Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

2003 IV

DAMN NERO - Iv (2003)
Par THE MARGINAL le 16 Mai 2005          Consultée 1035 fois
Damn Nero n'est pas un nouveau venu dans le monde du hard rock. En effet, ce quartette allemand a fait ses premiers pas au début des années 90 et "IV", qui voit le jour en 2003, est son quatrième album studio. Avec un tel titre, on ne pouvait que s'en douter... Damn Nero est donc un groupe qui a une certaine expérience, un certain acquis.

Avant de chroniquer cet album, je dois tout de même avouer que sa découverte fut un moment de bonne poilade pour moi. Pourquoi ? Tout d'abord, en raison de l'allure des musiciens à l'interieur du livret: on aurait dit qu'ils se préparaient pour un stage chez les paras. Ensuite, le bassiste et le batteur du groupe ont comme pseudos respectifs Hoaks et Averell(comme le plus grand des frères Dalton dans la BD Lucky Luke). Avec ça, il est bien difficile de prendre ce groupe au serieux.

Bon, et sur le plan musical, alors ? A l'écoute de cet opus, on s'aperçoit que Damn Nero pratique un heavy rock à mi-chemin entre AC/DC et Accept. Pour être plus précis, essayez d'imaginer Udo Dirkschneider chanter dans AC/DC et vous pourrez vous faire une idée de ce qu'a dans le ventre ce groupe. Pour être franc, ce quartette n'a pas inventé l'eau chaude.

Oui mais, même si ce disque ne brille pas par son originalité, il renferme tout de même plusieurs titres efficaces, bien ficelés, qui donnent irrémediablement envie de taper du pied. Le mid-tempo "Hellfire", l'énergique et percutant "Shot down in Dallas" sont là pour prouver que ce groupe n'est pas à prendre à la légère et qu'il ne faut pas toujours se fier aux apparences. Pour faire bonne mesure, d'autres bons titres complètent cette galette: "If we don't play rock n'roll", "Back from hell" et ses riffs qui ne font pas semblants, "Harley on a highway" qui rocke furieusement, "Burn", tantôt lent, tantôt plus incisif. On peut aussi rajouter la power-ballad "Little song" au milieu de laquelle un solo flamboyant et virevoltant vient se greffer et apporter du tonus, ainsi que le long mid-tempo très live "Whiskey made the blues"(8'03 au compteur) dont la particularité et l'apparition impromptue, au milieu de la chanson, d'un solo de batterie du sieur Averell(et c'est là que j'imagine le grand dadais des frères Dalton se lancer dans une démonstration derrière les fûts dans un stade de 80000 personnes en transe...Arf, arf, arf !).

Bon, ceci dit, cet album contient quelques faux pas et quelques titres font office de bouche-trou, notamment "Stay much longer" et son final répetitif jusqu'à écoeurement.

Même si tout n'est pas parfait et si, dans l'ensemble, c'est plutôt référencé, Damn Nero s'est tout de même fendu d'un album de bonne tenue, et sympa à écouter. La production est impeccable et met bien en relief les guitares, tant au niveau des riffs que des solos. Bref, cet album de Damn Nero fait plutôt bonne figure dans une collection de disques.




Marquez et partagez




 
   THE MARGINAL

 
  N/A



- Mattis (chant, guitare)
- Andy (guitare)
- Hoaks (basse)
- Averell (batterie)


1. Hellfire
2. Shot Down In Dallas
3. In My Head
4. If We Don't Play Rock'n'roll
5. Back From Hell
6. Harley On A Highway
7. Little Song
8. My Heart Is Burnin' For Rock
9. Burn
10. Stay Much Longer
11. Wiskey Made The Blues



             



1999 - 2014 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod