Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL GOTHIQUE  |  STUDIO

Commentaires (6)
Lexique metal gothique
Acheter Cet Album
 


SAVIOUR MACHINE - Legend Part 2 (1998)
Par MAX le 14 Février 2005          Consultée 2135 fois

J’ai remarqué qu’il n’y avait aucune chronique de Saviour Machine sur le site. Alors moi, je me suis dit « tiens, je pourrais en faire une, moi ».
C’est donc armé de cet argumentaire irréfutable que je commençai a mettre en place la chronique de Legend part II. Pourquoi le II et pas le I ? Eh ben…simplement parce que c’est mon préféré (même si objectivement, part I me paraît légèrement meilleur).
Mais quid de SM (wow, l’abréviation qui tue, là) ? Et bien il s’agit d’un groupe américain que l’on peut relier à un branche spécifique à ce pays : le white metal (comprenez groupe de confession chrétienne – j’en vois déjà qui attrapent des boutons). Le groupe choisit de plus de centrer le concept de Legend sur la Bible, et comprendra au total quatre albums d’une durée totale de cinq heures (aouch !). Par exemple, ce présent disque fait quand même 79’30 (re-aouch !) qui plus est d’une extrême densité. Pour ceux qui feraient un blocage d’ordre idéologique, je n’ai pas trop de remède, les textes faisant régulièrement appel l’arsenal des « Lord », « God », « Jesus », « Behold The Apocalypse » (beaucoup de succès celui là) et autres « He who has an ear, let him hear » (marche bien ça aussi)…mais bon, je fais confiance à l’ouverture d’esprit des metalleux. C’est marrant, à l’écriture de cette phrase je sens comme un léger malaise…(^^)

Oui, revenons à la musique. Saviour Machine ressemble à …rien. On pourrait appeler ça du métal gothique atmosphérique épique, mais ça ne veut pas dire grand chose. Saviour Machine, c’est avant tout une voix, celle d’Eric Clayton (qui a récemment participé au dernier Ayreon dont j’ai oublié le titre - ah, je sais, c'est "The Human equation"), une voix profonde, lyrique, grave et charismatique qui n’a absolument rien à voir avec les chanteurs de metal habituels. On pourrait le comparer au non moins exceptionnel Palomaki de Yearning. Je dirais que son chant participe à, allez, 70% du charme et de la présence de SM. A cela s’ajoute des percussions très travaillées, des lignes de guitares simples (qui accompagnent généralement, pas de gros riffs porteurs) et de multiples nappes de claviers dans une atmosphère à la fois religieuse (des chœurs aigus très étonnants), orientale, épique (des passages presque violents avec « Mark Of The Beast ») et dramatique. Mais cet album n’est pas facilement abordable. Disons que musicalement, Legend part II est constitué de lignes musicales assez simples, mais qui se superposent et s’entrelacent pour former un canevas harmonique complexe, et parfois dur à suivre (double chant plus narration plus guitare plus deux lignes de percussions plus clavier plus y'a sûrement une basse quelque part, ça commence à faire), mais donnant de fait un sentiment de grandeur et de tragédie vraiment intense. A ce titre, « The Covenant », le titre d’ouverture reflète à merveille le côté monumental et fouillé du disque : un grand morceau.

Il est essentiel de saisir que Legend est censé être un bloc en plusieurs épisodes construite comme une bande originale, et fait donc appel à des thèmes récurrents. Cet effet de répétition (parfois presque incantatoire à l’intérieur de certaines pistes) peut lasser mais dans l’ensemble, les différentes variations sont très réussies et renouvellent à chaque fois les thèmes principaux sans les répéter. Impressionnant. SM se moque par ailleurs plus ou moins de la notion de structure et le schéma couplet-pont-refrain reste quelque chose d'assez flou pour le groupe, il conviendra donc de ne pas se déconcentrer histoire de ne pas perdre le fil. On trouve à l’intérieur de cet album quelques pistes plus proches de l’idée que l’on se fait de la chanson, comme « Behold A Pale Horse » (énorme) qui montre un redoutable talent de composition, « The False Prophet » à pleurer et « The Whore Of Babylon ». Dommage que l’album s’affaisse à la fin avec les moyens « The Bride Of Christ » et « Rapture : The Seventh Seal » assez plats et presque…gnangnan ! Autre chose frustrante, une idée du mix assez discutable qui consiste à mettre le chant et les guitares lead (quand y’en a) en arrière alors qu’on devrait les entendre en priorité. Cela ajoute à l’impression de fouillis que l’on a quelques fois. Notons quand même que la production est plus « normale » sur Legend III : I, ce qui ne concerne pas notre présent disque mais bon.

Je vais être lourd, là, mais avant de finir, je voudrais insister sur le plaisir particulier que j’ai retiré de ce disque et auquel mes mots ne rendent pas justice. Legend part II, ce n’est pas de la musique(enfin si, quand même), c’est une expérience…

A lire aussi en METAL GOTHIQUE :


MY DYING BRIDE
The Angel And The Dark River (1995)
Metal gothique

(+ 1 kro-express)



ANATHEMA
Judgement (1999)
Metal gothique

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   MAX

 
  N/A



- Eric Clayton (chant)
- Jeff Clayton (guitares)
- Charles Cooper (basse)
- Jayson Heart (batterie, percussions)
- Nathan Van Hala (piano, claviers, programmation)
- Ensemble Cantabile (chorale)


1. The Covenant
2. The Whore Of Babylon
3. Legend Ii:i
4. The False Prophet
5. Mark Of The Beast
6. Antichrist Ii: The Balance Of Power
7. World War Iii - The Final Conflict Ii
8. Behold A Pale Horse
9. The Martyrs Cry
10. The Promise
11. The Sixth Seal
12. Legend Ii:ii
13. The Holy Spirit
14. The Bride Of Christ
15. Rapture: The Seventh Seal
16. War In Heaven - The Second Fall



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod