Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL GOTHIQUE  |  STUDIO

Lexique metal gothique
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2006 Eternitas

SATYRIAN - Eternitas (2006)
Par BAST le 18 Août 2006          Consultée 2722 fois

Quoique SATYRIAN constitue un nouveau nom sur la scène gothique à chanteuses (chanteuses avec un s, oui), ce groupe néerlandais prolonge en fait DANSE MACABRE, formation à qui l’on doit deux albums, « Totentantz » en 1998 et « Eva » en 2001.

Cette renaissance a été motivée par le besoin des leaders de DANSE MACABRE de repartir sur de nouvelles bases, suite au départ de Gunther Theys, chanteur semble-t-il trop encombrant et faisant preuve, je cite, « d’un mauvais esprit ». Si DANSE MACABRE pouvait être considéré comme le projet gothique des membres d’ANCIENT RITES (ces derniers étant tout de même épaulés par Sotiris de SEPTIC FLESH), SATYRIAN s’impose davantage comme une formation à part entière, même si la provenance géographiquement éparse de ses membres (Espagne, Allemagne, Italie, Hollande, Finlande et Serbie !) et l’appartenance de chacun à un autre groupe imposent un doute quant à leur capacité à dégager le temps nécessaire pour gérer au mieux l’existence de SATYRIAN.

L’avenir nous le dira. Au moins, au présent, SATYRIAN se conjugue plutôt bien. Le style de SATYRIAN est à mon sens un croisement entre EPICA (le chant), WITHIN TEMPTATION (les orchestrations, les mélodies aériennes) et ETERNAL TEARS OF SORROW (la rythmique).

Tout comme EPICA, SATYRIAN alterne chant féminin et chant masculin. Toutefois, le chant masculin fait, en « temps de parole », à peu de choses près jeu égal avec sa contrepartie féminine. En outre, le chant masculin n’est pas death ou black. Il est tantôt heavy, que ce soit power ou à la RAMMSTEIN (« Invictus »), tantôt gothique (« The Dark Gift »). Oliver Philipps s’occupe du chant clair et Roman Schönsee de celui plus extrême.

Le chant féminin est lui aussi assuré par deux vocalistes : Kemi Vita (en tant que membre de SATYRIAN) et Judith Stüber (en tant que guest). Moins soprano que celui d’EPICA, il joue toutefois sur le même tableau : sensualité recherchée (« The Dark Gift », « This Dream »), une touche de baroque par moments (« Feel The Rush ») et quelques tournures folkloriques (« Bridge Of Death »).

Enfin, pour en terminer avec les parties chantées, les quelques chœurs qui émaillent « Eternitas » me font penser aux groupes de death mélodique moderne (SOILWORK)

Au niveau des instruments, il y a aussi quelques différences avec EPICA ou WT. SATYRIAN est symphonique, c’est un fait (« Feel The Rush »). Mais il y a une utilisation du piano plus importante (« Sacred Lies »). La batterie est pop, avec des rythmiques presque dansantes. La guitare n’est pas black mais se rapproche de PARADISE LOST. Le groupe s’essaye en outre à du folklorique avec l’excellent « Bridge Of Death ».

Les morceaux sont assez simplement structurés, évitant toute forme de contorsions et préférant ainsi aller droit au but. Les mélodies sont catchy, on dira poliment à ce propos que le succès d’EVANESCENCE fait vraisemblablement envisager les choses sous un angle précis aux formations du genre…

SATYRIAN joue sur plusieurs tableaux. Entre le gothique « Feel The Rush », le folklorique « Bridge Of Death », le romantique « Sacred Lies », le speed « Fall From Grace » ou encore le grandiose « Haunted Lovers », ces cinq titres étant à mon sens les plus marquants, la palette des couleurs jetées sur « Eternitas » offre une diversité à saluer.

Face à ces titres on a toutefois droit à des compositions plus anecdotiques. « My Legacy », par exemple, ne propose pas assez d’idées, évoluant autour de deux seuls thèmes. « No tears, No Embrace » aurait pu être meilleur s’il avait su décoller davantage, laissant plus une impression de platitude qu’autre chose.

Mêmes si les influences de SATYRIAN sont évidentes à mesure que défile « Eternitas », il faut plusieurs écoutes pour bien le cerner. Peu de groupes sont ainsi capables de jouer sur les styles, les arrangements.

« Eternitas » est un album accompli, travaillé et qui regorge d’excellents moments. Les amateurs du genre devraient y trouver leur compte. Perfectible, certes, mais très encourageant pour la suite. Ne reste plus qu’à s’affranchir des influences trop audibles (EPICA en tête) et on tiendra là un groupe très intéressants. Quoi qu’il en soit, SATYRIAN a déjà une particularité bien à lui : la diversité de ses compositions.

Note : 3,5 / 5

A lire aussi en METAL GOTHIQUE :


HEAD CONTROL SYSTEM
Murder Nature (2006)
Friandise avec le chanteur d'ULVER




MOONSPELL
The Butterfly Effect (1999)
Metal gothique


Marquez et partagez




 
   BAST

 
  N/A



- Jan Yrlund (guitare, clavier)
- Judith Stüber (chant)
- Kemi Vita (chant)
- Merijn Mol (batterie)
- Milos Marisevic (basse)
- Oliver Philipps (chant clair, piano)
- Roman Schönsee (chant extrême)


1. Eternitas
2. Invictus
3. Feel The Rush
4. My Legacy
5. The Dark Gift
6. Sacred Lies
7. Bridge Of Death
8. Fall From Grace
9. No Tears, No Embrace
10. Haunted
11. This Dream
12. Ewigkeit



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod