Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


The TOLL - Sticks And Stones And Broken Bones (1991)
Par THE MARGINAL le 22 Mai 2006          Consultée 1527 fois

On ne l'a jamais assez souligné, mais il y avait quelques groupes originaux dans le hard US qui osaient sortir des sentiers battus à l'époque. Et le quartette américain The Toll faisait partie de ceux-là. Tout d'abord, on remarque que 2 des musiciens(dont le batteur) avaient les cheveux courts(chose ultra-rare dans le hard US, à l'époque). Ensuite, les thèmes abordés par ce groupe étaient très différents de ce à quoi ou pouvait s'attendre de la part d'un groupe de hard US: en effet, il est souvent question des travers de la societé américaine: individualisme, problèmes de l'adolescence, discriminations raciales... Ceci dit, je vous rassure: le discours de The Toll n'a rien de moralisateur, il s'agit juste d'une description des maux de la societé amenant à se poser des questions. Et on est très loin du misérabilisme et de l'attitude négative, défaitiste qui ont caractérisé bon nombre de groupes ayant animé les 90's.

"Sticks and stones and broken bones", qui sort en 1991, est le second album de The Toll, sa première trace discographique("The price of progression") ayant vu le jour en 1988. Musicalement, il est assez difficile de rapprocher ce combo de quelques groupes de l'époque en particulier. Disons que The Toll pratique un hard rock n'roll assez varié et axé sur la mélodie, avec diverses ambiances et émotions. Quand au chanteur Brad Circone, il se rapprocherait de Stephen Shareuax(Kik Tracee) par moments...

L'album démarre par un mid-tempo hard rock n'roll à la rythmique binaire("Tongue-tied river") de facture classique, mais pas déplaisant. C'est à partir du titre suivant que le disque prend son envol: "Boys are bustin' bricks", assez proche du punk, s'avère direct, rentre-dedans et dépote avec son refrain tapageur bien comme il faut. "One last wish", avec ses mélodies entraînantes, convainc l'auditeur que ce groupe est bien de qualité. Lorsqu'arrive le titre "Hear your brother calling", The Toll touche au sublime: les paroles de cette chanson évoquent l'indifférence, l'égoïsme, la non-assistance à toute personne en danger(dans ce cas précis, c'est le fait divers sur Kittie Genovese, assassinée devant plusieurs spectateurs passifs, qui est relaté). Ce titre est tellement prenant, émouvant qu'il ne peut que réveiller chez chacun d'entre nous un sentiment de révolte face à de telles choses. Parmi les autres titres forts, on citera volontiers "War is release" qui aborde un sujet crucial, mais sur un ton entraiîant, entêtant, "Standing on the ledge" vintage comme "American mess"(le court passage rappé à la fin passe presque inaperçu), "Colorblind", à la fois mélodique et rythmé, qui évoque le racisme, et le festif et bluesy "Sweet misery" sur lequel on entend brièvement quelques ambiances de saloon avant que tout s'achève de manière déjantée(un des temps forts de ce disque !).

Dommage que l'album ne soit pas parfait de bout en bout. Par exemple, il y a 1, voire 2 titres(on pense surtout à "Something 'bout the struggle") en dessous du reste de cet opus et on regrette que le guitariste soliste ne se lâche pas suffisamment: il est bon, mais ne se démarque pas par rapport à la moyenne de l'époque.

The Toll était un groupe à part dans le hard US, mais proposait toutefois des solutions pour faire évoluer ce créneau musical. Son tour de force principal, c'est d'avoir abordé des sujets sérieux, voire graves, tout en restant musicalement mélodique, enjoué. Et à aucun moment, on n'entend le chanteur hurler comme un désespéré. Comme quoi, il n'est pas nécessaire de jouer les donneurs de leçons, d'adopter une attitude agressive, plaintive, voire suicidaire pour bien faire passer ce genre de message. La musique de The Toll était difficile d'accès au premier abord, mais après quelques écoutes, on cerne mieux ses subtilités.

A lire aussi en HARD ROCK par THE MARGINAL :


GREEN DOLLAR COLOUR
Green Dollar Colour (2005)
Le hard rock australien reprend du poil de la bête




HAVANA BLACK
Indian Warrior (1989)
Hard rock


Marquez et partagez




 
   THE MARGINAL

 
  N/A



- Brad Circone (chant, guitare, harmonica, pia)
- Rick Slik (guitare)
- Greg Bartrom (basse)
- Brett Mayo (batterie)


1. Tongue-tied River
2. Boys Are Bustin' Bricks
3. One Last Wish
4. Something 'bout The Struggle
5. Hear Your Brother Calling
6. War Is Release
7. Standing On The Ledge
8. American Mess
9. Happy
10. Never Enough
11. Colorblind
12. Sweet Misery



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod