Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK SYMPHO / ATMO  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


DISGUISE - Human Primordial Instinct (2005)
Par VOLTHORD le 5 Novembre 2005          Consultée 910 fois
La scène black sympho/atmo du pays des pizzas est toujours en quête de reconnaissance. Après les impressions franchement moyennes que m’avaient laissé DRASTIQUE et EVOL, les surprises (« As The Angel Reach The Beauty », « Scourge Of Malice ») et les déceptions (« Engraved In Black », « [N]Utopia ») que m’avait fait vivre tour à tour GRAVEWORM, c’est aujourd’hui au tour de DISGUISE de représenter les couleurs du black sympho italien dans ma chaîne hi-fi.

« Human primordial istinct » fut enregistré en 2002, il n'arrive que maintenant chez nous!
Eh non, ce n’est pas moi qui ai fait la faute d’orthographe au titre de cet album (si vous l'aviez remarqué), mais c’est bien ce qui est marqué à la fois sur la cover et sur le cd ! Seul dans l’insert le bon titre (« Human Primordial iNstinct », avec toute la N que le black metal se doit d'avoir!) est correctement renseigné… j’espère pour le groupe que cette faute d’orthographe à la fois étonnante et marrante n’a été imprimée que pour les cds promos, ou, au pire les premiers tirages de l’album, parce que c’est dire que ça la fout vraiment mal pour un groupe qui se donne à priori une démarche philosophique (ou pseudo philosophique).
Je ne déblatérerai pas des années sur cette fameuse démarche, qui n’a rien d’original en soi (les propos ont déjà été mille fois entendus) si ce n’est de séparer l’album en trois parties relatives à trois différents principes (à noter que la dernière partie, qui s’appuie sur une théorie de Nietzsche contre la religion n’est représentée que par une outro ambiante sympa mais pas exceptionnelle, que j’ai du mal à rapprocher du fameux concept).

Les Italiens s’appuient sur les bases black mélo/atmosphérique (dit « commercial ») qui, elles aussi ne sentent pas le doux parfum de la nouveauté. Faute de ne pas nous servir de la merde, ils ne viendront pas non plus combler nos exigences, ni par leur excellence technique, ni par leur talent à composer, et encore moins leur originalité.

Tout cela reste à nuancer bien sûr, et il est vrai qu’on se laissera à plusieurs passages porter par la batterie furieuse du dénommé Aiwass, la guitare mélodique de Dei Nuntis Mortiis, la basse renflée de Vexator, le chant basique mais assez impérial, parfois même théâtral de Vastator Mentis, sans oublier bien sûr les claviers (orgue pour la plupart du temps) de l’ami Carnifex (ça doit être lui qui a le pseudo le plus ridicule de la bande), qui gardent une plus grande pertinence que les autres instruments, et évite aussi de tomber dans le grandiloquent/pompeux…

On s’y laissera porter par moments, notamment sur « Scared Of Leaving Deceit », le seul morceau vraiment polyvalent et accrocheur, prouvant bien que DISGUISE n’est pas un groupe foncièrement mauvais…
Mais quand même, boudiou qu’est ce que ça peut être rengaine ! Certains riffs sont chiants à mourir (Cf « Infectious Desease » et « Excited By Slavery ») et on peine vraiment à distinguer une once de personnalité là dedans.

« Human Primordial Instinct » est carré, bien produit (pour une autoproduction, chapeau!), montre des musiciens qui cherchent clairement leur identité sans pourtant parvenir à la trouver, et qui rament encore dans la masse de groupes au potentiel intéressant, mais insuffisant.




Marquez et partagez




 
   VOLTHORD

 
  N/A



- Carnifex (claviers)
- Vexator (basse)
- Dei Nuntis Mortiis (guitares)
- Aiwass (batterie)
- Vastator Mentis (vocaux)


1. Infections Disease
2. Excited By Slavery
3. Void Existence
4. Scared On Leaving Deceit
5. Reborn In A New Skin
6. Human Primordial Instinct
7. Il Resto E Conseguenza



             



1999 - 2014 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod