Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


ETERNAL REIGN - Forbidden Path (2005)
Par JEREMY le 29 Juillet 2005          Consultée 1303 fois
« Forbidden Path » est le premier album du groupe sous le nom de Eternal Reign. En effet, « Crimes Of Passion », sorti en 2002 chez TTS Media Music, avait été signé sous le nom de Perfect Crime, nom que le groupe dû abandonner depuis, pour des raisons légales. L’espace d’un instant, j’ai cru avoir à faire à un groupe français, la faute au nom de la piste 4, « Les Rêves en Plastique », mais Eternal Reign est bel et bien un groupe germanique de heavy/speed, et ceci n’est pas pour me rassurer quant à l’originalité de leur musique…

L’album s’ouvre sur une introduction instrumentale, « Gate To Infinity » qui fait aussitôt penser au Gamma Ray de la période « No World Order ». Puis s’ensuit « Light The Light », premier véritable titre de l’album. Et directement, on se rend compte que l’on attendra rien de la suite du disque. Dès les premières notes, Eternal Reign se pose comme un élève sérieux mais résolument pas autonome. Entendez par là que le sextet allemand n’a absolument aucune personnalité. Dès la première écoute, on accroche facilement aux refrains, on se surprend même à les fredonner ou à tapoter du doigt sur la table en suivant la rythmique – assez linéaire – du batteur, André Genuit. Mais force est de constater que le tout reste très insipide. Et finalement, après une cinquantaine de minutes de musique, on prend conscience d’avoir brassé du vent depuis le début. Rien à retenir dans ce disque plat du début à la fin qui finira ses jours, à n’en pas douter, couvert de poussière dans le fond d’un tiroir.

Le pire dans tout ça, c’est que le bon niveau des musiciens, qui aurait pu jouer en leur faveur dans d’autres circonstances, contribue ici à l’ambiance morne et monotone de l’album. En effet, avec de mauvais musiciens, on aurait pu se dire « ils arrivent quand même à faire des petits trucs sympa », et donc en déduire une marge de progression importante. Ici, chaque instrumentiste se contente d’exécuter ce qui doit l’être , et renforce encore l’idée de « groupe moyen » totalement noyé dans la foultitude de projet similaire. La voix commune de Dirk Stümher et les soli de guitare peu inspirés contribuent encore à la médiocrité ambiante. Et on se dit que malheureusement, Eternal Reign n’est assurément pas promis à un avenir brillant. La majorité des titres sont mid-tempos, emmené par un riff de guitare faiblard (car en plus la production bien trop plate n’arrange rien !) et des claviers trop ‘light’. Par moment, quelques refrains portés par des chœurs sortent un peu du lot, mais sont oubliés dès le disque terminé. Seuls deux titres, placés à des endroits judicieux, il faut bien le reconnaître, évitent de sombrer totalement dans l’ennui : « The Final Call » (qui me rappelle un peu Freedom Call), « Set The Sails », où les musiciens semblent un peu plus libérés, et le très bon « Ten Seconds In » au refrain fédérateur.

Finalement, comme je l’ai déjà dit plus haut, il n’y a vraiment pas grand chose à retirer de ce disque une fois l’écoute terminée. Les mélodies sont facilement décelables, mais terriblement peu prenantes, et s’oublient dès que le son ne sort plus des enceintes. L’exécution impeccable ne faisant que renforcer l’impression synthétique du tout. Un album dénué d’émotion et, si ce n’était le respect dû aux musiciens, je dirais dénué d’intêret. Tout ce que je souhaite à ce néanmoins fort sympathique sextet, c’est de redresser le tir le plus tôt possible. Et cela passe par une seule solution : prendre des risques !




Marquez et partagez




 
   JEREMY

 
  N/A



- Dirk Stümer (chant)
- Michael Sebastian (guitare)
- Torsten Fünfhaus (guitare)
- Björn Meyer (claviers)
- Jörg Hassel (basse)
- André Genuit (batterie)


1. Gate To Infinity
2. Light The Light
3. Into My Own Hands
4. Les Rêves En Plastique
5. The Final Call
6. Edge Of The World
7. Forbidden Path
8. Losing Ground
9. Set The Sails
10. Nightstalker
11. Ten Seconds In



             



1999 - 2014 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod