Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Vlad Tepes, Aakon Keetreh

MUTILATION - Conflict Inside (2005)
Par MOX le 22 Mars 2005          Consultée 1411 fois

L’année 1991 m’évoque tellement de groupes, tellement d’albums de death-metal que le simple fait de l’entendre allume automatiquement ma discothèque cérébrale et en sort un riff, je ne sais pas tiens, à brûle-pourpoint, « Blessed Are the Sick »… Je lisais en fait la biographie de cette nouvelle découverte d’un combo polonais –Mutilation, non je ne vois pas pourquoi je parlerais d’un autre-, né en l’occurrence en 1991, et qui n’a, à son actif, que deux malheureux petits albums. Je feuilletais succinctement les déboires qui les ont empêchés d’en sortir d’autres et m’intéressais d’autant plus à ce deuxième méfait qu’il proposait en fin d’écoute une reprise de « Mutilation » de DEATH.

Autant préciser immédiatement qu’il ne s’agit pas ici de brutalité pure et simple, mais bien de death-metal tout droit sorti de la vieille école. Voilà un exercice que j’ai toujours trouvé compliqué, puisqu’il ne suffit pas de jouer à s’en arracher les boyaux, mais bien de maîtriser une certaine violence en étalant en contrepartie une atmosphère glauque ou guerrière, que sais-je. Éléments qui, à mon grand bonheur et étonnement, s’y retrouvent quelques fois. Aucun problème concernant cette musique voulue combattive, la batterie ne se contente certainement pas de blast-beats et agit plutôt sur les frappes réfléchies et élancées de manière à rendre tout un rythme pesant comme un véhicule militaire. Les guitares ne suivent pas systématiquement le pas, mais embrayent volontiers sur des riffs lourds, quittes à terminer le morceau en écrasant l’auditeur de ces notes terriblement pondérées. Et à cela, il vient en tête la formation britannique dévouée au saint WarGame, BOLT THROWER, se payant le luxe d’apparaître à quelques occasions dans les mélodies. Bluffant mais gênant, vous en conviendrez.

En passant outre les rythmiques martiales, il subsiste tout de même un son très caractéristique de l’époque bénie : ça sature sérieusement. Certes, la production voulue un tant soit peu proprette ravivera désormais que très rarement ces instruments graisseux, mais il y a bien quelque chose de sale dans ce « Conflict Inside » pour lequel on adhère. La dimension humaine est toutefois écartée, le chant n’étant pas prépondérant et se trouvant rarement en tête de peloton. Concernant la musique, il est à noter que, n’évoluant pas dans le registre bourrin, Mutilation se rattrape avec des tempos très entraînants et quelques refrains qui en mettent plein les oreilles. Le groupe débute très bien en jouant avec deux morceaux sur l’aspect pesant de leur death old-school, aiguisant les guitares par la même occasion. Puis il fatigue, singeant un peu les grands, disparus ou toujours d’actualité, et s’attardant sur des riffs qui ne se privent plus, après avoir été répétés 10 fois, pour casser le rythme.

Un regain d’intérêt naît alors quand intervient « In the Name of Heresy », particulièrement guerrier et lourd de prime abord, morceau plus varié qu’à l’accoutumée où breaks et accélérations sont vraiment les bienvenus. Un autre tintamarre apparaît juste après, quelques cordes plus folles et torturées, une musique plus décousue…Mais il manque alors ce petit grain de folie censé accompagner la mélodie.

Mutilation tente, mais reste parfois trop classique pour s’échapper de son carcan, vache qui selon certains, a été trop traite pour produire un lait d’aussi bonne qualité qu’avant. Si l’on prend le problème à l’envers et que l’on considère que Mutilation ne souhaite pas élargir le champ de vision du style, alors il vient de réussir une photo très typique, où luminosité et cadrage sont à saluer, mais dont on peut douter de l’authenticité. La fameuse reprise arrive à point nommé pour arrêter mon persiflage, Mutilation témoignant fidèlement d’un brûlot précoce et crade des grands DEATH. Pour être plus clair, « Conflict Inside » est aussi agréable, puissant et gras par moments que peu inspiré à d’autres. Mais on n’en sort pas mécontents.

A lire aussi en DEATH METAL par MOX :


NILE
In Their Darkened Shrines (2002)
Death metal




OPETH
My Arms Your Hearse (1997)
Death metal

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   MOX

 
  N/A



- Marcin (batterie)
- Piotrek (basse)
- Pawel (guitare, chant)
- Tomek (guitare)


1. Intro
2. Conflict Inside
3. Damned Reality
4. Revolt In Myself
5. Rise For Victory
6. The Eye Of Inferno
7. In The Name Of Heresy
8. Imminent Chaos
9. Liar's Resurrection
10. Mutilation (cover Death)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod