Recherche avancée       Liste groupes



      
POP ROCK / METAL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


The JELLY JAM - The Jelly Jam (2002)
Par DAVID le 6 Mai 2005          Consultée 1534 fois

Présentation de Jelly Jam : Derek Sherinian quitte Platypus pour se consacrer à sa carrière solo. Platypus devient Jelly Jam, et Ty Tabor s'impose comme le leader du projet. De tous les side-project qu'il a fait en 2002 (Jughead, son album solo Safety), Jelly Jam est celui qui se rapproche le plus de King's X et c'est donc le moins intéressant du lot. Le départ de Derek Sherinian permet à la troupe de se renouveller, mais on ne retrouve ni la fraîcheur, ni l'aspect progressif apporté par les claviers sur le 1er Platypus, When Pus Comes To Shove. Malgré l'enrobage technique apporté par John Myung (qui se lâche plus ici que dans Dream Theater) et Rod Morgenstein, on ne sort pas tellement du cadre de King's X. Et qui plus est, on ne bénéficie pas des avantages de l'autre trio : Ty Tabor est un lead-singer limité, il est bien plus performant lorsque son chant s'alterne avec Doug Pinnick. Mais devoir se le coltiner au chant sur tout un album n'est pas forcément une bonne chose. Ça passe mieux sur son album solo Safety car il représente une bonne introspection dans sa facette la plus dépressive.

Heureusement, plusieurs passages instrumentaux que l'on pourrait assimiler à des "jam" collectifs permettent de sortir des sentiers battus. Un court solo de batterie sur No Remedy, de basse sur Nature's Girl, une excellente "impro" à la guitare sur The Jelly Jam... ce genre de délires ne se retrouveront pas sur le 2ème volet de Jelly Jam, davantage orienté chansons et moins "jam". Comme dans Platypus, certains titres sont plus burnés que ce que Ty Tabor a l'habitude de faire en temps normal. Mais ça concerne surtout le début de l'album. Ainsi, I can't help you et Nature's girl accélèrent la sauce et sortent des éternels mid-tempos. Cette bouffée d'oxygène ne dure pas ; on retombe très vite dans les méandres de Please come home... Mr Bulbous (l'album le plus mou de King's X) sur Feeling et Reliving, dommage ! Un milieu d'album un peu faiblard donc, mais très vite rehaussé tout d'abord par les instrumentaux The Jelly Jam et The king's dance, et enfin par Under the tree et ses sonorités "tribales", même si là encore, ça sent le déjà-vu chez King's X.

Au lieu de se disperser dans plein de projets différents, Ty Tabor ferait peut-être bien de concentrer tous ses efforts avec ses petits camarades sur un nouvel album de King's X, un qui marquerait véritablement les esprits. Car le dernier grand album du trio remonte à 1992, çà commence à faire loin tout ça. Et Black Like Sunday regroupe uniquement de vielles compos, il n'offre pas un aperçu représentatif de ce que King's X est capable de faire actuellement. Ne me faites pas dire ce que j'ai pas dit, ces side-project sont en général de bonne qualité, parfois même excellents (l'album power-pop de Jughead). Mais vaut-il mieux une quantité astronomique de bons albums qui ne resteront pas dans les annales ? Ou un seul chef-d'oeuvre qui fera date ? The Jelly Jam peut être un bon moyen d'introduire d'autres personnes à l'univers de King's X, en étant séduit par l'approche plus technique et la présence de John Myung. Mais il vaut mieux apprécier King's X quand même. Quant à ceux qui affirmeront que c'est de la soupe, je leur rétorquerais : non, c'est de la confiture !

A lire aussi en POP ROCK / METAL par DAVID :


JUGHEAD
Jughead (2002)
Hard pop




MARILLION
This Strange Engine (1997)
Pop-rock


Marquez et partagez




 
   DAVID

 
  N/A



- John Myung (basse)
- Ty Tabor (chant, guitare)
- Rod Morgenstein (batterie)


1. I Can't Help You
2. No Remedy
3. Nature
4. Nature's Girl
5. Feeling
6. Reliving
7. The Jelly Jam
8. I Am The King
9. The King's Dance
10. Under The Tree



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod