Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL SYMPHONIQUE  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


PANDAEMONIUM - Return To Reality (2005)
Par BAST le 8 Janvier 2006          Consultée 2699 fois

PANDAEMONIUM a de l’Italie cette grandiloquence exacerbée où les orchestrations pompeuses se disputent aux envolées lyriques prétentieuses.
PANDAEMONIUM a de l’Italie ce chant suraigu obstiné.
PANDAEMONIUM a de l’Italie cette production en retrait où les guitares semblent essoufflées et le batteur paraît marteler ses fûts dans la pièce d’à côté.
PANDAEMONIUM a de l’Italie ce son de clavier venu d’un autre temps, kitch, à l’exacte opposé des sonorités modernes que l’industrie musicale est en mesure de produire.
PANDAEMONIUM a de l’Italie cet anti-conformisme ringard et rétrograde.

Oui, mais...

PANDAEMONIUM a aussi de l’Italie cette saveur épique inimitable.
PANDAEMONIUM a aussi de l’Italie ce jusqu’auboutisme qui ne s’encombre d’aucun consensus, où chaque mélodie n’est pas pensée mais ressentie.
PANDAEMONIUM a aussi de l’Italie cette atmosphère fantasy que l’on ne retrouve nulle part ailleurs.
PANDAEMONIUM a aussi de l’Italie ces compositions qui parviennent à mettre en branle tous les sens.

Dix ans d’existence et seulement son second album au compteur, après un « ...And the Runes begin to pray » (1999) intéressant par sa touche folklorique mais au final plutôt moyen, PANDAEMONIUM n’est pas loin avec « Return To Reality » de reprendre sa carrière de zéro.

Une carrière qui ne sera ni riche ni mouvementée. Il serait même délicat de parier sur un succès suffisant pour que l’actuel label des Italiens, Underground Symphony, se lance dans un troisième album. Et pourtant, PANDAEMONIUM, sorti de nulle part, réussit l’improbable, s’amalgamer dans les mondes imaginaires de la littérature fantastique et ne faire qu’un avec eux.

Etonnant comme défauts et qualités parviennent ainsi à cohabiter et à aboutir à un album détestable pour les uns, ensorcelant pour les autres. Impressionnant comme PANDAEMONIUM, par ce je ne sais quoi, réussit à dépeindre aussi bien l’univers féerique de la fantasy. Apaisant de constater qu’il reste encore des formations sachant faire fi de toute considération mercantile et proposer des albums qui ne plairont certes qu’à une poignée d’amateurs avertis, mais des amateurs comblés.

A lire aussi en METAL SYMPHONIQUE par BAST :


DRAGONLAND
Astronomy (2006)
La nouvelle merveille des Suédois de DRAGONLAND




THY MAJESTIE
Jeanne D'arc (2005)
THY MAJESTIE dans la cour des grands


Marquez et partagez




 
   BAST

 
  N/A



- Daniel Reda (chant)
- Lorenzo Zirilli (basse)
- Steve Volta (guitare)
- Federico Ria (batterie)


1. Introduction
2. Time Of Glory
3. Evil Star
4. Ancient Time
5. Fires In The Sky
6. Return To Reality
7. Himn To The Fifth Element
8. Miracle
9. Flying Over The Clouds
10. Blazing Fire
11. Warrior Lost In Time
12. Land Of Dreams



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod