third Of The Storms (evoked Damnation)
4. Buried And Forgotten
5. Maniac (re-recorded Version)
6. Eurynomos
7. Triumph Of Death (re-recorded Version)
8. Revelations Of Doom
9. Reaper (re-recorded Version)
10. Satanic Rites
11. Crucifixion (re-recorded Version)
12. Outro

- death Fiend / Triumph Of Death (june 1983)
1. Crucifixion
2. Maniac
3. (execution) When Hell's Near
4. Decapitator
5. Blood Insanity
6. Power Of Satan
7. Reaper
8. Death Fiend
9. Triumph Of Death
10. Metallic Storm
11. Ready For Slaughter
12. Dark Warriors
13. Hammerhead
14. Angel Of Destruction
15. Bloody Pussies
16. Chainsaw
17. Sweet Torment



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod