Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  STUDIO

Commentaires (7)
Questions / Réponses (1 / 1)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Insidious Disease
- Membre : Therion
 

 Site Officiel (188)
 Myspace (207)

ENTOMBED - Clandestine (1991)
Par POSSOPO le 15 Avril 2007          Consultée 6959 fois

"Clandestine" n'est pas "Left Hand Path", l'album initiateur du son suédois qui constitua bien plus qu'une vulgaire alternative au death metal de Floride. "Clandestine" n'est pas "Wolverine Blues", le disque qui sonna la fin de la première vie d'ENTOMBED et le vit titiller le hardcore et bien autre chose encore. "Clandestine" n'est que "Clandestine", deuxième opus parfois oublié, ni bon, ni mauvais, incroyablement générique et parfaitement à l'aise dans son milieu de l'époque.

Car en 1992, ENTOMBED ne pouvait pas se situer plus dans la mode qu'en proposant cette galette à l'originalité nulle, assurance tous risques sinon celui de l'innovation artistique. Et tout commence par une pochette signée Dan Seagrave. Dan Seagrave, illustrateur qui devint, à peine majeur, un des symboles du death metal. Après MORBID ANGEL, qui récupère une de ses œuvres pour orner la pochette d'"Altars Of Madness", le curriculum vitae du Britannique grossit de travaux pour SUFFOCATION, PESTILENCE, MALEVOLENT CREATION, GORGUTS, BENEDICTION, DISMEMBER, HYPOCRISY, NOCTURNUS, MONSTROSITY, CARNAGE, SEANCE, VADER, EDGE OF SANITY ainsi que quelques groupes de thrash de seconde zone (n'y voyez aucun sens péjoratif). ENTOMBED ne pouvait pas ne pas s'y mettre, et même très tôt. "Left Hand Path" sera donc illustré par le sieur. Il est alors formidablement naturel de revoir le même coup de crayon mettre en images la musique proposée sur ce deuxième album. La critique ne s'attardera par là-dessus, elle a bien mieux à faire, s'occuper des sons.

Et même à ce sujet, elle ne saura se faire trop dure. Contexte et court passé obligent, ENTOMBED ne pouvait décemment pas bousculer une formule qui a si bien fonctionné sur "Left Hand Path". Deux ans plus tard, tout aura changé, les fans en auront marre de voir le bac death metal des disquaires se remplir d'âneries toutes équivalentes les unes aux autres, l'orchestre suédois lui-même aura pris encore un peu de bouteille et pourra se permettre de quitter les sentiers battus. Et puis, pourquoi faire autrement que suivre un courant qu'on a soi-même en grande partie dessiné ?

Il faut parfois savoir se contenter du moyen et éviter de chercher en permanence et à tout prix le génie et la nouveauté. L'inspiration se dilue mais il s'agit là d'un processus naturel et sur le plan de l'écriture, "Clandestine" est "Left Hand Path" en à peine moins bien. Par contre, doit-on accepter une production toujours étiquetée Sunlight mais en partie dépouillée des attributs qui ont rendu célèbre le gang de Stockholm ? Je veux parler de ces guitares qui hurlent moins, ces guitares qui avaient donné naissance à un style suédois particulièrement crunchy et dont les aspérités, à défaut de se voir totalement effacées, sont ici bêtement gommées. Et c'est finalement cette nouvelle esthétique un peu factice qui deviendra la règle et qui contribuera peut-être à la maladie des génériques dont tout le death metal sera atteint seulement quelques mois après la sortie de ce disque. Autre défaut, le changement de vocaliste, Lars Goran Petrov ayant décidé de quitter le navire (pour revenir fissa sur "Wolverine Blues" une fois analysé le ratage commercial de COMECON). Nicke Andersson le remplace faute de mieux (la pochette se trompe en mentionnant la présence de Johnny Dordevic, à l'époque chez CARNAGE) et peine à insuffler la même énergie à son chant. Ses grommellements manquent de ce petit plus qui leur feraient passer le cap de la médiocrité. Une fois encore, leur timbre se retrouve sur une infinité de productions similaires.

Toutes ces faiblesses bien dommageables enfoncent-elles "Clandestine" dans l'auge de la médiocrité ? Le nom responsable de l'ouvrage lui permet en fait de surnager au-dessus de la masse de caca estampillée death metal produite entre 1991 et 1993. Le contraste avec la brillance de son prédécesseur et de son successeur reste malgré tout saisissant.

A lire aussi en DEATH METAL par POSSOPO :


ENTOMBED
Left Hand Path (1990)
Premier album de death metal suédois




ATHEIST
Unquestionable Presence (1991)
Techno death

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
  N/A



- Alex Hellid (guitares)
- Nicke Andersson (batterie, chant)
- Ulf Cederlund (guitares)
- Lars Rosenberg (basse)


1. Living Dead
2. Sinners Bleed
3. Evilyn
4. Blessed Be
5. Stranger Aeons
6. Chaos Breed
7. Crawl
8. Severe Burns
9. Through The Collonades



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod