Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  STUDIO

Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Emperor

THOU SHALT SUFFER - Into The Woods Of Belial (1998)
Par POSSOPO le 19 Janvier 2006          Consultée 2989 fois

Au paroxysme d’une nuit abandonnée par les lueurs célestes, les dernières créatures velues se lovent craintivement dans leur froide tanière, laissant l’impétueux aquilon pénétrer la sylve sauvage. Et tandis que les plus orgueilleux conifères affichent leur soumission contrainte à l’anti-sirocco vaniteux, le Mal veille.

Le colossal gardien n’attend plus que le signe de son maître pour effectuer son infernale routine. Les traits taurins de ce bestial visage flanqué de deux protubérances d’un ivoire aveuglant, parangon du laid, ne trompent pourtant que le simple d’esprit. C’est dans cet iris sable et impassible que le témoin, saisi par la terreur, décèle l’effroyable vérité. L’âme de l’hideuse sentinelle côtoie une intelligence sombre et géniale, symptôme galeux propre aux fanatiques séides du Démiurge noir. Alors, le scénario s’éclaircit et tandis que le propylée d’or, encore emmitouflé d’un manteau d’humides fétuques, vibre déjà, Belial, tel est son nom, s’apprête à effectuer son insupportable office. Sa masse monumentale, trempée dans un alliage maudit, couche encore à ses pieds qui n’en sont pas, appendices de circaète chasseur de serpent.

Nul oracle ne sait ce qu’il adviendra lorsque la lézarde se dessinera et que les monstres chtoniens en profiteront pour quitter leur abyssale demeure. Gaia commence à rider et pleure ses bois condamnés à une sénescence accélérée. L’horizon du monde s’est enfuit.

Un fracas mortifère envahit soudain l’espace tremblotant.

Ouink, ouink…
Un cheeseburger, madame Pougnax ?
Oui, avec du bacon, s’il vous plaît.

Et merde! C’est fini là?
Oui, c’est fini, car il serait trop facile de se laisser embarquer dans cette histoire qui n’est, au final, qu’une sombre galère. Et à moins de vouloir sculpter votre corps de viking, je vous déconseille fortement la traversée.

Résumons rapidement ce que tout le monde a compris en zieutant la note:
Into The Woods Of Belial ne serait jamais sorti sous ce joli package sans que n’existe une suite impériale à la carrière de ses géniteurs. Et il ne serait jamais sorti car il est mauvais. Voilà un death primitif saupoudré d’un sulfure artificiel, dont l’intérêt historique n’est pas supérieur au premier album de DARKTHRONE ni à quelques productions est européennes de la même époque tandis que la qualité se révèle ô combien inférieure.
Ihsahn affiche une prestation vocale hideuse, éructant des borborygmes inutiles, les guitares des deux trublions de Télémark se contentent de copier des formules sans âme, les claviers peinent à magnifier un climat malodorant. Qui plus est, l’avancement du disque nous permet de constater que parti de bien bas, Into The Woods Of Belial se permet le luxe d’atteindre en fin de course les profondeurs, certes déjà visitées, de la nullité musicale.

Alors, s’il vous plaît, laissez Belial garder la porte des enfers dans sa forêt scandinave, satisfaites-vous de votre collection déjà exagérée de disques d’EMPEROR et sortez plutôt faire...quelque chose.

A lire aussi en DEATH METAL par POSSOPO :


LOUDBLAST
Sublime Dementia (1993)
(vice-) champions du monde !




GORGUTS
From Wisdom To Hate (2001)
Le délire death barré enfin dompté


Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
  N/A



- Ihsahn (chant, guitares)
- Samoth (guitares)
- Ildjarn (basse)
- Thorbjørn Akkerhaugen (batterie, basse)


1. Into The Woods Of Belial
2. I Seek The Path Of Obscurity
3. Chimera Dimension
4. The Goat Of A Thousand Young
5. Succumb To Vestigia Terrent
6. Painful Void Of Time
7. Spectral Prophecy
8. Into The Woods Of Belial
9. The Goat Of A Thousand Young
10. Chimera Dimension
11. I Seek The Path Of Obscurity
12. ...obscurity Supreme



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod