Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK PAIEN  |  STUDIO

Commentaires (6)
Metalhit
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


OPERA IX - Anphisbena (2004)
Par UDUFRU le 21 Février 2005          Consultée 3359 fois

- Bonjour docteur !
- Bonjour mademoiselle… Udufru, c’est bien cela ? Installez-vous, je vous prie… Alors, comment va votre dépendance ? Ce nouveau traitement de substitution au Black Metal norvégien fait-il effet ?
- Et bien, docteur… je ne pense pas que le médicament que vous m’avez prescrit la dernière fois soit adapté à mon cas… Pour tout vous dire, je n’ai pas pu m’empêcher de reprendre un ENSLAVED, rien qu’un… mais j’ai replongé…
- Bon, calmez-vous et racontez-moi ça. Que vous avais-je prescrit, déjà ?... Ah oui, « Anphisbena » des laboratoires italiens OPERA IX©. En plaquette de 10 pastilles ?
- C’est cela… Pour commencer, je suis allée me le procurer à la pharmacie du quartier dès la sortie de votre cabinet. Et là, devinez quoi, j’ai été prise de violentes nausées lorsqu’on m’a remis la boîte, avant même son ouverture !
- Ah oui, un confrère m’a déjà entretenu de ce problème. Il est clair que l’emballage de ce médicament est vraiment raté, ce qui tranche singulièrement avec les habitudes esthétiques auxquelles les « blackomanes » de votre acabit sont soumis, et qui font une part non négligeable de l’accoutumance. Avez-vous pu passer outre ce défaut du produit ?
- Il a bien fallu, j’étais en manque de gros son… Donc je l’ai pris le soir même, après le dîner, comme l’indique la posologie. La première pastille, dénuée de principe actif, est passée toute seule. La seconde, par contre, s’est révélée plutôt efficace : mélange stoechiométrique de riffs simples mais agréables, de double-pédale précise particulièrement bien rendue, de voix black banale, et pour le goût, un léger arôme de clavier. Une mélodie épique à souhait vient servir le tout… bref le début du traitement était prometteur…
- Que s’est-il passé ensuite ?
- J’ai ingéré la troisième pastille… Aussitôt, j’ai ressenti un haut le cœur péremptoire ; j’ai même eu des spasmes musculaires qui poussaient mon index à appuyer sur « stop » ! C’est grave, docteur ? Ne m’épargnez pas, je dois savoir…
- Hum, je ne saurais diagnostiquer votre affection sans analyser la composition de cette gélule… 22.5% de « Vocalis Blackus », 5% de « Vocalis Feminis », 18.7% de « Cordae », 13,8% de « Rythmum » et… 40% de « Claviae » ?!? Voilà sans doute la cause de ce rejet : vous souffrez d’une violente allergie aux nappes de claviers envahissantes !
- Maintenant que vous le dites, docteur, je m’en rends bien compte… d’autant plus que cela explique très bien ma dépendance pour le black norvégien.
- Certes… D’autant plus que les médicaments OPERA IX© sont réputés pour comporter une forte concentration de sons de synthèse, connus pour leurs effets secondaires délétères. Comment s’est passée la suite du traitement ?
- Et bien, certains comprimés se sont révélés moins écoeurants, et même particulièrement palatables. L’aspect païen de ce black méditerranéen teinté de médiévisme lui confère une certaine vertu médicinale, mais à dose homéopathique seulement ! J’ai apprécié la neuvième pastille et ses effets dignes de la meilleure herboristerie celtique... la saveur du clavier s’y marie avec pertinence et discrétion aux autres composés, et le chant féminin final m’a même enthousiasmé ! La dernière pastille m’a aussi surprise positivement…
- Ce n’est pas étonnant. La molécule provient des fameuses industries BATHORY©. OPERA IX© y a seulement ajouté un colorant noir. Et manifestement, dans votre cas, cela a eut l’effet escompté.
- C’est vrai… Alors, que faisons-nous, docteur ?
- Et bien, il semble que ce traitement ne soit pas adapté à votre organisme. Je vous propose d’entamer des séances de désensibilisation au clavier, commercialisées par les laboratoires OPERA IX© eux-mêmes. En effet, ils ont sorti il y a quelques années un très bon produit, « The Black Opera » qui, s’il n’a pas bénéficié d’autant de crédits, a fait ses preuves auprès des cas les plus récalcitrants. Qu’en dites-vous ?
- J’en dis merci, docteur. J’espère seulement ne pas remplacer une dépendance par une autre ! Et en ce qui concerne « Anphisbena », ne renoncez pas à le prescrire aux patients moins atteints… Il n’est juste pas adapté aux cas extrêmes !

A lire aussi en BLACK METAL par UDUFRU :


KVIST
For Kunsten Maa Vi Evig Vike (1996)
Superbe black metal qui sent bon la norvège




KEEP OF KALESSIN
Through Times Of War (1997)
Black épique et brutal, femmelettes s'abstenir


Marquez et partagez



Par MEFISTO




 
   UDUFRU

 
   MEFISTO

 
   (2 chroniques)



- M The Bard (vocaux)
- Ossian (guitare)
- Vlad (basse)
- Lunaris (claviers)
- Dalamar (batterie)


1. Many Moons Ago
2. The Serpent's Nemeton
3. The Prophecy
4. In Hoc Signo Sanguinis
5. Immortal Chant
6. Scell Lem Duibh
7. In The Sixth Tower
8. Battle Cry
9. Anphisbena
10. One Road To Asa Bay (bathory Cover)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod