Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (11)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Sonata Arctica, Stratovarius, Insania
- Membre : Revolution Renaissance
- Style + Membre : Warmen

THUNDERSTONE - Tools Of Destruction (2005)
Par POWERSYLV le 11 Mai 2005          Consultée 3738 fois

Ils sont 5, ils sont finlandais, ils ont un chanteur puissant, un bon guitariste, des claviers qui font "tut tut" et défendent la cause d'un heavy metal sophistiqué et mélodique. Perdu, il ne s'agit pas du groupe d'un certain Timo mais bien des petits jeunes de THUNDERSTONE. Les analogies ont décidément la vie dure dans le milieu impitoyable du heavy traditionnel. L'album éponyme Thunderstone (2002) présentait il est vrai de trop fortes ressemblances avec ce que pouvait faire STRATOVARIUS, malgré quelques compositions sympathiques. Et il faut dire ce qu'il est, les copies carbones ne sont pas très bien vues par chez nous. Le deuxième album The Burning (2004) était un poil plus personnel et surtout bénéficiait d'une production mettant davantage les titres en valeur.

Pas de temps mort puisqu'il s'est écoulé seulement un peu plus d'un an avant de voir débarquer ce Tools Of Destruction. Un titre plutôt fort pour un album qui se doit de répondre aux attentes de fans et des "moins-fans". Il n'y aura guère besoin que d'une seule écoute d'ensemble pour se rendre compte que ce troisième album (habituellement un album stratégique) reste dans la droite lignée de ce que THUNDERSTONE avait proposé sur The Burning. La volonté cependant de faire quelquechose de plus varié et aussi une meilleure confiance en soi se ressentent, et ça fait plaisir. Le "suomi" metal de THUNDERSTONE est toujours mélodique, bien produit, avec des guitares et des claviers neo-classiques qui se cotoient allègrement. Mention particulière à la voix puissante et légèrement éraillée (mais très légèrement) du chanteur Pasi Rantanen qui s'approche parfois je trouve d'un Joe Amore (NIGHTMARE) voire d'un Ronnie James Dio dans les moments les plus épiques. En plus juvénile et moins expérimenté quand même, hein.

Sinon, les sonorités et les mélodies sont encore une fois très proches de ce qu'on peut trouver chez STRATOVARIUS, mais les titres sont ici un poil plus variés et la ressemblance se fait donc moins frappante. A la limite, le groupe des Timo n'ayant pas encore fini sa petite crise existentielle, les fans peuvent se rabattre allègrement sur cet Outil de Destruction :). On notera que le speed metal n'est pas forcément ici la facette la plus exploitée du groupe, l'accent est mis sur des morceaux mid-tempos, tels "Tool Of The Devil" qui reprend l'idée du titre de l'album, ou encore "Welcome To The Real" avec son riff marqué qui fait penser à celui du "Seventh Star" de BLACK SABBATH.

Malgré celà, dans les moments plus rapides, on ne peut s'empêcher de penser aux références du groupe pour les mélodies (des "Without Wings" ou "Feed The Fire" trop évidents). Mais surtout, ce qui me gène encore, ce sont ces constructions trop systématiques à base de guitares et de claviers dégoulinants, tiquant parfois en provoquant une réaction de déjà entendu un peu gonflante. La façon dont les claviers sont exploités gave, sincèrement sur certains passages : quand on entend les trucs sympas que Nino Laurenne sort parfois de sa guitare (le solo de "Weight Of The World" ou les très belles harmonies de "Land Of Innocence" qui clôt l'album et qui est une vraie perle), si les claviers bontempi pouvaient la boucler un peu plus souvent, ça serait pas mal. Et même encore mieux ! Heureusement, la plupart des moments se révèlent nettement plus passionnants, à l'image du refrain attachant d'un "Liquid Of The Kings" ou un "I Will Come Again" bon enfant, entrainant qui se rapproche parfois d'un esprit enjoué et héroique presque "hard FM". Même la ballade "The Last Song" qui peu sembler convenue au premier abord se révèle attachante en terme de sentiments et de conviction.

Ce troisième album est de bonne qualité, le caractère de THUNDERSTONE s'affirme peu à peu et même si les jeunes finlandais ne sont pas encore des incontournables, Tools Of Destruction les place dans la bonne direction. Le groupe du guitariste/producteur Nino Laurenne devra faire preuve d'encore plus d'audace à l'avenir pour s'affranchir d'influences encore un peu voyantes. A l'image du somptueux et poignant titre de fin "Land Of Innocence" (qui a finallement fait pencher la note plutôt vers le 4/5 que vers le 3/5, la note que je pensais mettre au début), Tools Of Destruction ravira les amateurs du genre et s'est avéré un disque vraiment agréable, alors que je m'attendais à peu de la part de ce groupe qui jusque là ne m'avait pas franchement convaincu.

A lire aussi en HEAVY METAL par POWERSYLV :


KILLERS
A L'ombre Des Vautours (2007)
Killers fait pêter la poudre et les grenades

(+ 1 kro-express)



HAMMERFALL
Renegade (2000)
Heavy metal


Marquez et partagez




 
   POWERSYLV

 
  N/A



- Titus Hjelm (basse)
- Nino Laurenne (guitare)
- Pasi Rantanen (chant)
- Mirka Rantanen (batterie)
- Kari Tornack (claviers)


1. Tool Of The Devil
2. Without Wings
3. Liquid Of The Kings
4. I Will Come Again
5. Welcome To The Real
6. The Last Song
7. Another Time
8. Feed The Fire
9. Weight Of The World
10. Land Of Innocence



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod