Recherche avancée       Liste groupes



      
GORE-GRIND  |  STUDIO

Lexique grindcore
L' auteur
Acheter Cet Album
 


NEGLIGENT COLLATERAL COLLAPSE - Sick Atoms (2005)
Par GORR le 9 Février 2006          Consultée 1788 fois

La NASA vous connaissez ? E.T, la rencontre du troisième type, mars attack ... les aliens quoi ? Sous ces faux airs de gentil petit ange, les tchèques de NEGLIGENT COLLATERAL COLLAPSE (N.C.C) sont ce qu'on appelle l'intrus dans la scène grindcore mondiale. L'intrus, oui, mais pas négativement. Les gaillards sont effectivement un des seuls groupes de grindcore ne s'enfermant pas dans les clichés permanents du style. Chez eux, la pornographie, le gore, ou encore l'hémoglobine n'existent pas. Le grindcore scientifique, vous y croyez vous ? Pourtant, N.C.C en est la preuve. Les petits zizis, les grosses chattes, les têtes décapitées, et les membres arrachés sont remplacés ici par une passion pour l'astronomie, l'espace, et les petits hommes verts. "Sick Atoms" est le troisième album de N.C.C qui nous vient de chez Obscene Production et qui n'est pas prêt de s'assagir de son goregrind (oui parce que c'est pas tout à fait comme le grindcore) si atypique et expéditif.

Alors forcément dans ce genre de machin, c'est soit on aime, soit on n’aime pas. Le goregrind, ce n’est pas toujours facile d'accès. Voix complètement trafiquées, batterie stationnaire, basse virevoltante, groove de malade, et des guitares mid-tempos fusantes. Et pour la question d'être dans le rythme, N.C.C reste les meilleurs en la matière. Leur musique ne bouge pas d'un poil tout au long des 36 minutes de goregrind qui nous sont offerts ici. De toute nécessité, les riffs de guitares allaient donc devoir être des plus accrocheurs possibles. Heureusement pour eux, ils s'en sortent bien, mais ils sont surtout aidés par une production incroyablement parfaite. Tout résulte du professionnalisme, tant ce son dégueulasse est bien réussi. Ca ne pouvait d'ailleurs pas être autrement. La voix n'est pas paralysée par le reste, qui lui sonne tout aussi bien. Au demeurant, le goregrind de N.C.C reste tout à fait abordable. Moins brutal que du ROMPEPROP mais plus souple que du HAEMORRHAGE, celui-ci ne laisse pas tellement l'auditeur en carafe, mais ne le satisfait pas non plus complètement. Les titres ont l'air d'avoir été rallongés, mais leur nonchalance a par contre augmenté. Tout cela manque véritablement de puissance et n'a pas le mérite d'être si cruel que ça. Ca n'envoie pas, ça ne passe pas. L'alchimie d'un goregrind ma foi charmant sur le plan technique n'est pas au rendez-vous.

Des titres comme "Sick Atoms" ou encore "GHB" ne lassent pourtant pas tellement étant donné le potentiel de leurs riffs aguicheurs et de la voix de Paul en "Pig and Frog", comme il l'appelle, collant parfaitement au tempo lent proposé. Oui "Pig and Frog" car son chant laisse vraiment paraître à celui d'un cochon ou d'une grenouille (s'ils pourraient chanter bien entendu), vous voilà prévenu. L'album suit avec "Tranquilizers" et ses riffs très heavy/thrash à la SLAYER et ses accélérations ma foi bienvenues, étant donné la lourdeur du disque et sa stagnation de tempo si spécifique. "Smoking" quant à lui, réveillera un auditeur un peu endormi en milieu d'album par sa brutalité et sa vitesse accélérée. A noter que c'est le titre le plus long de l'album avec ses 3 minutes 30 de pure N.C.C tel qu'on le connaissait sur un "Paranormal Nanodivision" des plus excellent. Les breaks ont encore une fois augmenté et la basse a elle aussi été retravaillée. Et si la petite étincelle ne marchera pas cette fois-ci pour N.C.C, on ne peut dénigrer que le groupe tchèque a réussi un travail de composition remarquable une fois de plus. Quelques samplers sont encore de la partie ("The Facts", "Steroid", "Marijuana") mêlés chaque fois à un petit quelques chose de convivial au sein du morceau, et à un passage sensationnel.

Musicalement parlant le groupe se rapproche énormément de GUT, où le goregrind ne frappe pas tellement de plein fouet, mais où il ne lésine pas non plus et ne laisse pas un temps de répit à l'auditeur. La batterie n'écroule jamais le reste sous des blast-beast dantesques, et les passages accélérés sont extraordinaires tellement ils se font rares tout au long du disque. Les riffs de guitares remportent tout de même la palme d'or sur cet album, se faisant beaucoup plus travaillés et accrocheurs qu'à l’accoutumée. Il est certes évident que rares seront les personnes comblées par cet album, très loin encore de la perfection ou du bienfait musical. En ce rendant à l'évidence, il est clair que "Sick Atoms" n'est pas tellement plaisant à écouter d'une traite et qu'il ne laissera pas votre crâne indifférent pour une petite migraine de fin de journée à son écoute.

Pas de progrès donc pour NEGLIGENT COLLATERAL COLLAPSE. "Paranormal Nanodivison" a donné la réplique à "Sick Atoms", qui n'a pas tellement bien joué son rôle. Ni évolution, ni maturation pour les tchèques qui ne sont pourtant pas à blâmer, tellement l'on ressent l'envie et la persévérance dans leur copie. Mais les fautes d'orthographes persistent toujours et le tip-ex doit vraiment arrêter d'être utilisé. On espère que la prochaine ça sera la bonne !

A lire aussi en GRINDCORE par GORR :


BLOCKHEADS
Shapes Of Misery (2006)
Meilleur album de grind 2006




HAEMORRHAGE
Apology For Pathology (2006)
La sauce tomate espagnole en pleine face


Marquez et partagez




 
   GORR

 
  N/A



- Paul (chant)
- Brain (basse)
- Ierich (batterie)
- Robocop (guitares/chant)


Non disponible



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod