Recherche avancée       Liste groupes



      
METALCORE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


INSENSE - Soothing Torture (2005)
Par UDUFRU le 2 Juillet 2005          Consultée 2457 fois

Tandis que je parcourais avidement la fiche de présentation de ce nouvel album, mes yeux se posèrent sur une comparaison intrigante : Soothing Torture serait l’habile symbiose des riffs de RED HARVEST, de l’ambiance hypnotique de NEUROSIS et de la puissance de SLIPKNOT. Rien que ça ! Alléchée par cette description des plus flatteuse, je m’empressai d’écouter la musique des Norvégiens de INSENSE, avec toutes les réserves qu’une fiche label ne manque pas d’instiller de par son manque évident d’objectivité.

Et pourtant, force est de constater que je n’ai pas été déçue ! Dans un premier temps, tout en l’appréciant, il me fut difficile de décrire le style de INSENSE. Des riffs surpuissants accompagnés par une batterie véloce avide de breaks formant un couple solide avec sa copine la basse, un chant souvent arraché, clair sur quelques refrains, des compos rentre-dedans sur lesquelles il semble impossible de ne pas headbanger, le tout affublé d’un son suintant le gras se mariant parfaitement avec la lourdeur de certains passages... A la réflexion, je trouvais là un mélange de death, de thrash et de hardcore. Sans le savoir, je venais de découvrir un genre hybride qui m’avait jusqu’à présent échappé : le metalcore.

Par la suite, je découvris de nombreux autres officiants de ce style, dont certains m’évoquèrent succinctement INSENSE, mais jamais je ne mis la main sur un album aussi varié et intéressant que Soothing Torture. "Helplessness" est un premier morceau idéal : son introduction au piano, riche en émotion, laisse place à un déferlement de puissance aussi bien rythmique que mélodique, qui préfigure à merveille des 40 minutes qui vont suivre. En effet, on y trouve une atmosphère très pesante, un chant hurlé haineux au possible, et des rythmiques mid-tempo pachydermiques caractéristiques du hardcore new school.

Au fil de l’album, on découvre ici des blast beats implacables issus d’inspirations clairement death metal ("Making up for Lost Time"), là un chant clair au timbre fort agréable et utilisé avec parcimonie, digne du meilleur néo metal ("I, Deviant"), ici encore un riff thrashy excellent suivi d’un solo lent aux accents heavy ("Gasping for Air"), et là des cassures rythmiques impressionnantes qui rendent le headbanging hasardeux et rappellent un certain MESHUGGAH ("Constriction")… Bref, toutes les influences y passent, tant et si bien que l’on ne peut jamais prévoir ce qui adviendra au détour d’un break ou d’un refrain. Cet effort évite ainsi l’écueil qui voit sombrer de nombreux albums de metalcore : la linéarité absolue, de laquelle n’émerge aucune émotion autre qu’une impression d’écrasement par un rouleau compresseur de brutalité.

Ici, la violence croît en intensité au cours de l’album (elle trouve son apogée dans le grindy "A Prayer for the Feeble"), mais ce n’est jamais au détriment de la mélodie. Les guitares nous offrent en permanence un festival de riffs acérés et intelligents, mécaniques et paranoïaques, qui justifient entièrement la comparaison avec RED HARVEST, jusque dans le bruit d’alarme angoissant qui surgit d’une corde harcelée. La dissonance règne en maîtresse incontestée sur toutes les compositions, et participent grandement à l’atmosphère stressante et malsaine qui se dégage de chaque mesure, jusqu’au final long et magnifique, à la fois sombre et triomphant ("Fallout").

Vous avez compris, à mon enthousiasme, que j’apprécie énormément cet album, pour la variété de ses ambiances et la qualité de ses musiciens. INSENSE réussit un pari insensé (ohoh quel jeu de mot) : faire des titres de 4 minutes à la densité impressionnante en conjuguant les styles avec une habileté unique. Cet album devrait ravir aussi bien les amateurs de metal extrême que les fanatiques de hardcore. Il ne manque qu’une pointe d’originalité supplémentaire pour en faire un chef-d’œuvre. Gageons que ce sera le cas du prochain !

A lire aussi en DIVERS :


JARBOE
Mahakali (2008)
En une fresque musicale cradingue et malsaine




The HOLY BIBLE
The Holy Bible (1996)
Dix formations Holy Records pour 100 % d'inédits


Marquez et partagez




 
   UDUFRU

 
  N/A



- Tommy Hjelm (chant, guitare)
- Martin Rygge (guitare, choeur)
- Magnus R Ruud (basse, choeur)
- Truls Haugen (batterie)


1. Helplessness
2. Making Up For Lost Time
3. I, Deviant
4. Gasping For Air
5. Constriction
6. The Forgiving Embrace
7. Soothing Torture
8. Clawing The Nerve
9. A Prayer For The Feeble
10. Fallout



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod