Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Cinderella, Faster Pussycat

REPTILE SMILE - Who Makes The Rules (1991)
Par THE MARGINAL le 2 Septembre 2004          Consultée 2120 fois

Il y a des albums comme ça qui déboulent dans les bacs et qui sont accueillis dans l'indifférence générale, ou presque. Ce fut le cas, par exemple, de "Who makes the rules", deuxième album studio de Reptile Smile, un quintette suedois qui oeuvrait dans le hard-rock brut de décoffrage aux consonances bluesy, voire sleaze.

A l'écoute de ce skeud, on sent que ce combo s'est fait les dents en écoutant AC/DC, Aerosmith; mais aussi des groupes 80's tels que Faster Pussycat, Cinderella. D'ailleurs, la voix criarde et éraillée du chanteur Peter Shapiro colle parfaitement à ce type de musique, qu'on aime ou pas. On ne peut pas dire que Reptile Smile brille par son originalité; cependant, on trouve tout de même plusieurs bons titres sur "Who makes the rules", ce qui est déjà pas mal.

Parmi les bons titres en question, on commencera par citer l'opener-track "Crack that riddle", un mid-tempo rock à la fois graisseux et groovy sur lequel la basse ronronne de façon infernale. "Senorita Lucy" confirme les bonnes dispositions du combo suédois avec ses touches festives et épicées; tandis que "Wild life" calme un tantinet le jeu tout en étant mi-rock, mi-acoustique. C'est avec le 4ème titre de l'album que Reptile Smile donne peut-être le meilleur de lui-même: en effet, "In my face" est d'une efficacité redoutable avec son côté entrainant, son refrain accrocheur et ravageur. De ce fait, on peut comprendre que certains qualifient ce titre de classique(dans le genre, s'entend). Autres titres bien foutus qui méritent qu'on s'y attardent: "Rattlesnake valley", "Get down(get with it)" qui fait taper du pied par l'intermediaire de quelques lignes de basses pas piquées des vers, "Hush hush" qui démontre que Reptile Smile a parfaitement assimilé le style AC/DC, la power-ballad electro-acoustique "End of the line", ainsi que le blues cradingue et jouissif "Rag n' bone man" gorgé de guitare acoustique et d'harmonica.

Il manquait finalement peu de choses à ce disque pour être excellent: en effet, quelques titres plus faiblards complétent "Who makes the rules". C'est le cas de "Hey mama", trop festif à mon goût, et de la ballade acoustique "I wanna be there" qui donne la sensation d'avoir déjà été entendue à maintes reprises, et en mieux.

Je ne connais pas le précédent opus, "Automatic cool"(sorti en 1990); mais beaucoup estiment que "Who makes the rules" est meilleur. Quoi qu'il en soit; ce disque est de bon calibre, fort plaisant à écouter; même s'il manque à Reptile Smile l'étincelle et le panache qui caractérisaient Cinderella, par exemple.
A l'instar de Johnny Crash et de Circus of Power, Reptile Smile faisait partie de ces bons seconds couteaux du hard rock qui n'auront pas eu le temps et la chance de percer davantage. D'ailleurs, un troisième album fut enregistré en 1994, mais n'a jamais été publié. Si un jour, vous avez l'occasion de croiser "Who makes the rules"; vous pouvez toujours lui accorder une chance(si vous accrochez à ce type de musique, bien sûr), d'autant que la production ne sonne pas du tout datée.

A lire aussi en HARD ROCK par THE MARGINAL :


David Lee ROTH
Skyscraper (1988)
Hard rock

(+ 1 kro-express)



Gary MOORE
Still Got The Blues (1990)
Hard/blues


Marquez et partagez




 
   THE MARGINAL

 
  N/A



- Peter Shapiro (chant)
- Martin Karlegard (guitare)
- Jan Lissnils (guitare)
- Jake Snake (basse)
- Michelle Maiden (batterie)


1. Crack That Riddle
2. Senorita Lucy
3. Wild Life
4. In My Face
5. Hey Mama
6. I Wanna Be There
7. Rattlesnake Valley
8. Get Down (get With It)
9. Ain't Too Bad To Be Good
10. Hush Hush
11. End Of The Line
12. Rag 'n'bone Man



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod