Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Cradle Of Filth

CODE - Nouveau Gloaming (2005)
Par UDUFRU le 9 Juillet 2005          Consultée 3272 fois

Il n’est pas aisé de renouveler un genre aussi codifié que le black metal. Les quelques groupes majeurs qui ont tentés d’y apporter une dimension expérimentale et personnelle, tels MAYHEM ou ENSLAVED, se sont parfois heurtés aux foudres d’un public réfractaire à l’évolution de leurs formations favorites. Ce sont les grandiloquents ARCTURUS qui, les premiers, ont trouvé la brèche théâtrale dans laquelle creuser un nouveau style dérivé du metal noir scandinave, l’avant-garde. Et sur les traces de cette formation novatrice s’infiltre aujourd’hui un petit nouveau, CODE, combo anglo-norvégien qui prétend proposer, avec Nouveau Gloaming, l’équivalent au black metal de ce que fut la Nouvelle Vague au cinéma français. Rien que ça !

Cependant, l’heure n’est pas au sarcasme mais plutôt à la surprise, car Nouveau Gloaming peut se targuer sans prétention d’une réelle originalité, si l’on excepte le premier titre, "The Cotton Optic", somme toute assez classique et peu intéressant.
C’est à partir de "Brass Dogs" que le concept prend tout son sens : une voix claire entêtante, aux relents gothiques parfaitement assumés évitant bienheureusement l’écueil pleurnichard, entonne un chant hypnotique sur un tempo lent, régulier, semblable au ressac de la marée montante. Parfois, au détour d’un refrain, un soubresaut de la batterie s’accompagne d’un hurlement extrême bienvenu, laissant apparaître la facette cauchemardesque de cet étrange black metal mélodique. Les riffs qui l’habillent et le façonnent, simples et répétitifs sans devenir lassants, sont précisément affûtés à la milliseconde près, et vont chercher leur inspiration davantage dans l’obscurité sinistre que dans la violence.
Car cet album laisse la brutalité au vestiaire (sauf exceptions, tel le début de "Tyburn") : la double-pédale, élément intrinsèque au black metal, n’y est finalement que peu exploitée, et le chant black, haineux à souhait quoiqu’un tantinet retenu, est minoritaire face aux polyphonies qui s’écoulent, limpides, lors de refrains magnifiquement harmonieux ("A Cloud formed Teardrop Asylum"). Il existe cependant une exception à ces deux caractéristiques, et c’est "Radium", qui renoue avec un black metal plus old school tout en conservant le rythme lourd, pesant, qui asservit les autres compositions.

Délaissant la violence au profit de la mélodie, l’opus propose donc réellement une nouvelle approche du metal le plus noir, qui gagne en accessibilité sans se vautrer dans une décadente facilité. Nouveau Gloaming peut en effet constituer la porte d’entrée parfaite au monde des Ténèbres à celui ou celle qui, ayant épluché les poncifs du genre sans jamais trouver satisfaction, que cela soit à cause des voix écorchées ou des productions poussiéreuses, ne désespère pas de trouver le black qui lui correspond.
Pour étayer mon propos, un bel effort a été réalisé au niveau de la production de cet album, dont le son colle parfaitement à la musique. Celle-ci s’avère plus propre que ce dont l’école black norvégienne nous a accoutumé (on pense davantage à l’école suédoise), tout en conservant un léger flou artistique raw qui transforme de simples riffs de guitare en nappes atmosphériques tantôt malsaines, tantôt oniriques, toujours grandioses.

Le Nouveau Gloaming, style que prétend avoir inventé CODE, n’est ni plus ni moins qu’un black metal très mélodique sans toutefois devenir sirupeux. Basé sur des ambiances mélancoliques, sombres, torturées mais toujours solennelles, il ne révolutionne pas le genre mais apporte une nouvelle pierre baroque à l’édifice qui, je pense, sensibilisera ainsi de nombreux mélomanes à sa cause. Il ne reste plus qu’à souhaiter que le groupe creuse encore plus profondément dans la direction qu’il a déblayée ici avec un indéniable talent, et qu’il nous en revienne avec un joyau auprès duquel Nouveau Gloaming ne serait qu’une grossière ébauche.

A lire aussi en BLACK METAL par UDUFRU :


The AXIS OF PERDITION
Deleted Scenes From The Transition Hospital (2005)
Alliance infernale de black et d'ambient.




ENSLAVED
Mardraum : Beyond The Within (2000)
Black brutal absolument incontournable

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   UDUFRU

 
  N/A



- Viper (basse)
- Aiwarikiar (batterie)
- Aort (guitares)
- Vyttra (guitares)


1. The Cotton Optic
2. Brass Dogs
3. An Enigma In Brine
4. A Cloud Formed Teardrop Asylum
5. Aeon In Cinders
6. Tyburn
7. Radium
8. Ghost Formula



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod