Recherche avancée       Liste groupes



      
NéO-METAL GOTHIQUE  |  STUDIO

Lexique metal gothique
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2003 Empty

LEIDEN - Empty (2003)
Par MOX le 13 Mars 2004          Consultée 1733 fois

Encore une fois j'applique ma bonne vieille règle: ne pas se laisser embobiner par les appellations, en l'occurence "Nü Dark". J'avais le choix en lisant celà: soit j'avais affaire à une musique sombre, triste aux idées originales soit c'était du néo (appelé "Nu" aussi) avec des membres maquillés à la mode gothique. L'ouverture du livret et l'écoute du premier morceau me le confirme, Leiden joue la deuxième proposition. Récemment signé chez Adipocère, ce deuxième album s'enfonce un peu plus (sans connotation péjorative) dans les idées d'intégration et de mélange culturel.

Premier bon point pour ces originaires de la ville rose, le son est très acceptable. Deuxième bon point: le chant féminin de Bérangère à la fois délicat et plaintif est bien maîtrisé. Troisième bon point enfin ce sont ces passages calmes dans leur musique, reposants et plutôt intimistes ils sont principalement à l'origine du "Dark" de leur style. Mais désolé il n'y aura pas la dizaine de bons points nécessaires à l'obtention de la sacro-sainte Image. Leur musique est entièrement basée sur un but intéressant, celui de mélanger les styles, les chants, les rythmes, les dialectes. On remarquera donc une certaine innovation mais à mon goût ça me paraît bien trop bancal. Voilà comment ça se présente.

Tout le long d'un morceau parfaitement normal s'enchaîneront guitares saturées avec guitares acoustiques, chant féminin doucereux avec chant masculin grave et poussif (les vocaux death-metal pour simplifier), paroles en français avec paroles en anglais ou allemand. Et voilà les hics, les guitares saturées créent un rythme typiquement néo-metal, des riffs cassés et lourds donnant envie de sautiller. Et quand là dessus vient se greffer le chant plaintif de Bérangère il y a un trop gros paradoxe, une dualité d'impressions malvenue, l'exemple le plus frappant étant dans "Cry". Par ailleurs le chant masculin n'est pas souvent pertinent, il n'apporte pas grand chose à la musique et encore moins au chant bien géré par Mademoiselle. Enfin j'ai un peu de mal à ne pas sourire quand j'entends Bérangère chanter en allemand, c'est plus fort que moi. Ah et j'oubliais la présence de ces synthés, qui, à défaut de donner une atmosphère goth-électro pas toujours désagréable, tombe parfois dans le style disco années 80 désopilant.

En elles-mêmes les guitares ne créent rien de transcendant, je m'ennuie ferme en écoutant "Le Possédé" par exemple ou "Gangrène", mais heureusement les passages acoustiques sans être mélancoliques sont bien introduits et même jolis, à plus forte raison dans les transitions "Das Wort Vom Zur-Tiefe-Gehen" et "La Brèche". J'apprécie même les deux premiers morceaux où l'aspect néo-metal n'est pas très prononcé, et où l'ambiance un peu plus "gothique" (prenez celà au Nième degré) est accrocheuse. Mais on se lasse d'autant plus vite que l'album débutait plutôt bien. Un style bizarre dont on peut saluer l'effort même s'il est loin d'être à mon goût. Les néo-metalleux devraient y jeter un oeil curieux.

A lire aussi en METAL GOTHIQUE par MOX :


The VISION BLEAK
The Deathship Has A New Captain (2004)
Néo-metal gothique




MY DYING BRIDE
The Angel And The Dark River (1995)
Néo-metal gothique

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   MOX

 
  N/A



- Shoda (basse, programmation)
- Matt (batterie)
- Ludo (guitare)
- Bérangère (chant)
- Wilfried Rabin (chant, guitare, programmation)


1. Empty
2. A New Place
3. Les Maux
4. Entlarvt
5. Das Wort Vom Zur-tiefe-gehen
6. Spirale
7. Cry
8. Le Possédé
9. La Brèche
10. Gangrène
11. Vibrations



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod