Recherche avancée       Liste groupes



      
DARK AMBIENT  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


DIE VERBANNTEN KINDER EVAS - Dusk And Void Became Alive (2006)
Par VOLTHORD le 10 Janvier 2007          Consultée 1281 fois
Nappe: linge destiné à couvrir une table, de manière générale destiné à l'embellir ou à la protéger contre les tâches, à arrondir ses angles voir même à l'adoucir (ok, là ça ne veut plus rien dire). La nappe peut-elle se suffire à elle-même? Ne pas être utilisée pour ce qu'elle fait, mais pour ce qu'elle est dans son moi profond (c'est à dire, assez souvent, un vulgaire bout de tissu) ?
Un certain Protector semble avoir adopté la réponse "oui". La philosophie profonde qui consisterait à adopter les nappes (de clavier en l'occurrence, notez l'analogie percutante) pour elle-même, les nappes comme condition nécessaire et suffisante à la création artistique, comme aurait pu dire Oscar Wilde "Nappe for nappe's sake".

Ici, dans ce Dusk And Void Became Alive, lesdites nappes sont tantôt posées sur rien du tout, tantôt rien ne se posent sur elles. Elles semblent parfois être posées les unes sur les autres, de manière vague tout de même. Au mieux, elles reposent sur l'air, dans l'air, et même plus, à travers l'air.. Ce que nous propose à nouveau DIE VERBANNTEN KINDER EVAS, c'est quelque chose qui flotte, une musique aérienne faite de nappes de claviers et de "nappes de chants" (je n'arrive pas à appeler ça autrement), diffuse, "atmosphérique", peut être même un peu TROP atmosphérique. Les pièces de cet album, tout comme la plupart des morceaux précédents du groupe, sont tellement volatiles qu'ils en deviennent difficiles à étreindre. Mais y a-t-il quelque chose à cerner ? Finalement le problème reste le même: je ne trouve toujours pas quelque chose à me mettre véritablement sous la dent, un peu de matière, de profondeur, de mélodie, de bidules trucs accrocheurs qui pourraient faire plus que poser simplement une ambiance.

Un peu comme les vagues de fumées d'un encens indien de magasins de souvenirs qui fustigent quelques instants notre nez d'une odeur pas franchement raffinée mais au moins agréable, cet album ne sert qu'à flatter nos tympans et les caresser pendant que nous nous adonnons à toutes sortes de choses (j'ai personnellement écouté cet album aussi bien en parlant sur msn qu'en passant la serpillère, ce fut ma foi toujours très agréable). Quand à l'écouter juste comme ça, on se fait chier très vite. Les claviers sont ce qu'ils sont (je crois en avoir dit assez, voir même un peu trop), les voix sont belles mais archi linéaires, en particulier le chant masculin, à moitié endormi et endormant (et dire que c'est la même personne qui assure les chœurs magistraux de SUMMONING !).

Quant à citer quelques morceaux dans le paquet, j'ai beaucoup de mal, comme ce n'est pas le morceau qui vient à nous, mais à nous d'aller vers le morceau. Par exemple à cet instant précis, c'est "Winters Night" qui passe. Tambours de guerre, chants voluptueux, claviers discrets, lents aux longues allées venues lancinantes… oui, le morceau n'est pas mauvais, mais pourquoi suis-je obligé de me poser la question avant d'en conclure quelque chose ? Je n'arrive pas à saisir l'album, merde à la fin, ça a quelque chose de frustrant ! Et même après pleins d'écoutes dans des conditions plutôt différentes. J'en conclus une fois pour toute qu'il n'y a rien à saisir, ou très peu de choses, tout simplement.

Quant à la théorie des nappes, elle pourrait bien être franchement captivante si ce n'était pas sans cesse les chutes studio du dernier SUMMONING que Protector utilisait pour ses albums persos. Parce que faire revivre le "vide et le crépuscule" n'est pas chose facile, et que quelques idées, même d'un génie, semblent ne pas suffire. Commencer par écrire de "vraies" mélodies (comme dans SUMMONING, mais pourquoi pas en différent?) pourrait peut être s'avérer la clé du miracle.

En attendant, à côté d'un "Oath Bound", "Dusk and Void Became Alive" n'est rien que de la crème pâtissière.




Marquez et partagez




 
   VOLTHORD

 
  N/A



- Richard Lederer (claviers, chant)
- Christina (chant)


1. Dusk And Void Became Alive
2. Mistrust
3. Winters Night
4. Unquiet Thoughts
5. Cease To Breath
6. Praise Blindness Eyes.
7. Virtues Cloak
8. Moon Muse
9. Catharsis



             



1999 - 2014 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod