Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK SYMPHO / ATMO  |  STUDIO

Commentaires (4)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


INACTIVE MESSIAH - Be My Drug (2006)
Par VOLTHORD le 6 Mars 2007          Consultée 2491 fois

Michael Jackson est-il si intouchable qu'on n'ait jamais pensé de le parodier à la sauce Grind, ou le réinventer à la sauce Metal ?
Il faut avouer que le chevelu moyen n'est généralement ni fan, ni complètement détracteur du danseur biracial. Or dans le Metal, soit on fait des reprises de ce qu'on aime, soit on fait des reprises de ce dont on se gausse (Britney à la sauce BODOM, ça en envoie quand même).

Hein quoi ? On me dit que Jackson a déjà été parodié par les True du cul allemand de BLACK SEED BOYS ? Ah oui effectivement, mais ça compte pas, c'est de la parodie, pas de la vraie reprise. Parce que quand même le "Beat It" de Be My Drug, version 'rythmique tapante, chant et guitares bien groovy et symphonisation partielle de l'espace', elle en envoie du lourd, et ce n'est ni gras, ni drôle, ni même ridicule, mais tout simplement ... bien vu ! Seule peut être cette introduction doucereuse très typée est-elle dispensable. Et encore, c'est sans doute la seule solution qu'ait trouvée le groupe pour l'intégrer dans un tout beaucoup plus ... euh ... violent ?

Mouais, on dira ça.
A côté de cette reprise au moins intéressante, au mieux carrément trippante, il y a le 'dark metal symphonique' (on a encore le droit d'appeler ça du black les gens ? Moi je dis oui !) d'INACTIVE MESSIAH, groupe acclamé par un Metallian, une nouvelle tellement abusive dans la surenchère de mots doux qu'il aura une nouvelle fois éveillé mon attention, ou plutôt mon scepticisme.

Ainsi dans un univers extrêmo-symphonique prémaché, on retrouve de grands arrangements Borgirien, orchestre philarmonique et choeurs à l'appui (un peu TROP à l'appui justement), des guitares rythmiques à la sauce moderne, c'est à dire avec disto incisive ... et puis c'est tout. Quelques virements cybernétiques invoqueront celles d'un THE KOVENANT version lustré et vermoulu, et pourquoi pas une certaine scène Germanique très en vogue (quoi, je vais trop loin ?).
Les quelques passages mélodiques de nos chères amours les guitares ("Be My Drug", "Hear Me Tonight" par exemple) paraissent toujours un poil téléphonés même si évidemment rien n'est foncièrement mauvais et on apprécie un peu ce genre de divergences qui tendent à varier un peu la chose.
Les chants ? Bien hargneux niveau hurlements, un peu pop niveau chant clair (ouais, pop veut plus dire grand chose aussi, on s'entend bien là dessus), mais ce n'est pas le problème. Non, j'ai beau chercher, il n'y a pas vraiment de problème niveau chant en fait, à part les parties claires parfois un peu 'décalées' par rapport à l'ensemble, comme dans le méga-tube-gonflette "Be My Drug".

J'aurais vite fait de penser que n'importe quel groupe un tant soit peu talentueux puisse arriver à un tel résultat moyennant une bourse conséquente de la part du label et l'appui d'un bon producteur. Tout repose plus ou moins sur la production et l'orchestre, par ailleurs dirigé par le grand Chris Antoniou (CHAOSTAR, ex-SEPTIC FLESH), qui évidemment n'a rien à voir avec la fragilité, la banalité ou la platitude de l'ensemble (du moins j'espère pour lui). Forcément une batterie surboostée, des arrangements dantesques qui sonnent VRAI (moyennant de ne pas être originaux) et des guitares incisives bien léchées nous amènent tôt ou tard à nous prendre au jeu.
Le 'nous' n'inclue évidemment les true puristes de métal dégueu qui ne manqueront pas de gerber en masse.

Ok, peut être que ma note témoigne d'une certaine mauvaise foi ou d'une quelconque attitude arbitraire visant uniquement à me dresser contre la surnotation pompeuse des journalistes de Metallian (on peut trouver cet album bon, mais sûrement pas transcendant !). Il y a un peu de ça certes, mais hein, après ses deux petites semaines d'écoutes bien campées (et pas désagréables je le rappelle), Be My Drug laissera gentiment sa place à d'autres sorties plus 'poussées', ce qui me laisse à penser qu'une note moyenne pour un tel album est tout à fait adéquate.

Un gentil petit divertissement donc, mais certainement pas une drogue.

A lire aussi en BLACK SYMPHO / ATMO par VOLTHORD :


SEAR BLISS
Glory And Perdition (2004)
Black epic/atmo, l'apogée des barbares hongrois

(+ 1 kro-express)



CALADAN BROOD
Echoes Of Battle (2013)
Copie carbone de SUMMONING, en réussi.

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez



Par VOLTHORD




 
   VOLTHORD

 
  N/A



- Xristos (chant)
- Thanos (guitare)
- Sotiris (guitare)
- Lefteris (basse)
- Cathrin (batterie)


1. Intro
2. Sing
3. All Your Dreams
4. Be My Drug
5. Synthetic Snow
6. Beat It (michael Jackson Reprise)
7. Pain
8. Hear Me Tonight
9. Before The End
10. Lord Of Lies



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod