Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK/METAL  |  DVD

L' auteur
Acheter Ce DVD
 



GREEN CARNATION - Alive And Well...in Krakow (2004)
Par MOX le 17 Janvier 2005          Consultée 2349 fois

J’éprouvai, je l’avoue, une certaine peur suite à l’annonce de la parution d’un DVD de Green Carnation. A vrai dire, bien qu’il s’agit aujourd’hui d’un groupe grandement teinté de rock, taillé pour la scène donc, il représente pour moi une entité tellement pure que je souffrais déjà de voir cette chape mystérieuse s’envoler dès lors qu’une note du fabuleux « Light of Day, Day of Darkness » fût jouée. Peur qui ne cessa de s’accentuer lorsqu’au dos dudit DVD, on annonçait la première partie de LA chanson de 60mn jouée Live. Fébrile, fébrile j’étais, et le gros packaging qu’offrait les Norvégiens ne me rassurait même plus.

Hé bien, je poussai un long soupir de soulagement une fois cette heure de musique passée. En tout état de cause, le groupe a compris la certaine « magie » qui peut les entourer et n’a pas souhaité la réduire en cendres. Un groupe très sobre tout d’abord, mis à part le soliste qui en fait un peu plus que les autres. Cela reste anecdotique. On aurait pu espérer une image de meilleure qualité, rien de bien moche évidemment, mais a contrario on n’aurait pu espérer un meilleur son. Parfait, tous les instruments sont audibles et ont une place conforme à ce genre de musique. Pas de batterie couvrant le reste, pas de claviers envahissants…On continue ? Le concert est on ne peut mieux filmé, les caméras suivent le rythme sans devenir indigestes, les musiciens apparaissent également et font l’objet de plans faciles à suivre. Enfin, on se délecte des lumières blanches rendant ainsi honneur à un groupe discret qui n’en fait pas des tonnes, même en tête d’affiche. Ainsi, si l’on peut regretter que la performance soit quasiment tournée autour du dernier album en date « A Blessing in Disguise », le visuel a fait l’œuvre d’un beau travail faisant passer la pilule.

Green Carnation évite les deux morceaux plus mous du dernier album, de cette manière on ne décèle aucun temps mort ni aucun moment ennuyeux. Tout est bien interprété, Kjetil Nordhus est en voix (si ce n’est dans « Writings on the Wall » où il n’égale pas l’émotion de l’album). Le point d’orgue de ce concert est évidemment les 25-30 premières minutes du CD-fleuve pendant lesquelles il est difficile de rester concentré sur le DVD sans se laisser porter par une musique qui demeure envoûtante même en Live. Et on ne critiquera que les cris du sieur Nordhus assez mauvais et les claviers trop en retraits à certains moments cruciaux de l’album. C’était inespéré de pouvoir retranscrire à la fois l’émotion et l’entrain que déclenchent les mélodies de ces Norvégiens issus d’influences très différentes. Mais d’une part les lumières blanches amplifient la pureté de leur musique et d’autre part le son garde intacts tous les riffs et tous les rythmes. N’en jetez plus…

En guise de bonus, qu’a-t-on à se mettre sous la dent ? 3 Bootlegs sous forme de clips, à oublier très vite tant le son est risible. Ensuite, la session d’enregistrement de la batterie d’Anders Kobro d’ « Into Deep ». Super, passionnant. Ah, on tombe sur la classique interview. Hé bien là, je suis assez charmé, et bien que tout soit en anglais non sous-titré prononcé par des Norvégiens (ne pas rire) l’ensemble des questions est intéressant et le passionné y trouvera largement son compte. Je n’en dis pas plus, mais soyez-en certains. On termine par les bonus audio : 4 morceaux du dernier album en version acoustique. L’avis est mitigé, ceux qui étaient déjà calmes deviennent mielleux tandis que les plus enjoués présentent, sans basse et sans batterie donc, un côté touchant renforcé. Deux reprises : « Stay on these Roads » des A-HA (toujours trop sirupeux) et « Wicked Game » de Chris Isaak qui se laisse en fait bien écouter.

Mais au bout de tout ça se terrait le bonus le plus important : une pré-production d’un morceau du nouvel album « The Quiet Offspring » qui ne devrait plus tarder. Cet avant-goût présage du meilleur, Green Carnation y est ici plus mélancolique et donc moins rock, a laissé une plus grande place aux accompagnements en tout genres. Le tout ressemble fort à une partie calme et progressive de « Light of Day, Day of Darkness ». Pas bon pour faire patienter le fan, ça.

Alors, qu’en dire ? Les bonus, d’une part se vautrent dans l’inutile et d’autre part nous offrent sur un plateau de succulents moments. Quant au concert, on se doute bien que jouer un morceau de « Journey to the End of the Night » ne soit pas des plus aisés, on regrette un DVD si tôt sorti, mais la performance est de taille et tout friand de Green Carnation passera un excellent moment et s’y replongera volontiers

A lire aussi en DIVERS par MOX :


PHEST
Harmonia (2004)
Rock/metal




OPETH
Damnation (2003)
Rock

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez




 
   MOX

 
  N/A



- Kjetil Nordhus (chant)
- Tchort (guitare)
- Stein Roger Sordal (basse)
- Anders Kobro (batterie)
- Michael S. Krumins (guitare)
- Øystein Tønnessen (claviers)


1. Into Deep
2. Crushed To Dust
3. Writings On The Wall
4. Light Of Day, Day Of Darkness (1st Part)
5. The Boy In The Attic
6. Myron & Cole
7. Rain
8. As Life Flows By



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod