Recherche avancée       Liste groupes



      
NEO METAL  |  STUDIO

Lexique neo metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Spineshank, Ill NiÑo, Linkin Park, Coal Chamber

SLAVES ON DOPE - Inches From The Mainline (2000)
Par ALANKAZAME le 15 Juillet 2006          Consultée 1955 fois

Slaves On Dope... Vous ne connaissez pas hein ? C'est sûr qu'il faut creuser bien profond pour trouver des infos sur ce groupe, complètement oublié des medias et fort peut présent sur le net. Mais si vous lisez ma petite biographie, vous verrez que c'est un Osbourne qui a produit le disque dont je vais vous parler. Comment ? Le genre ? Ah non non c'est bel et bien du nü metal, du pur et dur, bête et méchant ! D'ailleurs le premier titre (je ne parlerais pas de l'intro de 4 secondes honteusement inutile), Pushing Me, ferait presque penser à du SpineShank en moins speedé. Avec deux ou trois petits bruitages indus par ci par là. Rien de bien surprenant quoi. Mais on pourra tout de même accorder à Slaves On Dope un certain talent pour trouver les riffs simples et directs bien accrocheurs. C'est lourdingue, couillu et enjoué : très divertissant. On passe à des choses plus sérieuses avec le titre I Can't Die, qui met en scène des couplets pour le moins surprenants : la batterie est astucieusement mise en avant alors que les guitares se taisent, le chanteur nous vide ses trippes sans la moindre retenue et tout s'emballe sur les couplets, avec toutefois une (toute) petite mélodie vocale. Le son de Slaves On Dope n'a rien de particulier : les guitares font méchamment penser à celles de Godsmack, certaines compos sont dignes de Deftones, et les refrains sont tout ce qu'il y a de plus commun parmi des grands noms du nü scolaire comme Ill Niño ou SpineShank.

Un manque d'identité heureusement compensé par une certaine inventivité et un talent (lui aussi) certain pour trouver la petite mélodie accrocheuse. Il n'y a q'à écouter le titre Fallout pour s'en rendre compte : leur refrain est tout à fait potable et on se retrouve en train de bouger la tête sans s'en rendre compte. Mais bien entendu tout n'est pas rose. Thanks For Nothing nous ramène ainsi à des choses nettement moins intéressantes par le biais d'un rap mou et banal assez indigeste sur les couplets et d'un refrain mettant en avant des lyrics d'une affligeante niaiserie (on s'abaisse presque au niveau de Slipknot c'est dire !). Et ce n'est pas une (oui UNE) note de piano qui se la ramène deux fois au sein de la piste qui va y changer quelque chose ! Reste la guitare qui accuse ici de manière flagrante un pompage sur Godsmack. Le gratteux n'est d'ailleurs pas trop mauvais (à l'échelle du neo cela va de soi) et nous gratifie de quelques petits bruitages lourds à la RATM sur les couplets de Inches From The Mainline, faisant un peut d'ombre à un phrasé toujours aussi désagréable et malvenu¦ Le refrain bien agressif nous orienterait presque vers des tendances metalcore. Et le surprenant et inattendu mini solo vers la fin de la piste ne me contredira pas ! Ce petit penchant vers des choses plus couillues ne passe d'ailleurs pas inaperçu sur un titre comme Stick It Up, avec ses gros riffs coreux et son refrain rentre dedans. Avec en prime d'excellents couplets, sur lesquels le chanteur rap toujours en changeant cette fois ci de registre (avec un peu plus de niaque) et ça marche ! La grosse basse en arrière plan rythme l'ensemble et ce titre est certainement l'un des plus réussis de Slaves On Dope tous disques confondus !

Et l'album prend fin sur les même bases : couplets rappés ou hurlés, refrains coillus hurlés avec de temps à autres quelques petits passages chantés clair, de gros riffs à la Godsmack, quelques honnêtes performances à la batterie, deux ou trois hommages rendus aux grands du neo et du rap metal. Inches From The Mainline est un disque de nü metal assez agressif et plutôt lourd, qui n'est pas désagréable mais hélas fort banal et beaucoup trop facile. M'enfin après tout ce n'est qu'un premier album, et les mélodies de Metafour, l'album qui suivra, sont déjà plus intéressantes. Si vous avez aimé les disques de SpineShank, Ill Niño ou Soulfly, cela devrait sans nul doute possible vous plaire !

A lire aussi en NEO METAL par ALANKAZAME :


36 CRAZYFISTS
A Snow Capped Romance (2004)
De l'emo-nü-core exemplaire !




DEFTONES
Around The Fur (1997)
La révélation...

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez




 
   ALANKAZAME

 
  N/A



Non disponible


1. Brotherly Love
2. Pushing Me
3. I Can't Die
4. Fallout
5. Thanks For Nothing
6. Inches From The Mainline
7. No More Faith
8. Stick It Up
9. Why
10. Bitch Slap
11. Kafka Bug
12. Leader Of Losers



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod