Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Bon Jovi, Def Leppard
- Membre : Ted Poley

DANGER DANGER - Four The Hard Way (1997)
Par THE MARGINAL le 10 Juillet 2004          Consultée 2974 fois

Avant de chroniquer cet album, je tiens à revenir sur certains details qui s'avéreront être très utiles en rapport avec ladite chronique. Tout d'abord, Danger Danger a enregistré en 1992 un 3ème album intitulé "Cockroach". Seulement; le hic, c'est que la maison de disque qui les abritait à l'époque(CBS) a refusé de sortir cet album parce que la mode a viré au grunge et a préféré garder les bandes d'enregistrement.

Ejecté, Danger Danger a alors décidé de poursuivre ses activités sur son propre label. En 1997, Danger Danger sort "Four the hard way", un 4ème effort discographique qui fait suite au 3ème album officiel "Dawn", lequel n'avait pas plu aux fans en raison du virage grunge amorcé.

La tâche de Danger Danger n'est donc pas aisée: il s'agit pour le combo US de reprendre du poil de la bête et, surtout , de prouver que son nouveau line-up tient la route. En effet, du line-up originel, seuls le bassiste Bruno Ravel et le batteur Steve West sont restés; le chanteur Ted Poley ayant été suppléé par Paul Laine et le guitariste Andy Timmons ayant cédé son poste à Tony Bruno.

Sur cet album, Danger Danger a décidé de contourner le problème posé par son ancien label en réenregistrant 4 des titres de "Cockroach" avec la voix de Paul Laine, mais en ayant conservé les parties de guitares de Andy Timmons. 6 compositions toutes fraîches viennent s'y ajouter pour completer cet opus.

Parlons tout d'abord des 4 titres datant donc de 1992. "Still kickin' ", qui ouvre l'album, est un excellent mid-tempo heavy-rock bien pêchu avec un refrain qui a tout ce qu'il faut d'accrocheur, une basse ronronnante et des riffs extras qui déchirent. "Sweet little twisted mind" lorgne plus vers le big-rock avec des inclinaisons hard FM et l'on remarque que la voix de Paul Laine est doublée par celle de Bruno Ravel. La chanson est renforcée par quelques arrangemants judicieux(effets de voix, mélodies orientales). "Goin' goin' gone" est un mid-tempo mélodique et catchy dans la plus pure tradition Danger Danger et Paul Laine varie les intonations vocales: tantôt soft, tantôt plus énervée. "Afraid of love" est une ballade dans l'esprit de Def Leppard et aurait cartonné sans problème dans les 80's. Ce titre est sympa à écouter, sans plus. A noter quand même que le refrain transcende le tout avec sa montée en puissance.

A présent, attardons-nous sur les compositions datant de 1997, donc plus récentes. Après l'expérience grungisante désastreuse tentée en 1995 sur "Dawn", on était en droit de se demander à quoi ressembleraient ces titres. Et bien, Danger Danger a opéré une sorte de retour aux sources tout en gardant à l'esprit qu'on est dans les 90's. Comprendre par là: la production est assez moderne et la musique un peu plus musclée qu'à l'époque 89-91. "Jaded" illustre le mieux cet exemple: ce mid-tempo sonne "modern-rock" et l'on y trouve beaucoup d'effets de guitare, aucun solo. "Goin' all the way", très "bonjoviesque" dans l'esprit, est plutôt quelconque, mais on peut quand même regretter que Bon Jovi ne fasse plus un titre de cette trempe depuis des années. En revanche, "The girl ain't built to sleep alone" et le remuant "Heartbreak suicide" sont nettement plus convaincants et accrocheurs de par leurs mélodies et leurs refrains. "I don't need you", sans être un mauvais titre, relève plutôt de l'anecdotique; tandis que la superbe ballade acoustique "Captain bring me down", dont le thème est l'alcool et la déchéance qui en découle, fait souffler un vent de tristesse et de mélancolie.

Bon, ce disque n'est pas un chef-d'oeuvre; mais après le desastreux "Dawn", Danger Danger a retrouvé des couleurs et un peu d'inspiration. C'est déjà pas mal, même si les fans n'ont pas tous adhéré. Certes, "Four the hard way" n'atteint pas le niveau de "Screw it" selon moi et peut, par moment, sonner de façon inégale; mais il demeure sympa et agréable à écouter, ce qui est l'essentiel pour moi.

A lire aussi en HARD ROCK par THE MARGINAL :


STATUS QUO
The Party Ain't Over Yet (2005)
Les vétérans du rock ont encore de beaux restes




SAIGON KICK
The Lizard (1992)
Hard rock


Marquez et partagez




 
   THE MARGINAL

 
  N/A



- Paul Laine (chant)
- Bruno Ravel (guitare, basse)
- Steve West (batterie)


1. Still Kickin'
2. Sick Little Twisted Mind
3. Jaded
4. Captain Bring Me Down
5. Goin' All The Way
6. The Girl Ain't Built To Sleep Alone
7. Goin' Goin' Gone
8. Afraid Of Love
9. Heartbreak Suicide
10. I Don't Need You



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod