Recherche avancée       Liste groupes



      
AVANT-GARDE  |  STUDIO

Commentaires (2)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Aura Noir

VED BUENS ENDE - Written In Waters (1995)
Par UDUFRU le 15 Novembre 2005          Consultée 4228 fois

Il y a des groupes qui auraient mieux fait de ne sortir qu’un album (non non je ne parle pas de CRADLE OF FILTH… non non), et d’autres dont on regrette la production limitée à un unique chef d’œuvre. Vous risquez d’être étonnés si je vous dis de but en blanc que VED BUENS ENDE fait partie de la seconde catégorie. Car après tout, combien d’entre vous connaissent ce trio norvégien qui enfanta de ce qu’on appelle aujourd’hui le black metal avant-gardiste, style sur lequel ARCTURUS règne en maître depuis son second album ?

Afin de comprendre pourquoi cette formation n’a pas connu le succès escompté par son génie, il est nécessaire de se replacer dans le contexte musical de l’année 1995. MAYHEM a concocté il y a peu l’inoubliable De Mysteriis Dom Sathanas, DARKTHRONE nous a offert un terrible Panzerfaust, BURZUM vient d’accoucher du magnifique Filosofem ; bref, au moment où les pères fondateurs défrichent les différentes facettes du true black metal avec application, sort Written in Waters, un OVNI complètement original, loin de tout ce qui s’est fait dans le genre, sûrement trop en avance sur son temps pour être alors apprécié à sa juste valeur.

Pourtant, avant toute chose, VED BUENS ENDE joue du black metal : la production est poussiéreuse, la batterie épileptique, les guitares glaciales, l’ambiance septentrionale. Oui mais…
…aviez-vous déjà entendu des compositions aussi complexes, aussi techniques ? Dès les premières minutes de l’album, on ne peut manquer d’être frappés par l’absence totale de linéarité que présente la musique du groupe. Le batteur semble incapable de répéter la même rythmique sur deux mesures ; il préfère parsemer son jeu de breaks plus audacieux les uns que les autres ("Den Saakaldte"). A ce titre, on peut d’ores et déjà qualifier ce black metal de « progressif », du fait des innombrables cassures rythmiques qui composent l’introduction de certains morceaux ("I Sang for the Swans"), ce qui n’entache en rien l’homogénéité des titres, ainsi que celle de l’album dans son ensemble.
Autre particularité, et non des moindres : le chant clair, qui pour la première fois dans l’histoire du black, voit son importance dépasser celle du chant écorché et grésillant typique du genre. Qu’il soit incantatoire ou épique, polyphonique ou monocorde, il transporte immédiatement l’auditeur chez un vénérable sage barbu vêtu de fourrures d’ours, suppliant les esprits païens d’habiter les plus forts guerriers de la tribu le temps d’une bataille désespérée contre un Mal sombre et vicieux. Ce sont des berserkers puissants qui ressortiront de la hutte du sorcier, assoiffés du sang de leurs ennemis, courant vers le trépas, l’écume aux lèvres, la hache au vent, sur fond de blast beats impérieux déchaînant une nature déjà hostile ("Remembrance of Things Past")… Certains refrains ne quittent l’esprit qu’après l’avoir aliéné des jours durant ("Coiled in Wings"). On note même la présence d’un chant féminin virginal sur "Autumn Leaves", superbe balade black metal célébrant la naissance de l’hiver.
J’ai cependant gardé le meilleur pour la fin : le rôle central de la basse. Ca doit en boucher un coin aux plus fervents blackeux d’entre vous ; en effet la basse est l’instrument pauvre du metal en général, et du black en particulier. Mais VED BUENS ENDE ne fait rien comme les autres et place son bassiste au cœur du processus mélodique. Celui-ci se taille la part du lion de l’espace sonore, reléguant la guitare au second plan ("Its Magic"). Sous-mixée, celle-ci se charge alors de combler les interstices de son blizzard sonore, si ce n’est dans les magnifiques passages acoustiques où elle retrouve sa place habituelle au devant de la scène. Cette originalité distingue totalement VED BUENS ENDE des autres formations du genre, et finit d’en faire un de ces groupes mythiques hélas disparus trop tôt.

Si j’ajoute à cela que les membres du trio se sont recyclés dans d’excellents groupes tels que AURA NOIR, DODHEIMSGARD, ULVER, CODE ou encore ARCTURUS, je suis sûre de vous convaincre du caractère indispensable de l’objet. Car c’est bien ce qu’il est : un album vraiment unique qui mérite une place de choix dans l’Histoire de notre style préféré. Un premier effort d’avant-garde black metal, qui se paie le luxe d’être parfait.

A lire aussi en BLACK METAL par UDUFRU :


KEEP OF KALESSIN
Through Times Of War (1997)
Black épique et brutal, femmelettes s'abstenir




The AXIS OF PERDITION
Deleted Scenes From The Transition Hospital (2005)
Alliance infernale de black et d'ambient.


Marquez et partagez




 
   UDUFRU

 
   LONER

 
   (2 chroniques)



- Vicotnik (chant, guitares)
- Skoll (basse)
- Carl-michael Eide (voix, batterie)


1. I Sang For The Swans
2. You, That May Wither
3. It's Magic
4. Den Skaldte
5. Carrier Of Wounds
6. Coiled In Wings
7. Autumn Leaves
8. Remembrance Of Things Past
9. To Swarm Deserted Away



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod