Recherche avancée       Liste groupes



      
PUNK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


PETER PAN SPEEDROCK - Spread Eagle (2005)
Par POWERSYLV le 29 Septembre 2005          Consultée 1546 fois

La Hollande - l’autre pays du fromage, des tulipes et d’autres produits dont il est interdit de faire mention sur ce site respectable – est surtout connu aux yeux du public metal comme producteur à la pelle de combos atmosphériques à vocaux féminins. Pour cette fois nous ferons une exception afin de consacrer une chronique à un groupe batave d’un autre style. Histoire de changer un peu. Le groupe en question est un trio nommé PETER PAN SPEEDROCK. Sous ce sobriquet qui, gageons-le, n’est pas un hommage à Michael Jackson se cache un groupe de 3 teigneux, pur produit de la copulation si efficace entre gros son heavy metal, efficacité bruitiste toute punk rock et ambiance rock’n roll.

Car Peter, Bartmann et Bart sont des rockers vrais, bruts et tatoués. Si vous allez faire un tour sur leur site internet (www.peterpanspeedrock.com pour faire original), vous pourrez voir que malgré son nom qui ne dit absolument rien par chez nous (sûrement à cause d’un vice de distribution dans nos contrées, mais qui est désormais résolu par le label Active désormais distributeur de Blitzcore) ce trio n’en est pas à son premier coup d’essai. La discographie est bien fournie même s’il s’agit pour beaucoup de singles. Dernier sorti, voici donc un disque aux atours plutôt ricains et rock’n roll (l’emblème rebelle de l’aigle) et PETER PAN SPEEDROCK compte bien sur ce Spread Eagle tout chaud (enregistré en février dernier) pour commencer à se faire un nom en dehors de ses frontières.

Le trio propose une musique qui marche sur les plates-bandes (entre autres) de NASHVILLE PUSSY, TURBONEGRO et MOTORHEAD. L’énergie dégagée suinte par tous les pores, et il n’est pas étonnant de se dire que PETER PAN a été nourri au biberon du groupe de Lemmy quand on se laisse prendre à la gorge par les 13 salves présentes ici. Comme l’indique son nom (SPEEDROCK), le trio n’est pas là pour faire dans la dentelle et les titres speedent à 100 à l’heure, emmenés par un chanteur/guitariste (Peter) en colère, et qui crache à la face du monde qu’on va voir ce qu’on va voir avec des vocaux qui peuvent parfois évoquer Mike Muir (SUICIDAL TENDENCIES). Le rageur et provocateur « Cock-Teaser » qui ouvre le disque annonce un bon 40 minutes de sang, de sueur et de cambouis dans lequel il faut bien plonger les mains.

Ce côté « je speede à mort / je ne sais pas ce qu’est un frein » est un exercice risqué qui doit être bien négocié. Ce peut-être une force, et d’ailleurs cette impression de tout foutre en l’air et de distiller sa haine, de tout ravager sur son passage fait mouche dans un premier temps, sur la première partie de l’album. Les morceaux ne sont pas subtils pour un sou, c’est du gros punk-rock rentre-dedans, avec des influences metal qu’on peut retrouver dans le son du disque et aussi dans quelques solos e guitares bien sentis et directs. Mais ce qui s’avère être un point fort dans les premiers temps ne tient pas forcément sur la longueur et on se prend dans la deuxième partie du disque à commencer à s’ennuyer un peu, en ayant l’impression que finalement la recette est appliquée un peu sur chaque titre.

Il y a néanmoins des choses intéressantes par-ci par-là qui peuvent se faire tendre l’oreille davantage, comme le côté bien rock’n roll d’un « Alfa Female » ou « Shot Down To Nowhere ». Ou encore ce riff plutôt grave et sombre qui s’accouple avec la basse claquante du dénommé Bartmann sur « Damn You All To Hell », cet autre riff touffu et plutôt bandant sur « Better Off Dead ». Les points « repos » qui permettent de récupérer un petit peu sont rares, une accalmie (relative) étant accordée à l’auditeur éventuellement sur « Good Stuff » ou l’instrumental bien groovy « Red Wings ».

Spread Eagle possède de bonnes choses et une énergie à toute épreuve, mais celle-ci n’est peut-être pas suffisamment canalisée, à de rares exceptions près. Ce qui fait à mes yeux (entre autres) une différence essentielle entre punk et metal. Spread Eagle est un bon album de punk, mais un album de metal moyen. La musique du groupe très directe manque singulièrement de subtilité et de savoir faire, quelques titres plus modérés auraient été les bienvenus pour pouvoir suivre la trame du disque sur la longueur. Un disque bien « Kick Ass », certes, c’est déjà pas mal. Mais à force de se faire justement botter le train sans arrêt, on a besoin de moments de repos pour pouvoir se mettre un peu de baume et que ça redécolle. Malheureusement dans le cas de PETER PAN SPEEDROCK, le tube de crème n’est pas fourni avec le disque … ouille. Une prochaine fois peut-être ?

A lire aussi en PUNK :


SONS OF BUDDHA
Buddha Hates Us All (2008)
Punk et français. Et CPDLM. Loin de là même...




BAD RELIGION
No Substance (1998)
Punk pop


Marquez et partagez




 
   POWERSYLV

 
  N/A



- Peter Van Elderen (chant, guitare)
- Bart 'bartman' Geevers (basse)
- Bart Nederhand (batterie)


1. Cock-teaser
2. Tonight Allright
3. Time To Get Down
4. Damn You All To Hell
5. Pay The Fuckin' Bill!
6. Alfa Female
7. Ain't No Part O' Nothing
8. Good Stuff
9. Better Off Dead
10. Red Wings
11. Short Road To Nowhere
12. Outta Control
13. Domino



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod